Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mars 2000 4 23 /03 /mars /2000 20:12

Chouettes et hiboux

Les strigiformes


Les strigiformes regroupent toutes les espèces de rapaces nocturnes. Cela représente 131 espèces réparties en 2 familles :

•  les strigidés : chouettes et hiboux,
•  les tynonidés : les effraies.


Attention de ne pas les apparenter aux rapaces diurnes qui n’ont rien à voir avec eux !


La tête

Les strigiformes possèdent un tête large avec de grands yeux ronds, leur vision est binoculaire (c’est-à-dire qu’il y a formation simultanée sur la rétine des deux yeux de deux images d'un même objet, sous un angle différent, ce qui donne la perception du relief). Bref, ils voient avec deux yeux comme nous mais en plus, ils ont l’option "nocturne". Leur regard est fixe (d’où la nécessité de pouvoir tourner la tête comme ils le font : 14 vertèbres cervicales (soit le double des nôtres) pour une mobilité de 270° de rotation sur 180° d’inclinaison).

Une telle vision est possible grace :

•  à leurs énormes pupilles qui peuvent se dilater quasi complètement et ainsi mieux laisser passer la lumière,
•  à une rétine dont la partie sensible à la lumière est réduite, si bien que le rayon lumineux ne se disperse pas plus loin (ce qui ne veut pas dire qu’elle n’y voit rien en journée !),
•  au nombre plus élevé de cellules réceptrices par mm2,
•  à un écartement des yeux plus grands pour une meilleure approximation des distances (affiné par des hochements de tête).


Les grands disques autour des yeux qui leur sont si spécifiques ne sont pas pure décoration, ils servent à canaliser les sons : une sorte de parabole à ultrasons si vous préférez (chez nous, ce sont les pavillons des oreilles). La différence flagrante de morphologie c’est que les hiboux ont des plumes (les aigrettes) qui ornent leur tête (et qui n’interviennent pas dans l’ouïe) et pas les chouettes. Ces plumes servent de reconnaissance morphologique et de parure d’humeur (les aigrettes baissées veulent dire, par exemple, que l’oiseau n’est pas de bonne humeur). Les conduits auditifs ne sont pas symétriques comme chez nous, ce qui leur permet "d’orienter" leur écoute dans un champ bien plus large que le nôtre, additionné de leur parabole à sons et d’un mouvement de tête très souple cela leur donne une capacité de repérage fort efficace. Pour vous donner une idée, la chouette effraie possède une détection auditive si fine qu'elle peut détecter sa proie dans le noir complet avec une précision de 1 à 2 degrés ! Pas mal hein ?

Le bec est recouvert de plumes, elles en améliorent la sensibilité tactile de l’attribut !


Le cri

Son cri est le hululement : dans les films, il n’est pas rare d’entendre leur cri lors de scènes nocturnes, sachez qu’il s’agit souvent de celui de la chouette hulotte. Il sert essentiellement à délimiter son territoire et à appeler les femelles. Chaque espèce a son répertoire de cri spécifique en fonction de ce qu’elle veut exprimer. Il y a même des scientifiques qui ont répertorié les cris et analysé : ainsi Hou-ou n’est pas hou-hou.. le jeu se complique dans le son long ou court, en triple ou quadruple syllabes.


Le plumage

Leur plumage est très doux ce qui leur confère un vol très silencieux grâce également aux peignes situés sur les rémiges extérieures pour limiter les bruits des ailes. La couleur est fonction du sexe, de la région... Le code couleur est assez compliqué, donc je passerai les détails.


Durée de vie

Vu leur habitat, leur disparition est due aux herbicides, aux abatages des vieux arbres ainsi que des haies (au profit des clôtures de barbelés électrifiées, moins esthétiques (avis personnel mais à mon avis partagé), aux collisions avec les véhicules, au grillage des clochers (qui empêchent les pigeons de s’installer mais également nos ami(e)s nocturnes) et aux électrocutions sur les lignes hautes tensions.

