Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 octobre 2000 4 19 /10 /octobre /2000 09:26

Les coccinelles




La plupart des gens n'osent pas toucher les insectes, soit par peur, soit par ignorance. Cependant il en est un qui se détache assez nettement du lot, c'est la coccinelle.

En effet ce petit insecte, inoffensif, se laisse facilement capturer, même par les plus craintifs d'entre nous et nous sommes très nombreux à avoir accueilli au moins une fois sur notre main ce charmant insecte pour voir dans quelle direction il allait s'envoler. Selon certaines croyances la coccinelle s'envolerait en direction de nos futures amours... Je vous laisse juge...

Ce qui est certain c'est que ce coléoptère occupe un place à part dans notre société, en concurrence peut être avec les papillons. La coccinelle est présente aussi bien sous la forme de bijoux (bague, pendentif, broche) que de jouets pour enfants. La plupart les livres d'images mettent la coccinelle en bonne place. C'est aussi le surnom nom d'une célèbre automobile très populaire et immortalisée à l'écran par Walt Disney.

La coccinelle insecte populaire est également connue au travers d'une comptine que nombre d'entre nous avons apprise dans notre enfance. Souvenez-vous : Coccinelle, demoiselle, bête à Bon Dieu, Coccinelle, demoiselle, vole vers les cieux... Victor Hugo et Robert Desnos l'ont également honorée.


Un peu d'entomologie

Les coccinelle sont des insectes appartenant à la famille des Coccinellidées et à l'ordre des coléoptères. Il existe plus de 4000 types de coccinelles à travers le monde. En France, on en dénombre environ 90 types.

La plupart des coccinelles sont caractérisées par leurs élytres (ailes), de couleur souvent rouge ou jaune vif, avec des points noirs (ocelles), mais parfois ces couleurs sont inversées. C'est la coccinelle à sept points (Coccinella septempunctata) qui est la plus connue. La coccinelle à deux points est également très présente dans nos contrées. Il n'est pas rare que dans une même ponte on retrouve des coccinelles à deux points, noires avec des points rouges. La coccinelle jaune à 22 points, plus petite, est végétarienne (elle se nourrit souvent de champignons). A noter que certaines coccinelles ne possèdent pas de points.

Contrairement à une idée assez répandue, ce n'est pas le nombre de points sur les ailes qui indique l'âge d'une coccinelle.


La coccinelle, un insecte migrateur ?

Jeune imago de coccinelle à côté de son exuvie Lorsque l’été ou l'hiver arrive la nourriture est moins abondante. Les coccinelles s'envolent alors (les ailes membraneuses cachées sous les élytres peuvent effectuer neuf battements à la seconde, leur permettant ainsi de voler jusqu’à une altitude de 2000 mètres et sur une distance de 5 kilomètres) pour rejoindre d’autres congénères. Blotties les unes contre les autres, les coccinelles se reposent jusqu’au printemps ou l'automne suivant . C’est ce qu'on appelle l’estivo-hivernation (les coccinelles se reposent une partie de l’été et pendant tout l’hiver). Nos amies les coccinelles se cachent dans des végétaux ou dans des crevasses, voire à l'abri de nos maisons, pour passer une partie de l'été et l'hiver.

Pour effectuer cette migration, les coccinelles utilisent les ascendances thermiques des courants aériens ce qui leur permet d'aller plus haut et plus loin. Il se produit ainsi parfois (nombre de coccinelles se retrouvant dans la même ascendance) des concentrations importantes. Ces rassemblement ponctuels et fortuits peuvent laisser croire que les coccinelles sont en surnombre, alors même que, globalement, leur population est en nette régression à cause principalement de l'usage intensif des insecticides.

Le printemps venu, à l'apparition des premiers rayons de soleil, elles émergent de leur léthargie. Vous pouvez les observer alors sur les fleurs de votre jardin.

Les coccinelles adultes, tout comme les larves se nourrissent essentiellement de pucerons. Ceci explique pourquoi leurs œufs sont pondus généralement sur des "plantes garde-manger" comme les capucines ou les rosiers connus pour héberger de nombreuses colonies de pucerons. Leur repas s'agrémente également de cochenilles ainsi que des œufs et des larves de doryphores, d'acariens, voire de leurs propres œufs en cas de disette.

Une ponte de coccinelle comporte entre 10 et 40 œufs. En un mois, les larves qui sortent de ces œufs se transforment en nymphes puis en adultes et se reproduisent à leur tour. L'imago (la coccinelle adulte) ne vit que quelques mois, un an au maximum. Dans sa vie, une coccinelle peut produire jusqu'à 2000 œufs. Sur le plan purement sexuel, on ne peut pas dire que ce soit très excitant. Déjà le mâle, plus petit que la femelle, rencontre pas mal de difficultés pour rester agrippé sur le dos de sa partenaire qui, indifférente, continue de vaquer à ses occupations comme s'il ne se passait rien...

