Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mars 2000 6 25 /03 /mars /2000 20:13

La chouette effraie


La chouette effraie, tout le monde la connaît, tout le monde sait à peu près à quoi elle ressemble et ce qu'elle mange, je vous propose aujourd'hui une petite rencontre avec ce rapace nocturne, qu'on entend plus qu'on ne voit.

La chouette effraie appelée aussi Effraie des clochers, de son vrai nom : Tyto alba, fait partie de la famille des tytonidés dans l'ordre des strigiformes.

On retrouve dans cet ordre, la Chevêche d'Athéna, la Chevêchette d'Europe, la Chouette de Tengmalm, la Chouette épervière, la Chouette hulotte, le Grand-duc d'Europe, le Hibou des marais, le Hibou moyen-duc, le Petit-duc scops.

Les signes caractéristiques de cet ordre sont les yeux tournés vers l'avant et les serres emplumées. Ce qui différencie les chouettes des hiboux, c'est l'absence d'aigrettes sur la tête (vous savez, les petites touffes de plumes au dessus des yeux... elles font penser à des sourcils sur la tête des hiboux...).


Mensurations

La chouette effraie mesure entre 33 et 39 cm de haut, elle a une envergure d'environs 90 cm et elle pèse entre 290 et 350 grammes. Elle a le visage en cœur, la disposition de ses yeux (de face) lui donne un vision en relief comme l'être humain, ses disques faciaux font office d'oreilles (ils amplifient les sons), ce qui lui donne aussi une ouie très fine. Elle peut tourner la tête à 180° et ainsi voir sur les côtés. Ses yeux sont noirs et très gros pour voir la nuit (proportionnellement, ça ferait un homme avec des yeux de la taille d'une orange). Elle voit également très bien le jour, elle est juste un peu presbyte. Le dessus de son ramage est roux doré, sa poitrine, son visage et son ventre sont blancs. Elle vit au maximum 18 ans, mais la moyenne est plus proche des 5 ans à cause de son fort taux de mortalité.


Son chant

Elle pousse de longs cris aigus et terrifiants destinés à effrayer ses proies au sol pendant la chasse. En effet, le rongeur sera glacé d'effroi et s'immobilisera au sol en attendant de se faire capturer (c'est méchant une chouette). Mais nous reviendrons sur son régime alimentaire plus tard. Elle émet également de longues plaintes roucoulantes.


La maison de ses rêves

Elle habite, dans les granges, les clochers, les greniers, les ruines... Partout en milieu cultivé et ouvert. Peut-être avez vous déjà eu l'impression, dans les maisons de campagne, qu'un intrus est en train de marcher dans le grenier. Ce n'est pas très rassurant et souvent l'imagination prend le dessus. En fait, ce n'est qu'une chouette effraie. Son pas sur le sol du grenier est semblable à un pas humain. Son nid est un tas de paille et de terre et se situe parfois dans le creux d'un arbre mais principalement sur ses pelotes de réjection.


Une danseuse de la nuit

Là où vous aurez le plus de chance de la voir danser dans les airs, c'est au crépuscule, au dessus des champs et plaines. Elle fait de longs vols planés un peu flottants à la recherche de proies. On imagine également son approche aux arbres avec un battement d'aile blanc presque fantomatique...


Reproduction

Tout d'abord, disons le clairement : le mâle de la chouette n'est pas le hibou au même titre que le mâle de la grenouille n'est pas le crapaud !

Donc, la chouette effraie vit en couple uni pour la vie. En mars/avril, la femelle pond 3 à 7 oeufs presque sphériques, tout blancs, de la taille d'une balle de ping-pong. Elle étalera sa ponte sur 3 jours maximum.

Son intelligence (ou son instinct, je vous laisse choisir...), fait qu'elle pond uniquement en fonction des ressources alimentaires disponibles. Moins il y a de nourriture disponible, moins elle fait de réserves et moins elle pond. Le mâle laisse à sa femelle le soin de couver mais il l'entretient en nourriture pendant tout la durée des opérations... C'est un oiseau sédentaire, les petits quittent le nid au bout de 8 à 10 semaines et se mettent en quête d'un territoire à eux. Et le cycle recommence.


Nourriture

La chouette effraie chasse, c'est un rapace. Elle attrape des campagnols, des taupes, des musaraignes, des grenouilles, de gros insectes qu'elle mange immédiatement et laisse son système digestif faire le reste. Les os, la peau, les griffes... étant très indigestes, elle les recrache, c'est ce qu'on appelle des pelotes de réjection. Petite masse de 4 à 8 cm, elle les recrache tranquillement dans le nid quelques heures après le repas.


Mauvaise réputation

Jusqu'au milieu du siècle dernier, les Effraies étaient encore clouées sur les portes afin d'éloigner le mauvais oeil. Elles étaient annonciatrices de la mort d'un proche. En Provence, on les accusait de boire l'huile des lampes des églises. Dans la péninsule ibérique, on les faisait bouillir dans l'huile pour en tirer un médicament...


Un animal en voie de disparition

La chouette effraie est en voie de disparition, son vol de chasse, bas, le long des routes lui fait rencontrer souvent nos voitures. Le braconnage n'est pas une cause principale mais y participe. La persistance des superstitions en est une aussi. Elle est également très dépendante des populations de proies. La disparition du bocage, l'augmentation des pesticides dans les champs, éradiquent les campagnols et autres nourritures potentielles et, par extension, participe à l'extinction de l'espèce. Elle manque aussi d'endroits pour nidifier, les clochers et les granges sont fermés, les arbres morts sont abattus... On en trouve en France entre 20000 et 50000 couples, ces chiffres varient en fonction de la rigueur des hivers.


Conclusion

Pour conclure, je voudrai rappeler que c'est une espèce protégée par la loi. Il est interdit de tuer, capturer, naturaliser, faire commerce, détruire ou même transporter les oiseaux ou les œufs (c'est punissable d'une amende). Si vous en découvrez une morte sur le bas côté, laissez là où elle est, elle rejoindra le cycle de la nature. Si vous en trouvez une blessée, ne la touchez pas, prévenez un centre pour oiseaux blessés ou même les pompiers.

Mon seul regret est pour l'instant de n'avoir pu en observer qu'en captivité ou très furtivement.


Aimable contribution de pinpoli.

Voir aussi : Les strigiformes | le faisan de Colchide | la huppe fasciée | la perruche souris | le vautour fauve | le harfang des neiges |

Partager cet article

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article

commentaires

Artemis 25/03/2007 22:06

A chaque fois que ej apsse ici je me régale. J'apprend et c'est beau. J'aime beaucoup ton site Kriss

Kriss de Niort 26/03/2007 06:37

Merci, c'est encourageant :)