Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 novembre 2000 6 04 /11 /novembre /2000 19:07

 

Clavaire dorée - Ramaria aurea



La clavaire dorée (Ramaria aurea Syn. Clavaria aurea), appelée également ramaire dorée, est un champignon basidiomycète appartenant à la classe des homobasidiomycètes, à la sous classe des Aphyllophoromycetideae, à l'ordre des phallales, à la famille des ramariacées (Ramariaceae) et au genre Ramaria.

Je dois avouer que je suis très dubitatif en ce qui concerne cette classification. En effet j'ai trouvé cette clavaire rameuse dans l'ordre des Phallales, des Clavariales, des Cantharellales et des Poriales. En ce qui concerne les familles, ce n'est guère mieux. Suivant les auteurs la clavaire dorée est rattachée à la famille des ramariacées, des clavariacées ou des gomphacées. Si quelqu'un peut m'indiquer la classification actuelle, j'en serais heureux.

On retrouve la clavaire dorée un peu partout dans le monde pour peu que les conditions climatiques et la nature su sol lui conviennent. Ce champignon peut être, suivant les endroits, peu courant à rare.

On retrouve la clavaire dorée dans divers habitats humides : forêts de feuillus, surtout hêtraies, forets mixtes et forêts de conifères, notamment pessières (épicéas) pinèdes et sapinières. La clavaire dorée semble plus présent en altitude qu'en plaine. On trouve la clavaire dorée de l'été à l'automne, en cercle, en groupe, mais le plus souvent isolé.

La clavaire dorée possède plusieurs noms vernaculaires comme menotte, chèvre, gallinote. Au Québec on l'appelle également chevrette ou chou-fleur. En anglais la clavaire dorée est appelée golden coral, en allemand : goldgelbe koralle, en espagnol : peu de rata groc et en italien : corallo giallo, ditola dorata, cresta di gallo ou manina dorata.


Dans la forêt la clavaire dorée joue un rôle ectomycorhizien important. Dans l'ectomycorhize les cellules du champignon (hyphes) ne pénètrent pas à l’intérieur de la paroi cellulaire de la plante mais forment un manchon de mycélium profitable aux arbres. 


La clavaire dorée mesure une quinzaine de centimètres de haut et peut faire jusqu'à 20 centimètres de diamètre. Il n'y a pas de chapeau, ni d'anneau ni de bogue. La clavaire dorée ressemble à un petit arbre (ou à du corail). A la base de la clavaire dorée se trouve un "tronc" court, de 1 à 4 centimètres de diamètre, massif et charnu, de couleur jaune crème. De nombreux rameaux (d'où le nom de "ramaire") sont issus de ce "tronc". Ces rameaux, dressés, droits ou plus ou moins tortueux, bifurqués en ramuscules denticulées, présentent une couleur jaune orangée, plus foncée à l'apex, et qui pâlit avec l'âge. La chair est blanche et ferme.

La sporée est jaune, avec des spores verruqueuses, ellipsoïdes ou en forme de fuseaux (fusiforme).

La chair de la clavaire dorée est, blanc jaunâtre, cassante, de consistance aqueuse, d'odeur et de saveur douces. La clavaire dorée est comestible à l'état jeune. En vieillissant elle devient coriace, amère et indigeste. De plus, la consommation exagérée, même à l'état jeune, a des effets laxatifs.

Attention : la clavaire dorée peut être confondue avec d'autres clavaires rameuses comme la clavaire jaune (Ramaria flava), la ramaire de Largent (Ramaria largentii), la clavaire jolie (Ramaria formosa) ou la calocère visqueuse (Calocera viscosa). Dans le doute, soyez prudents et abstenez vous.
 
 
Kriss de Niort


Partager cet article

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article

commentaires