Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 octobre 2000 2 17 /10 /octobre /2000 17:42

Les araignées


(suite)





Dis moi comment est ta toile et je te dirai qui tu es :


De nombreuses araignées(mais pas toutes) tissent une toile afin de capturer leurs proies. Les Araneidae (notamment les épeires) tissent des proies géométriques, très structurées. Les tégénaires tissent une toile plutôt horizontale (appelée nappe). La toile des pholques est très irrégulière. La toile de l'argiope ressemble assez à celle de l'épeire, mais est caractérisée par la présence d'une structure en "zigzag" très marquée.

D'autres espèces tissent une toile en entonnoir, alors que certaines araignées qui s'invitent souvent dans les granges tissent leur toiles exclusivement dans l'angle des murs.

Une espèce d'araignée exotique (la seule à ma connaissance vivant en colonies) recouvre des pans entiers d'arbres et d'arbustes avec leurs toiles, ce qui donne à la végétation un aspect de voile de mariée.

Donc, l'étude de la forme de la toile donne déjà un indice sur l'identité de ses propriétaires.

Tiens une petite anecdote pour épater vos amis : avant de construire une nouvelle toile, beaucoup d'araignées "mangent" les fils de l'ancienne toile pour récupérer les glucides et acide aminés qu'elle contient. Il n'y a pas de petites économies !


Dis moi comment tu chasses et je te dirai qui tu es :

Si de nombreuses araignées tissent une toile pour capturer leurs proies, d'autres ont développé des techniques particulières.

La chasse à vue :
Certaines espèces d'araignées ne tissant pas de toile préfèrent chasser à vue. En général, ce sont les espèces qui possèdent la meilleure vue (yeux médians) Elles courent à la recherche de proies soit à même le sol soit sur dans les arbustes ou sur les murs des bâtiments. Lorsqu'elles détectent une proie elles s'en approchent doucement et fond sur elle afin de la mordre. Certaines peuvent effectuer de très grands bonds, par rapport à leur taille. Ce sont les araignées sauteuses. Bien évidemment ces qualités sont également utilisées pour fuir en cas de danger. Les araignées nocturnes et celles qui possèdent une moins bonne vue décèlent leurs proies à l'aide de capteurs chimiques ou mécaniques (parfois les deux), qui permettent de détecter les vibrations de l'air ou du sol et la présence de certaines particules odorantes.

La chasse à l'affût :
Certaines araignées (le plus souvent des araignées-crabe), moins sportives ou moins courageuses, préfèrent attendre sagement les proies, en restant à l'affût. Elles sont sournoises car généralement elles prennent la couleur de la fleur qui les accueille. C'est ce qu'on nomme l'homochromie. Les mygales quant à elles, creusent un trou refermé par une sorte de trappe amovible, et attend qu'une proie passe à proximité.

La chasse au leurre :
L'araignée bolas, de mœurs nocturnes, produit une goutte de liquide qu'elle fixe au bout d'un fil puis émet des phéromones (tout du moins une substance qui imite ces phéromones) de proies potentielles (souvent des papillons nocturnes). Elle agite alors le fil en tous sens et la proie vient s'y coller, croyant rencontrer un congénère.

Enfin je ne résiste pas au plaisir d'évoquer une chasse très particulière. La lancer de crachat. En effet une espèce d'araignée nocturne (la spitting spider) que vous avez peut-être dans vos habitations, projette un jet de glu sur ses proies pour les immobiliser.


Et si on parlait sexe ?

Je sais que vous attendiez ce paragraphe.

Le mâle, lorsqu'il sent en lui l'appel du sexe (lorsqu il est devenu adulte donc) arrête de manger. C'est un signe qui ne trompe pas. Il prépare son balluchon et part à la chasse à la femelle. Non je ne rigole pas. Le mâle tisse une toile spéciale, nommée toile spermatique, et y dépose son sperme. L'histoire ne dit pas si pendant cette opération hautement romantique des images lubriques trottent dans sa tête. Il se met alors à la recherche d'une partenaire ayant les mêmes intentions coquines que lui. Pas très difficile à trouver, car les femelles ayant des envies de reproduction le font savoir à qui mieux mieux en émettant des phéromones. C'est bien connu, mesdames, mettez un bon parfum, faites vous belles et les mâles arrivent !

Dès qu'une femelle réceptive est trouvée, il faut la séduire. Commence alors une parade nuptiale… Il s'agit de faire comprendre à la femelle qu'il lui veut du bien et qu'il n'est ni une proie, ni un ennemi. Cette parade prend diverses formes suivant les espèces d'araignées. Certains mâles (orbitèles), insèrent sur la toile de leur belle un fil spécial, nommé "fil de cour" (ah que c'est beau !) qu'il fait vibrer d'une façon particulière pour la prévenir. Roméo et Juliette, c'est rien à côté… Le mâle de l'araignée thomise, entoure la femelle de quelques fils de soie, non pas pour lui tisser une belle lingerie, mais pour l'immobiliser temporairement. Il doit être amateur de bondage. N'ayez crainte, il ne serre pas trop et lorsqu'il aura terminé son affaire, la femelle pourra se libérer seule. Les mâles d'autres espèces se lancent dans des danses rituelles dans lesquelles palpes et pattes sont mis à rude épreuve.

