Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 avril 2000 6 08 /04 /avril /2000 18:28

Le Fou de Bassan

 

 


Qui est le Fou de Bassan ?

Le Fou de Bassan de la famille des solidés, est appelé scientifiquement "Sula Bassana" ou "Morus Bassanus" et en breton "Morskoul". D'une taille de 90cm et d'un poids moyen de 3 kilos et demi, le Fou de Bassan est l'un des plus grands des oiseaux de mer avec 1,80 m d'envergure qui peut parfois dépasser les 2 m. De l'ordre des Pelecaniformes, le Fou de Bassan adulte a un plumage d'un très beau blanc. Le bout de ses longues et étroites ailes est noir ainsi que ses pattes palmées. Sa queue allongée se termine en pointe. Il possède un bec sans narines, gris-bleu, parcouru de longs et fins traits noirs et des yeux d'un bleu très clair encerclés par une fine bande de couleur grise. Sa tête et son long cou sont jaunes. Cette coloration peut s'atténuer en dehors de la période nuptiale.

Le Fou de Bassan est un très bon nageur et un formidable planeur mais se révèle lent et gauche à l'envol et à l'atterrissage en raison de ses pattes courtes et palmées. Il se déplace à terre en se dandinant comme une oie. Il peut vivre jusqu'à 21 ans.


Pourquoi "Fou de Bassan" ?

Certains disent qu'il a été surnommé "Fou" parce qu'on le croyait stupide. Il se laissait frapper et tuer par l'homme à coups de bâton sans aucune résistance. En fait, il ne se méfie pas et se laisse trop facilement approcher par les hommes. Je préfère la seconde explication : il est dit que les pêcheurs écossais le prenaient pour "fou" pour son plongeon spectaculaire de 20 à 40 m de hauteur jusqu'à 7 m de profondeur. Il est originaire de l'îlot de Bassan (Bass-Rock) en Ecosse.


L'habitat du fou de Bassan

Comme le Macareux Moine, le Fou de Bassan est pélagique : il passe une grande partie de son temps en haute mer. Il est présent en Atlantique, en Mer du Nord, dans la Manche et en Méditerranée. En février, le Fou de Bassan s'en va de la côte sud-est des Etats-Unis (Floride et golfe du Mexique), où il y a passé l'hiver, pour nicher dans des îles du Québec et des caps de Terre-Neuve et du golfe du Saint-Laurent jusqu'en novembre. Les effectifs des colonies de Fou de Bassan en Amérique du Nord sont actuellement en hausse. Il niche aussi sur les côtes de l'Islande, de la Norvège, de l'Irlande, de la Grande-Bretagne et de la France. En France, le seul site de nidification est l'île Rouzic, réserve de l'Archipel des Sept-Iles en Côtes d'Armor au large de Perros-Guirec. On y comptabilise 16 000 couples environ. Son installation récente en France date de 1935 alors qu'en Ecosse, elle est mentionnée au Vème siècle. Cet oiseau est protégé par différentes associations dont la Ligue pour la Protection des Oiseaux en Bretagne.

Le Fou de Bassan niche en colonies par milliers d'individus au sommet des falaises pour pouvoir mieux prendre son envol. Les nids sont proches les uns des autres, espacés de 60 à 90 cm, et le Fou de Bassan doit donc défendre sa progéniture des autres oiseaux voisins en effectuant des cris rauques et plusieurs prises de becs. Celui-ci construit son nid d'une hauteur de 30 à 60 cm avec des algues, des plumes, de la terre, des débris et même avec du guano formé par les déjections de la multitude d'oiseaux, accumulées lors des années précédentes.


La reproduction du Fou de Bassan

La reproduction commence à l'âge de 5 ans. Comme le Macareux Moine, les couples sont unis et se retrouvent d'années en années sur le même nid début février. La parade nuptiale peut démarrer. Elle a lieu de février à mars. Un premier couple commence et entraîne les autres à faire de même. Le mâle et la femelle sont face à face, le cou bien droit, la tête vers le haut ; s'entrechoquent et croisent leurs becs ; se frottent poitrine contre poitrine. Le mâle offre quelquefois un caillou, une plume .... à sa compagne en guise de présent. Cela les lie d'avantage. Quelle fidélité ! La femelle pond un seul œuf blanc bleuté qui est couvé pendant 30 à 45 jours sous les pattes palmées des parents. L'éclosion a lieu en juin. Le poussin sort de l'œuf, aveugle, sans défense, avec une peau de couleur gris-bleu. Au bout de 2 semaines, un duvet blanc apparaît puis se transforme plus tard ( 6 semaines après sa naissance) en plumage gris-noir de juvénile. Le petit est d'abord nourri par ses parents qui lui offrent, au fond de leurs gosiers, du poisson régurgité. Ensuite, ceux-ci lui régurgitent la même nourriture mais, cette foi-ci à côte du nid pour que le petit acquière la faculté de se nourrir seul.

A partir du début de septembre, le jeune peut apprendre à voler et à plonger. Mais cela est un travail difficile et heureusement qu'il a accumulé de la graisse, réserves alimentaires, pour vivre le temps de son apprentissage. Il peut alors suivre sa route vers la haute mer. 80% des jeunes meurent à la première année. La vie d'un couple permet en moyenne de donner naissance à trois futurs adultes.


Quelle performance !

Le Fou de Bassan est un planeur d'une très grande aisance. Il peut voler des heures dans les airs en battant à peine des ailes. Il a la particularité de pouvoir regarder vers l'avant avec ses deux yeux, contrairement aux autres oiseaux. Cela lui permet d'évaluer la profondeur à laquelle nagent les poissons. Il repère un banc de poisson et effectue un plongeon très rapide, en piqué, d'une hauteur de 20 à 40 m.

Les formes aérodynamiques du Concorde, célèbre avion, ont été inspirées de cet oiseau. Les flancs de son cou sont dotés de petits sacs qui se gonflent d'air et qui permettent d'amortir l'impact et de rentrer dans l'eau à 100km/h. Il plonge jusqu'à 7 m de profondeur, en dessous des bancs de poissons puis remonte à la surface en capturant au passage sa proie déjà avalée et s'envole à nouveau. Il pêche seul ou en groupe. Il se nourrit de maquereaux, de harengs, de sardines, de sprats, de lançons, de capelans, de calmars.


Pourquoi tant de folie ?

Le Fou de Bassan est menacé de disparition à cause des marées noires, des dégazages. Les colonies ont, pendant longtemps, été décimées par des chasseurs en quête de nourriture. Cette espèce d'oiseau a bien faillit disparaître. Heureusement, qu'elle a été protégée ! Mais par ailleurs, entre 1969 et 1976, sur l'île Bonaventure, un nombre très important de Fous de Bassan a été contaminé par des pesticides.

Aujourd'hui, un suivi permanent est réalisé pour vérifier l'état de santé des Fous de Bassan. De notre côté, chacun, nous pouvons faire l'effort de respecter la nature. Ne jetons pas de débris en plastique ou des produits chimiques dans la mer : pensons aux animaux qui y vivent! Respectons-les ! On peut se demander, parfois, qui sont les plus fous !


Aimable contribution de Joy78

Partager cet article

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article

commentaires