Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 janvier 2000 1 17 /01 /janvier /2000 11:00

 

Oriole à gros bec - Icterus gularis


Photo Oriole à gros bec (Icterus gularis) L'oriole à gros bec (Icterus gularis) appelé également oriole à gorge noire ou oriole d'Altamira, est un oiseau appartenant à la sous classe des néognates (Neognathae), à l'ordre des Passeriformes, à la super famille des Passeroidea, à la famille des Fringillidés (Fringillidae) ou des Embérizidés (Emberizidae), à la sous famille des Icterinae (ou des Emberizinae suivant les classifications), à la tribu des Icterini et au genre Icterus.

Pour certains auteurs la sous famille des Ictérinés (Icterinae) a été remontée en famille, sous le nom de Ictéridés (Icteridae).

Il existe 6 sous espèces d'oriole à gros bec :
• Icterus gularis gularis,
• Icterus gularis tamaulipensis,
• Icterus gularis flavescens,
• Icterus gularis yucatanensis,
• Icterus gularis troglodytes,
• Icterus gularis gigas.

L'oriole à gros bec est un oiseau diurne, arboricole, sédentaire, monomorphe, originaire du sud de l'Amérique du nord (Californie, Texas) et de l'Amérique centrale (Belize, El Salvador, Guatemala, Honduras, Mexique, Nicaragua...).

L'oriole à gros bec vit dans des milieux divers comme les forêts marécageuses, les forêts ouvertes, les forêts tropicales, à proximité des zones de culture, dans les milieux ouverts à végétation secondaire basse permettant la nidification, mais aussi en périphérie urbaine voire dans les parcs. Il est présent du niveau de la mer jusqu'à une altitude voisine de 1500 mètres.

L'oriole à gros bec mesure de 20 à 25 centimètres pour un poids moyen de 60 grammes (55 à 65). Son envergure est de 33 à 38 centimètres. La couleur de base de l'oriole à gros bec est l'orange vif. La gorge, les lores (partie de la tête située en avant des yeux), le haut du dos et les scapulaires sont noirs. La queue est noire et les rectrices extérieures sont ponctuées de blanc. Le bec est gris bleu, puissant, pointu. Les ailes sont dans l'ensemble noires mais présentent une tache jaune orange au niveau de l'épaule, couverte par les scapulaires. Présence d'une bande alaire blanche et de liserés blancs à l'extrémité des plumes des ailes. La femelle est légèrement plus pâle que le mâle. Les immatures ont le dos la queue et les ailes verdâtres tandis que les parties inférieurs et la tête sont plutôt jaunâtres. La gorge noircit progressivement avec l'âge.

L'oriole à gros bec ressemble à l'oriole à capuchon (Icterus dominicensis) mais son épaule est jaune/orange. Pour différencier l'oriole à gros bec de l'oriole masqué (Icterus cucullatus) il suffit de comparer les becs, celui de l'oriole à gros bec est plus gros.

L'oriole à gros bec se nourrit principalement d'insectes, mais à l'occasion il consomme aussi des fruits et du nectar. Son bec puisant lui permet également de consommer diverses graines et sans doute des noix et noisettes. Les oisillons sont nourris avec des larves d'insectes, des mouches et des orthoptères. L'oriole à gros bec se nourrit généralement et couple. Cependant, en hiver, les orioles à gros bec se réunissent en troupes, incluant parfois d'autres espèces, pour se nourrir.

L'oriole à gros bec commence à construire son nid, solitaire, vers le mois de mars. Les nids sont en forme de longue poche étroite, tissée, mesurant parfois plus de 60 centimètres de longueur. L'entrée est située à la partie supérieure. Cette forme de nid serait efficace pour se prémunir des prédateurs terrestres. C'est la femelle seule qui construit le nid, le mâle se contentant de l'observer. La construction du nid est un travail de longue haleine qui dure environ 3 semaines. Le nid, rarement caché, souvent orienté au nord ouest, est généralement fixé à l'extrémité d'une branche horizontale haute, à environ 9 mètre de hauteur. Il arrive parfois que le nid soit accroché aux fils téléphoniques. Divers matériaux sont utilisés pour la construction du nid, pour le tissage devrais-je dire : herbes, racines, fibres végétales, feuilles... Le fond du nid est rendu "douillet" par apport de plumes, paille, crin de cheval, mousse...