D'autres encore entonnent une sérénade en émettant des signaux sonores particuliers grâce à un organe "stridulatoire". Chez certaines espèces le mâle offre un bouquet de fleurs, heu non, une proie bien emballée de soie. C'est bien connu, les femmes aiment les cadeaux. Si la femelle accepte ce cadeau, c'est bon signe ! Pendant qu'elle déguste son présent, elle tourne le dos au mâle qui peut alors procéder à l'accouplement. S'il veut que ça dure longtemps, il a tout intérêt à offrir une grosse proie. En moyenne l'accouplement prend une heure (prenez des leçons messieurs). Ah oui, j'ai oublié de préciser : souvent la femelle mange le mâle après l'accouplement. Après l'effort, le réconfort ! Si la femelle a mangé, ou mieux, si elle est encore en train de manger, le mâle peut revenir chez lui sans trop de soucis.

Mais il y a des vicieux ! Les mâles de certaines espèces repèrent des femelles encore immatures mais effectuant leur dernière mue. Ils attendent tranquillement que les jeunes innocentes aient revêtu leurs nouveaux habits et s'offrent la virginité de ces demoiselles. De plus, comme les crochets venimeux n'ont pas encore durci, ils prennent peu de risques.

Mais comment se passe l'accouplement ? Le mâle aspire la semence déposée dans la toile spermatique à l'aide d'un organe spécial, le bulbe copulateur. Ensuite il introduit le bulbe copulateur à l'intérieur de l'orifice vaginal de la femelle. Là où c'est extraordinaire, c'est que la forme du bulbe copulateur et de l'orifice vaginal sont spécifiques à chaque espèce. Ben oui, si le mâle épeire souhaite avoir une aventure avec une femelle argiope, il ne pourra pas. La clef ne correspond pas à la serrure.

Par contre, cette particularité sexuelle est un indice précieux pour déterminer de nombreuses espèces.

Une fois la copulation terminée la femelle attend les conditions optimales pour pondre. Elle dépose alors ses œufs dans un cocon. Certaines araignées font deux ou trois pontes dans la saison.. Il faudra aux petites araignées de 5 à 10 mues pour devenir adultes. Nos pauvres araignées européennes vivent en moyenne de 12 à 18 mois. Les mâles ayant une espérance de vie moindre que les femelles. Ici aussi...


L'araignée et ses enfants


Suivant les espèces, les soins apportés par les mères à leur progéniture sont très variables. Vous avez des mères indignes qui posent leur cocon et qui l'abandonnent. Souvent pour mourir aussitôt. D'autres transportent le cocon avec elles; le mode de transport étant variable suivant l'espèce : accroché à la filière, tiré derrière elle, transporté entre ses chélicères (pinces).

Certaines araignées tissent une petite toile et y libèrent les petites araignées qui commençaient à s'agiter dans le cocon, certaines les abandonnant là, d'autres les surveillent jusqu'à ce que leur première mue soit terminée. D'autres encore transportent leur progéniture sur leur dos pendant 7 à 8 jours.


Les araignées et la soie

Les araignée produisent toutes de la soie, grâce à des glandes séricigènes. En fait cette soie est constituée de nombreux fils (fibrilles) entrelacées. Cette soie sort par les "filières".

La résistance et l'élasticité de cette soie dépend du nombre et du type de fibrilles qui la composent. En effet certaines glandes sont spécialisées : soie des toiles, fil de sécurité, fil d'emmaillotage des proies, fil des cocons etc… Les espèces qui ne tissent pas de toiles ont moins de glandes. Et bien sûr les mâles possèdent un appareil séricigène moins que les femelles.

Chose remarquable, les fils de soie, toute proportion gardée sont plus solides que les câbles d'acier. Bien évidemment, il n'est pas envisageable à l'heure actuelle d'élever des araignées et de les "traire" pour récolter cette soie. Par contre une société canadienne a réussi à isoler le gène responsable de la sécrétion de la soie et à l'introduire dans le patrimoine génétique de la chèvre. Il suffit alors de filtrer le lait des chèvres, d'en extraire les protéines de soie et de filer cette soie qui possède déjà un nom commercial le BioSteel. Cette production a lieu pour l'instant sur une petite échelle, cependant l'armée américaine s'y intéresse vivement. Les débouchés industriels sont nombreux : gilets pare-balles, fil pour la pêche, tamis de raquettes tennis etc...


