Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 octobre 2000 6 21 /10 /octobre /2000 07:41

Les orties



Les orties d'un point de vue botanique :

Les orties font partie de la famille des urticacées. En France on admet généralement qu'il existe six variétés d'orties, dont quatre, plus rares, sont presque uniquement présentes dans les régions méditerranéennes (notamment l'ortie à membranes et l'ortie à pilules également appelée ortie romaine). Dans cet article, je vais me consacrer uniquement aux deux variétés les plus courantes, l'ortie dioïque et l'ortie brûlante.

L'ortie dioïque est une plante vivace qui possède un rhizome. Comme son nom l'indique, elle est dioïque, c'est à dire que les fleurs d'une même plante sont unisexuées (soit mâle soit femelle). Il y a donc des pieds entièrement mâles et des pieds entièrement femelles. Les fleurs mâles se présentent sous la forme de longs chatons pendants et les fleurs femelles sont disposées en petites grappes. C'est l'ortie des gastronomes.

L'ortie brûlante est une plante annuelle, herbacée. Elle est plus urticante que l'ortie dioïque. Les fleurs mâles et femelles sont situées sur le même pied (on dit qu'elle est monoïque). Elle est plus petite que l'ortie dioïque et ne dépasse que très rarement les 70 centimètres (l'ortie dioïque peut atteindre 150 centimètres). C'est l'ortie des pharmaciens.

Le fruit fécondé de l'ortie est un akène. Les orties sont généralement mésophiles, c'est à dire qu'elles se développent sur des sols moyennement pourvus en eau. Elles s'accommodent aussi bien de sols calcaires que de sols siliceux. Les orties sont grosses consommatrices d'azote, on les retrouvera donc le plus souvent au bord des chemins, dans les jardins et les champs bien fumés, les prairies où les bêtes ont longtemps séjourné. C'est aussi une plante que l'on rencontrera fréquemment sur les décombres (on dit que c'est une plante rudérale).


Attention à ne pas confondre :

Dans le langage populaire, certaines plantes portent également le nom d'ortie mais n'en sont pas. Il s'agit de l'ortie blanche, de l'ortie rouge et de l'ortie jaune qui ne sont même pas des urticacées mais des labiacées qui sont en fait respectivement, le lamier blanc, le lamier tacheté et le lamier jaune. En cas de confusion, ce n'est pas dramatique, elles sont également comestibles.


Pourquoi les orties piquent ?

Le dessus des feuilles et les tiges sont recouverts de poils urticants. Ces poils, en forme d'ampoule, que l'on nomme également dard, sont terminés par un petit renflement riche en silice et donc très cassant. C'est ce qui se produit au moindre contact. L'embout casse, pénètre dans la peau et libère le produit urticant qui était sous pression à la base du poil. Pendant de nombreuses années on a cru que ce produit était uniquement de l'acide formique (comme pour les fourmis). Des études plus récentes montrent qu'il s'agit plutôt d'un savant mélange de plusieurs produits chimiques : formiate de sodium (à base d'acide formique), sérotonine (neurotransmetteur, présent naturellement dans le cerveau), acétylcholine (produit à base d'acide acétique) et surtout de l'histamine. Amis chimistes, amusez-vous…


Contrepoison :

La nature est bien faite. Souvent à proximité des orties vous trouverez du plantain. Ne prenez pas le plantain lancéolé (à feuilles étroites) mais le plantain majeur appelé aussi grand plantain, reconnaissable à ses feuilles ovales. Froissez quelques feuilles et passez-les sur la zone où vous êtes fait piquer par les orties. A noter que le plantain est efficace également contre les piqûres de guêpe et d'abeilles.


Les vertus que l'on prête aux orties :

on ne prête qu'aux riches ! Pour commencer, il faut savoir que les orties sont très riches en protéines, en acides aminés, en vitamines, notamment A et C, en sels minéraux et en oligo-éléments. Leur teneur en fer et en magnésium est importante. C'est aussi une des plantes les plus riches en chlorophylle. L'ortie contient plus de protéines que le soja. L'ortie est également le légume vert qui contient le plus de vitamines C. Un chiffre qui fait réfléchir : l'ortie contient six fois plus de vitamines C qu'une orange !