Photo de coccinelle Les larves sont différentes des adultes. Elles présentent une forme plus allongée et possèdent une coloration ardoisée parsemée de taches jaunes ou rouges, parfois quelques touffes de poils et quelques aspérités qui ressemblent plus à des verrues qu'à autre chose. Ces larves sont très voraces. En effet elles dévorent jusqu'à 150 pucerons chaque jour.

Les coccinelles possèdent des couleurs vives et sont ainsi visibles de tous. Ces couleurs vives préviennent les prédateurs potentiels qu’elles ne sont pas bonnes à consommer. Quand les coccinelles se sentent menacées, elles font apparaître par leurs articulations quelques gouttes de sang (l’hémolymphe) de couleur jaune orange. Ce produit possède un goût plutôt repoussant et une odeur âcre. Il est toxique pour certains animaux qui de ce fait s'aventurent rarement à les capturer. Autre arme de la coccinelle, la thanatose. En clair cela revient à dire qu'une coccinelle qui se sent menacée peut feindre la mort pour détourner l'attention d'un ennemi potentiel car la plupart des prédateurs préfèrent les insectes vivants.

Les principaux prédateurs de la coccinelle sont certains petits rongeurs, des oiseaux insectivores ainsi que certaines araignées, notamment les araignées thomises. Parmi les insectes les principaux ennemis sont la punaise assassin et la mante religieuse.


La coccinelle, un insecticide non polluant

Larve de coccinelle Les coccinelles peuvent être utilisées pour lutter efficacement et de façon naturelle contre les pucerons qui envahissent nos cultures. Cette pratique évite l'usage d'insecticides toxiques pour la santé et néfastes pour l'environnement. Vous pouvez vous procurer des larves de coccinelles dans certaines jardineries ou les commander sur Internet par l'intermédiaire de sites spécialisés.

Dès que des colonies de pucerons apparaissent sur vos cultures, déposez 2 à 3 larves par plante. C'est assez. En général cela suffit à éradiquer l'infestation. Petit inconvénient, au bout d'un mois, lorsque l'insecte a terminé sa nymphose, il n'est pas certain qu'il reste sur place. S'il reste encore des pucerons, il faudra renouveler l'opération.

La vie de coccinelle n'est pas toujours un long fleuve tranquille. En effet nos amies les fourmis, grandes éleveuse de pucerons ne voient pas toujours d'un très bon œil leurs élevages dévastés par des intrus et bien sûr elles font tout ce qu'elles peuvent pour chasser ce prédateur. Il vous faudra donc éventuellement protéger vos larves contre les fourmis. Un peu de marc de café au pied de vos rosiers fera l'affaire.


En conclusion

J'espère que ces quelques lignes vous en auront appris un peu plus sur cet insecte. J'ai essayé de ne pas être trop "technique" pour ne pas vous rebuter, mais vulgariser n'est pas toujours facile. Si quelques personnes parmi les lecteurs tentent l'aventure des larves de coccinelle pour lutter contre les pucerons ou les cochenilles, faites moi part de vos impressions.

Les plus aventureux pourront réaliser leur propre élevage de coccinelles. Tous les renseignements figurent sur le net. Ce n'est pas très difficile et certaines écoles pratiquent cet élevage dans le cadre d'ateliers éducatifs.


Kriss de Niort, le 23/01/2007

Partager cet article

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article

commentaires

Foise 16/03/2008 07:56

Hier c'était la grande sortie des coccinelles j'en ai vu des centaines sur le talus d'une vigne de Chignin, uniquement Adalia 7-punctata, celles que tu affichent sont étonnantes. ESt-ce que ce ne sont pas ces fameuses asiatiques. J'ai lu que les larves achetées pour lutter contre les pucerons produisaient un insecte prédateur des coccinelles locales... Cet insecticide naturel n'est-ce pas une fausse bonne idée ?

Kriss de Niort 16/03/2008 09:07

Entièrement ok avec toi pour cette mauvaise idée de l'INRA... mon article sur la coccinelle asiatique est là : http://www.krissnature.net/article-16068323.html

Pourquoi pas 07/03/2008 23:25

Tu en sais plus que moi
Merci de ta visite

L@urence 26/11/2007 17:48

je n'en vois plus trop pour l'instant, mais à clermont on avait une invasion de larves de coccinelles du japon
gare au printemps quand tout ça va voler et pondre !!!!!

Kriss de Niort 26/11/2007 20:36

Une vrai plaie ces coccinelles asiatiques !

Ismerie 26/11/2007 07:49

Des articles toujours aussi passionnants !
Cette année, j'ai pas mal "chassé" les coccinelles de mon jardin... photographiquement parlant ! ;o)))
Il me manque quelques photos pour avoir le déroulement complet de leur cycle de vie... je vais donc poursuivre cette "chasse" et compléter mon tableau ! ;o)))
Merci pour toutes ces informations.

Kriss de Niort 26/11/2007 09:41

De rien :)

Nadine 20/10/2007 14:26

Cet article est vraiment très intéressant et instructif j'en ai plein chez moi où je croyais qu'elles recherchaient la chaleur.