Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 octobre 2000 7 15 /10 /octobre /2000 18:52

 

Eudicella gralli



Eudicella gralli
est un insecte appartenant à l'ordre des coléoptères, au sous ordre des Polyphaga, à l'infra ordre des Scarabaeiformia, à la super famille des Scarabaeoidea, à la famille des Scarabaeidae ou des Cetoniidae (suivant les auteurs), à la sous famille des Cetoniinae, à la tribu des Goliathini et au genre Eudicella.

Eudicella gralli est une cétoine mesurant de 3 à 4 centimètres de long, originaire d'Afrique centrale, et plus précisément : Burundi, Congo, Gabon, Ouganda, Rwanda, Zaïre.

L'imago (adulte) Eudicella gralli fréquente les forêts tropicales humides où il se nourrit du nectar et du pollen des fleurs, ce qui lui a valu en anglais le nom de "flower beetle", ainsi que de fruits mûrs.

Il existe de nombreuses sous espèces basées essentiellement sur des variations de coloration des élytres. Parmi les sous espèces on peut citer (la liste n'est sans doute pas exhaustive) :
• Eudicella gralli alaeri,
• Eudicella gralli elgonensis,
• Eudicella gralli gralli,
• Eudicella gralli hubini,
• Eudicella gralli imatogensis,
• Eudicella gralli iturica,
• Eudicella gralli mechowi,
• Eudicella gralli orientalis,
• Eudicella gralli pauperata,
• Eudicella gralli thyrii,
• Eudicella gralli umbrovitatta.

Certains auteurs reconnaissent les variétés suivantes :
• Eudicella gralli gralli var. lateralis,
• Eudicella gralli gralli var. subvittata,
• Eudicella gralli gralli var. vittipennis.

Je ne décris pas les particularités de chaque sous espèces, mais je fournis des renseignements d'ordre général sur Eudicella gralli.

Chez Eudicella gralli le dimorphisme sexuel est flagrant. En effet les mâles sont plus grands que les femelles (environ 3,5 à 4 centimètres pour les mâles et 3 centimètres pour les femelles, voire moins). De plus les mâles arborent une grande corne brun jaune, rabattue vers l'arrière, en forme de "Y", qu'ils utilisent volontiers lors des combats entre mâles en période de reproduction. La tête des femelles est en forme de "pelle" ce qui est fort utile pour le fouissage. Les élytres sont vivement colorées chez la plupart des sous espèces. La couleur des pattes est parfois différente d'une sous espèce à l'autre.

Après accouplement les œufs sont pondus au sol parmi les végétaux en décomposition. La durée de l'incubation varie en fonction des conditions climatiques (hygrométrie et température), mais se situe généralement dans une fourchette de 10 à 20 jours.

La larve ressemble à un "ver blanc". Elle passe par 3 stades successifs. La larve se nourrit de matériaux en décomposition (bois, feuille…). Au terme de son développement, qui peut durer de 6 à 9 mois, la larve atteint 5 à 6 centimètres de longueur.

Arrivé à terme la larve s'enfouit dans le sol et se constitue une loge nymphale qui est une sorte de coque constituée de terre et de débris végétaux, le tout lié par une sécrétion. C'est à l'intérieur de cette loge que s'effectue la nymphose. Cette opération nécessite de 40 à 55 jours.

L'imago brise alors la coque et émerge. Souvent les femelles émergent avant les mâles. La nouvelle ponte a lieu une vingtaine de jours après l'émergence. La durée de vie des imagos est de 100 à 150 jours.
 
 
Kriss de Niort


Partager cet article

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article

commentaires