Les propriétés médicinales attribuées aux ortie sont très nombreuses. Jugez-en. On dit qu'elles favorisent la lactation chez les jeunes mamans, que ses piqûres soignent efficacement les rhumatismes, qu'elles ont des effets dépuratifs, toniques et diurétiques. On dit également que l'ortie est hémostatique (des fragments de tiges introduits dans les narines arrêteraient les saignements, plus judicieux, introduisez dans les narines un morceau de coton sur lequel vous aurez préalablement déposé un peu de suc de la plante) et astringente (elle facilite la cicatrisation).

Nos grands parents utilisaient les décoctions ou les infusions d'ortie pour soigner : l'urticaire, le psoriasis, les aphtes, la diarrhée, l'énurésie (incontinence urinaire), la leucorrhée (les pertes blanches), les œdèmes et bien d'autres choses encore. Interrogez les anciens autour de vous et vous serez certainement surpris par ce qu'ils vous raconteront.


Les massifs d'orties : un monde en miniature.

De très nombreuses espèces d'insectes trouvent refuge au sein des massifs d'orties. Il faut savoir qu'un massif d'orties, de taille significative, constitue un véritable écosystème miniature. Détruire les massifs d'orties, c'est tuer une trentaine d'espèces d'insectes que leur sont inféodés. D'autres insectes ne sont que de passage. Parmi les plus remarquables je voudrais citer deux espèces de papillons parmi les plus beaux que nous ayons en France. En effet, les chenilles du vulcain et du paon du jour se développent presque exclusivement que dans les massifs d'orties. Donc détruire les orties, c'est se priver du merveilleux spectacle de ces lépidoptères.

Un massif d'ortie, c'est souvent une cachette idéale pour certains oiseaux, entre autre les rousserolles et les fauvettes qui y construisent leur nid bien à l'abri des prédateurs. Par contre, les oiseaux insectivores et plus particulièrement la mésange trouvent là de nombreuses chenilles pour satisfaire leur appétit et celui de leur nichée. Si vous êtes amateurs d'escargots, vous en trouverez certainement au milieu des pousses d'ortie dont ils font volontiers leur régal. Plusieurs espèces de mammifères ne dédaignent pas les orties, notamment lorsqu'elles sont en graines.

Tout ceci pour vous montrer combien les orties sont importantes pour l'équilibre biologique d'un milieu, malgré leur mauvaise réputation.


Les orties et les gourmets : (préférez l'ortie dioïque)

La consommation d'orties ne date pas d'hier ! Des recherches ont permis de prouver que nos ancêtres du néolithique consommaient déjà des orties. Plus proche de nous, Pline décrit une soixantaine de recettes à base d'orties.

Je ne vais pas vous donner des recettes de cuisine (il y a d'autres sites pour ça), mais quelques conseils pour la cueillette. Si vous êtes douillets (ce que je comprends aisément) mettez des gants en plastique et prenez une paire de ciseaux. Ne cueillez que les jeunes pousses. Si la plante est bien développée, coupez les tiges au niveau de la cinquième feuille. Transportez votre récolte dans un panier plutôt que dans un sac en plastique. Ne cueillez pas en bordure de route ni trop proche d'un champ sur lequel il aura été répandu des insecticides, pesticides, engrais et autres cochonneries.

Vous pouvez cueillir l'ortie presque toute l'année. Pour avoir des tiges fraîches en toute saison, il suffit de faucher un petit carré. Ne vous inquiétez pas, ça va repousser et les nouvelles tiges seront bien tendres.

La question que se pausent les gens est de savoir si l'ortie va piquer la bouche en la consommant. Pour ma part, je n'ai jamais vu d'escargots se plier de douleur… Non, plus sérieusement, les orties perdent leur pouvoir piquant si vous les ébouillantez, si vous les mixez ou tout simplement au bout de 24 heures de séchage à l'abri du soleil.


Les orties et le jardinier :

Je ne peux pas terminer ce tour d'horizon sur les orties sans vous parle du fameux purin d'orties. En effet l'ortie est un précieux allié des jardiniers soucieux d'environnement. Le purin d'ortie s'avère être un engrais puissant qui apporte aux plantes un supplément d'azote et de sels minéraux. C'est aussi un répulsif efficace contre les acariens et les pucerons.

Préparation : munissez vous d'un grand récipient. Remplissez-le de 10 litres d'eau (préférez l'eau de pluie à l'eau du robinet). Mettez dans cette eau 1500 grammes de jeunes feuilles d'orties hachées. Laissez macérer pendant environ quinze jours. Filtrez. Cette préparation sent assez fort d'où son nom. Par conséquent stockez le récipient dans un lieu isolé.