L'oriole à gros bec est considéré comme une espèce monogame dont les couples seraient unis pour la vie. La saison de reproduction s'étend du mois d'avril jusqu'au mois d'août. Il y a généralement une couvée par an, parfois deux. La femelle pond en moyenne 5 œufs bleu clair parsemés de macules foncées. Il semblerait que les populations du sud produisent moins d'œufs que les populations du nord. L'incubation, assurée uniquement par la femelle, dure environ 14 jours. Le nourrissage est assuré conjointement par le couple. En cas de seconde couvée, un nouveau nid est construit. La maturité sexuelle du mâle et de la femelle est obtenue à l'âge d'un an.

Lorsqu'il y a une seconde couvée le mâle assure seul le nourrissage des oisillons tandis que la femelle construit le nouveau nid. Contrairement à beaucoup d'espèces les oisillons sont relativement calmes, voire silencieux parfois, lorsqu'ils réclament la becquée. Ce silence est interprété comme étant une solution pour ne pas attirer les prédateurs.

L'oriole à gros bec ne défend pas son territoire de chasse. Par contre il défend le nid et la nichée contre les prédateurs divers. Malgré tout, le vacher bronzé (Molothrus aeneus) parasite parfois son nid, un peu à la manière du coucou européen (Cuculus canorus). Plusieurs situations peuvent alors se produire : le vacher bronzé détruit les œufs de l'oriole à gros bec, l'oriole a gros bec détecte l'intrusion et expulse les œufs du vacher bronzé ou construit un nouveau nid plus loin, ou alors l'oriole à gros bec incube et élève de jeunes vachers bronzés.

Bien que son habitat soit menacé par endroits, comme pour beaucoup d'espèces, l'oriole à gros bec n'est pas considéré actuellement comme une espèce en danger et ses populations semblent se maintenir.

En allemand l'oriole à gros bec s'appelle Schwarzkehltrupial, en anglais : Altamira oriole, en danois : altamiratrupial, es espagnol : turpial campero, bolsero campero ou bolsero de Altamira, en finnois : kuningasturpiaali, en italien : oriolo di altamira, en japonais : orenjimukudorimodoki, en néerlandais : altamiratroepiaal, en polonais : kacyk duzy, en suédois : altamiratrupial et en tchèque : trupiál altamirský.


Kriss de Niort, le 17/01/2008

Crédit photo :
Auteur : Hollingsworth, John and Karen
Source : U.S. Fish and Wildlife Service
Statut : domaine public
Remarque : photo recadrée


Voir aussi :
le harfang des neiges | le faisan de Colchide | les pélicans | le guide des chants d'oiseaux | la huppe fasciée | la perruche souris | le vautour fauve | chouettes et hiboux | les corbeaux | le fou de Bassan | le grand albatros | le macareux moine | les hirondelles | les oiseaux de mon jardin | Faisan hoki bleu | Aigle bateleur | Aigle impérial | Vautour percnoptère | Echasse blanche | Effraie des clochers | Le pygargue à tête blanche | Le pygargue vocifère | Le milan noir | La céréopse cendrée | Le vautour de l'Himalaya | Le condor des Andes | Urubu à tête rouge | Vautour africain | Vautour de Rueppell | Cygne à cou noir | Tyran quiquivi | Vautour urubu | Vautour moine | Bec en sabot| Vautour charognard | Ani à bec lisse | Grue couronnée noire | Oie à tête barrée |

Partager cet article

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article

commentaires

sonja 21/01/2008 14:14

Quelle jolie petite chose bien fragile
Mais un habit de lumière qui attire tout de suite l'attention. Il a l'air vif comme oiseau. Il doit être sans cesse en mouvement.
En voilà un autre chez qui la femmelle est la travailleuse, sous l'oeil de son mâle époux....
Tu cueilles vraiment de magnifiques photos
A très bientôt pour une prochaine visite.
Pensées
Sonia

Kriss de Niort 21/01/2008 14:24

Tu seras toujours la bienvenue ;)

Michka dit Le Pirate :0091: :0010: 19/01/2008 11:47

quel jaune vif!!

sachot 19/01/2008 10:33

bonjour
c'est un que je ne connaissais pas er cette couleur jaune éclatant est superbe, quel bel oiseau
bonne journée
doque

Ionard 18/01/2008 19:37

Bonsoir Kriss
Ou là là ici j'arrive sur un blog super documenté!
Très très beau!
Je suis allée me pavaner devant tes orchidées! toutes plus belles les unes que les autres!
J'ai refusé le serpent même si ce doit être intéressant ce que tu dis! J'ai préféré et oiseau!
Bonne soirée
Dany
Et j'espère bien que tu verras des ours au Québec!

Kriss de Niort 18/01/2008 19:39

Merci de ta visite... et oui ici il y en a pour tous les goûts...

Xavier 18/01/2008 14:47

Un découverte pour moi j'avais même jamais entendu son nom !!