Les passants bien intentionnés ramassent souvent des jeunes tombés du nid : c’est les condamner. Sachez qu’une mère n’abandonne pas son petit et qu’elle n’est jamais loin pour le protéger (et ce sont des mères très agressives quant il s’agit de défendre leur petit ; un photographe y a perdu un œil rien que pour s’être approché de trop près pour prendre quelques photos. Prudence donc !). C’est une étape dans leur éducation si le cas se présente, ils font face sans intervention humaine.

Leur espérance de vie est de 2 à 4 ans. La première année 50% meurent puis 30% les années suivantes, ce qui fait peu de survivants. La nature est sévère, un peu "aidée" par l’homme également. on ne va tout lui mettre sur le dos à cette mère nature ! Cependant, certains spécimens peuvent atteindre 27 ans, voire 67 en captivité !!!


Reproduction

Leur reproduction est ovipare. Ils vivent dans les arbres (souvent les vieux troncs abandonnés), dans les haies et parfois squattent les nids délaissés. Certaines races vivent également sur des falaises. Ils ne construisent pas de nid (Seul le hibou des marais construit un nid). Ils déposent leurs œufs soit dans un arbre, à même le sol, sur les falaises ou dans un autre nid récupéré pour la circonstance. Les œufs (de 2 à 9) sont pondus à intervalle de 2 à 3 jours et la femelle couve dès le premier œuf pour une période d’environ un mois, ce qui explique qu’ils n’éclosent pas tous en même temps. Les petits sont aptes à voler entre les 21ème et les 80ème jours selon l’espèce. Normalement, il n’y a qu’une nichée par an entre le mois de février et le mois de juillet au plus tard, là aussi selon les espèces.


Morphologie

Leur taille est très variable : il y des petits et il y a des grands :
•  le plus grand est le Grand Duc : Longueur : 55-70cm, Envergure : 150-175cm, Poids : 1500-3000g.
•  la plus petite est la Chevêchette d’Europe : Longueur : 17cm, Envergure : 35cm, Poids : 55 – 90g.



Alimentation

Les strigiformes, aussi bien les petits que les grands, se nourrissent essentiellement des campagnols. Ils les attrapent vivants et les tuent d’un seul coup de bec : pas d’acharnement, c’est précis et efficace ! A défaut, d’autres petits animaux ou insectes font très bien l’affaire. Ils ne mangent pas n’importent quoi : il faut que l’énergie que la proie apporte soit au moins égale à l’énergie déployée pour l’attraper (C’est pour cela que le campagnol est une proie idéale car un peu pataud, vivant à découvert et pas encombrant, le reste est une question d’opportunité). Les années prospères en nourriture, les progénitures sont plus nombreuses et plus précoces, ce qui permet parfois de faire deux nichées, la mortalité des oisillons diminue et ils volent plus vite. (adaptation de l’offre et de la demande) !

La quantité ? Reprenons nos extrêmes : le Grand Duc a besoin de 300g par jour et la Chevêchette d’Europe 30g.Tout dépend de la race, évidemment. Des chiffres époustouflants pour une famille de Grand Duc : 300kg de nourriture par an ! Soit : 9900 campagnols, 600 corneilles noires et 430 hérissons.

Ils sont solitaires et chassent au crépuscule ou la nuit. Ils régurgitent les restes non digérés sous forme de pelote environ 6 à 12h après le repas. c’est comme cela qu’on peut étudier leur mode alimentaire, avec les restes de dents, d’os, de pelages... Parfois, une race attaque l’autre, mais ce n’est pas courant.


Mode de vie

Les strigiformes sont sédentaires. Au plus, ils s’éloignent de leur terre natale pour trouver plus de place ou plus de nourriture, à l’exception du petit Duc Scop qui est migrateur. Il quitte l’Europe pour la savane africaine vers août-septembre pour revenir en avril-mai après parfois 8000km de vol.