Comment l'utiliser : sous forme d'insecticide pour lutter, par exemple, contre une infestation de pucerons : diluez dans 10 litres d'eau 1 litre de purin et pulvérisez sur le feuillage. Doublez la concentration pour enrichir les sols ou pour lutter contre les champignons, les algues, le lichen, le mildiou…

Le purin d'ortie se conserve un mois environ, à l'abri de la lumière et de la chaleur.


En conclusion :

Après avoir lu ces quelques lignes sur les orties j'espère que vous ne les regardez plus comme auparavant et que dans votre esprit, "ortie" ne sera plus associé à "mauvaise herbe". Je sais, le chemin est long…

J'aurais pu vous en dire d'avantage, parler par exemple des vertus tinctoriales, disserter sur l'utilisation industrielle qu'en faisaient nos anciens : cordages, pâte à papier et bien d'autres choses encore… mais ceci est un article et non un livre.



Kriss de Niort, le 19/01/2007

Partager cet article

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article

commentaires

patricia 11 11/04/2008 16:26

Dis moi en décoction où infusion, tu met les feuilles où les tiges ?

Kriss de Niort 13/04/2008 21:08


Je mets les deux... je dépiote pas...


Foise 05/04/2008 05:56

Je suis à nouveau sur ton article, je me demandais dans quelle couleur, ou dans quelle catégorie les mettre. Pour le moment je n'ai que des diöïques. On dira fleurs vertes, non ?
Au début tu as mis "dans cet avis", tu voulais dire dans cet article, non ?
C'est souvent on a beau se relire 2, 3 fois... Alors comme ça t'as été un méchant galopin... fille unique, sans cousin je vois que j'ai raté beaucoup de choses !!!

Kriss de Niort 05/04/2008 22:16


Merci pour cette remarque. Cet article avait été publié il y a quelques années sur un site où les articles s'appelent "avis" et lorsque je l'ai republié ici le mot "avis" est resté. Grace à toi je
viens de corriger. Sympa :)

Oui vert va très bien. Et si tu veux que je te course avec une poigné d'orties, il suffit de demander.

J'ai aussi quelque part dans mon ordi une photo de l'ortie à pilule... le plus difficile c'est de la retrouver...



Foise 02/04/2008 20:03

Bonsoir, j'en ai quelques images prisent cet après-midi malgré un petit crachin. Je pourrais te raconter une longue anecdote à leur sujet, je m'en suis régalée en Espagne sur le camino chaque fois que l'albergue avait une cuisine et une quelconque casserole... C'est souverain pour les mollets. Pas de crampes la nuit qui suis un souper d'ortie. La montée de Foncebadon, jusqu'à Crus de ferro je ne l'ai pas vu passer.
Je m'en sers aussi pour faire un purin pour les plantes de ma terrasse au démarrage. Après j'entretiens le fleurissement avec un purin de consoude. Je prépare ça à ma façon en bourrant tout ce que je peux de feuilles dans un bidon de 3 l (lessive liquide) je mets de l'eau. Quand ça pue, c'est bon ! je dilue au pif et tout va bien.
Je me réjouis pour toi de ce voyage, tu vas rapporter de belles images. J'ai gardé un pécule dans l'objectif de voyager mais je ne supporte pas ce qui est organisé, et je n'ai pas l'esprit grégaire. J'ai fait ce que j'ai pu seule, et faute d'une compagnie dans le même esprit que moi, je me contente de la proximité, n'étant pas Alexandra David Neel, ni Ella Maillart... pour m'acheminer seule en terre inconnue (très moyenne en anglais de surcroît) En somme je suis une routarde qui a raté son envol !
J'ai eu une journée chargée. Bonsoir

Kriss de Niort 03/04/2008 07:19


Les orties c'est toute ma jeunesse... avec une cousine on faisait des bouquets d'orties et on se poursuivait pour se frictionner les jambes avec... drôle de jeux...  50 ans après on en rit
encore que on se revoit...


mamapasta 24/12/2007 11:19

j'attendrais le printemps pour publier des recettes aux orties, là, moins cinq ce matin en rase campagne et pas d'ortie!

Kriss de Niort 24/12/2007 11:43

Vi c'est sur qu'en ce moment elles ne sont pas fières !

severine 21/10/2007 18:10

Moi j'adore la soupe d'orties, c ma soupe préférée. Mais quand on l'achète toute faite ça reste relativement cher. et encore pas facile à trouver.
Séverine