L'arachnophobie

Hé oui, beaucoup de personnes ont une peur viscérale des araignées. Mais cette peur, véhiculée par l'environnement des individus, les films fantastiques, une certains textes anciens ou que sais-je d'autre encore, est-elle bien fondée ?

En fait, en France, peu d'espèces d'araignées sont capables de mordre les hommes. La position et la taille des crochets rendent la morsure impossible. Le plus souvent, une araignée qui a peur fuit ou se laisse choir sur le sol. Il est extrêmement rare qu'une araignée se sentant menacée, morde. De plus, en aucun cas une araignée ne peut prendre un être humain pour une proie.

Même si une araignée "dangereuse" parvenait à mordre un homme, compte tenu de la faible quantité de venin qu'elle est capable d'inoculer, la morsure serait certes douloureuse, mais sans grand danger. Seules certaines rares espèces françaises possèdent un venin vraiment dangereux. Parmi celles-ci, la Lycose de Narbonne, cousine de la tarentule, qui vit dans un terrier au fin fond de la garrigue, très loin des habitations. Il faut donc vraiment la chercher. La malmignatte (proche de la veuve-noire) par contre se tient à proximité de nos maisons. Une autre espèce se cache dans les anfractuosités des murs et n'hésite pas à pénétrer l'intimité de nos maisons pour y chercher l'âme sœur.

Même si les morsures de ces araignées peuvent provoquer des troubles importants (nécrotiques ou neurotoxiques), parfois accentués par des allergies, les cas de décès sont extrêmement rares.

Certaines grosses araignées, notamment les mygales, peuvent projeter un nuage (toute proportion gardée) de poils urticants.

Alors pourquoi une telle phobie de l'araignée ? En tout cas, ça se soigne avec succès. Et apprendre à mieux les connaître est déjà un premier pas.

 




Kriss de Niort, le 09/02/2007

Partager cet article

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article

commentaires

mblotus 29/01/2008 02:26

WoW moi qui croyais être la seule personne qui admire et aimes les araignées ! C'est génial... j'ai appris plein de choses je vais pouvoir impressionner mon homme ah ahah merci YES ! @+ mblotus

alice guyot 09/12/2007 22:43

ce n'est pas un commentaire, j'ai besoin de votre savoir, je fais un concours et la question est la suivante : "les araignées mordent leurs proies. Avec quels organes ?
Si vous aviez la bonté de me répondre car vous en savez beaucoup sur les araignées.
merci d'avance
Alice Guyot

Kriss de Niort 10/12/2007 07:18

ChélicèresMes araignées mordent leurs proies avec un paire d'appendices caractéristiques nommés "chélicères" et qui sont située sur le premier segment de leur corps.

Gylis 07/10/2007 12:21

pour en revenir a la phobie des araignées, j'entend souvent les gens parler de grosses araignées qu'ils ont chez eux, souvent a la fin de l'été. effectivement c'est l'epoque que choississent les tegenaires pour se mettre au chaud dans nos maisons, effectivement elles sont relativement impressionantes par leur taille (j'en ai deja croisé de 5cm d'envergure), mais elles sont tellements utiles ! ça chasse nos blattes, moustiques, fourmis et autres envahisseurs non désirés, parfois meme d'autres araignées. De plus, meme si je n'ai aucun doute sur le fait qu'elles sont capables de mordre, meme en les embetants pas une seule (et pourtant je me suis amusé...) ne m'a mordu... alors oui il y en a plein nos maisons, oui elles font de grosses toiles pas vraiment discretes, oui elles sont grosses mais elles ne genes pas vraiment, pourquoi en avoir peur ? oubliez les legendes urbaines du style "les araignées pondent sous notre peau". Pour finir, si vous ne les voulez vraiment pas chez vous (un tort a mon humble avis) vous pouvez sans danger aucun les prendre dans la paume de votre main et la ramener dehors (c'est mieux que de l'ecraser) mais bon, quand vous tournerez le dos elle retournera se mettre au chaud :)

Kriss de Niort 07/10/2007 12:55

Je suis entièrement d'accord avec toi, mais le propre d'une phobie c'est de ne pas être contrôlée.  Il existe des séances pour lutter contre cette phobie (et d'autres) qui donnent parfois de bons résultats, mais celà demande des très gros efforts aux participants.Mercu Gylis pour ta participation

chemirou 21/08/2007 22:16

c'est moi encore une autre fois, dans le but de réaliser un petit travail sur les araignées, j'ai besoin de quelque photos d'araignées, peut-tu me passer quelques une?

Kriss de Niort 24/08/2007 21:26

Je veux bien, mais tu n'as pas laissé de réponse :(

chriscraft_ 30/06/2007 14:21

si un jour tu as envie de faire un article sur le régime alimentaire des thomises par exemple no souci j'ai la collection compléte lol

Kriss de Niort 30/06/2007 16:11

Mdrrrrrr , j'avais remarqué que tu avais un faible pour les thomises :)