Croyance et symbolique

Vol silencieux, regard fixe et vie nocturne ont contribué à lui conférer une image particulière au fil des siècles. Magie noire, sagesse, mort... Craints et honorés, méprisés et admirés, tantôt pris pour des sages, tantôt pour des abrutis, ils sont souvent en étroite relation avec la vie, la mort, l’enfer et la magie.

La Grèce Antique a adulé la Chevêche d’Athéna, déesse de la sagesse et protectrice d’Athènes. Son vol au-dessus de l’armée présageait de la victoire de celle-ci. Elle est également sur les pièces de monnaie qu’on appelle à ce moment là "des chouettes". Si vous observez la pièce d’un Euro grec, la chouette est toujours présente. (Note de Kriss Nature : inspirée d’une ancienne pièce athénienne de 4 drachmes (Ve siècle avant J.-C.).

Les romains ne les apprécient guère. Symbole de la mort, leur cri présage du décès de quelqu’un : ce fut le cas de Jules César et d’Auguste. Ils disent également que les sorcières se transformaient en chouette pour aller vider les nouveau-nés de leur sang, explication de la mort subite je suppose.

L’Europe moyenâgeuse est assez en accord avec les Romains. Ces rapaces deviennent l’annonce des épidémies et des grandes souffrances. Leurs cris sont interprétés comme les plaintes des âmes tourmentées en enfer. C’est par ce lien étroit avec l’enfer que personne n’ose les tuer. Et c’est pour cette raison qu’ils clouent ces pauvres oiseaux vivants les ailes déployées sur les portes des granges pour protéger la ferme et le bétail de la foudre, des incendies, des épidémies ou encore de la grêle ! Cette croyance a disparu il y a peu de décennies, sachons-le !

Les Indiens d’Amérique du Nord les considèrent tout autrement. Ils accompagnent les âmes dans l’au-delà, c’était le lien entre le monde des vivants et le royaume des morts. Cependant, chez les Apaches, il reste synonyme d’une mort proche.

Présent dans l’art en général, le harfang de neiges est devenu le plus connu des rapaces nocturnes en étant le messager de Harry Potter plus connue sous le nom d’Edwige.


Aimable contribution de Papillonmosaique.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article

commentaires

Christian Looten 19/01/2008 13:58

J'ai le grand bonheur d'héberger une chouette effraie
dans ma grange, mais les travaux que j'ai entrepris m'obligent à fermer les plus grandes ouvertures.

Quelles sont les dimensions minimum que je dois préserver pour qu'elle puisse continuer à entrer/sortir ?

Dois-je plutôt les ouvrir dans une porte à hauteur d'homme ou plutôt en hauteur, sous l'avancée du toit par exemple ?

Faut-il un marche pied, à l'intérieur ( et à l'extérieur ? ) pour lui permettre atterrissage et envol ?

Merci d'avance pour les conseils et commentaires et d'éventuellement transmettre à d'autres "experts" que vous pourriez connaitre.

Christian Looten

Kriss de Niort 19/01/2008 14:48

J'ai vu des chouettes effraies dans des petits trous, enfin tout est relatif. Elle s'appelle aussi effraie des clochers. Je dirai qu'il faut qu'elle puisse se poser et s'envoler sans difficulté. Par contre, je suis incapable de donner des dimensions. Le mieux est de contacter le LPO de ta région. (Ligue protectrice des oiseaux.) Tu peux faire une recherche sur le net pour avoir leurs coordonnées. Il y en a partout en France et sans doute pas loin de chez toi.

:0009::0022::0014::0038::0091::0110: 18/09/2007 14:19

hello et superbe ce que tu présentes.....voilà cela nous a permis de nous rencontrer !!

Kriss de Niort 18/09/2007 15:19

Merci à toi, n'hésites pas à revenir, ici il n'y a pas de photos porno ou érotiques et les vidéos sont "nature" et non "mature"

chriscraft_ 24/03/2007 18:34

superbes ces oiseaux