Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 avril 2000 7 23 /04 /avril /2000 16:20

Les hirondelles


Je suis sûre que vous, amoureux de la nature, êtes comme moi dans l'attente du retour des hirondelles: ce petit oiseau en costume de soirée noir au plastron blanc nous réjouit à son arrivée au printemps et illumine nos soirées d'été par ses "piiit" piiit" qui annoncent ...l'extermination des moustiques! Sadique l'hirondelle ? Mais, non voyons , il faut bien qu'elle mange.

Vous le savez tous, elles sont parties pour l'Afrique dès que l'automne a annoncé son arrivée: Un jour de fin d'été, nous les avons vues en groupe sur les fils électriques, alignées telles de petits soldats de plomb et nous avons compris que c'en était fini de notre bel été: C'était le départ des hirondelles. En principe, elles nous quittent entre le 20 et le 30 août car un long voyage les attend, voyage dont beaucoup ne reviendront pas:

En effet, traverser le Sahara et surtout l'immensité de la mer Méditerranée n'est pas une mince affaire pour ce petit oiseau et les plus faibles qui ont une défaillance tombent à l'eau et meurent noyées: 600 kilomètres au dessus de la mer , c'est très long et c'est ce qui fait que ces oiseaux ravissants n'arrivent pas toujours à bon port (sans vouloir faire de jeux de mots). Ils ont parfois la chance de croiser un chalutier où se percher pour faire un petit bout de chemin et prendre un peu de repos mais cette chance là n'est pas toujours au rendez-vous.

Et c'est pour cela, qu'au printemps suivant, ne reviennent qu'environ 50 % des hirondelles adultes . Bien qu'étant de grandes voyageuses, ces charmantes petites bêtes sont attachées à leurs habitudes et reviennent invariablement à l'étable , la cheminée ou la ferme où elles logeaient l'année précédente. Les couples ont d'ailleurs pour habitude de ne pas se séparer si l'obstacle de la Méditerranée est franchi par les deux avec succès , ce sont les mêmes que vous verrez revenir au mêmes endroits (et ne me dites pas que vous ne les avez pas reconnus , hein)! L'hirondelle est un oiseau fidèle, sachez le.

Bien sûr, si l'un d'eux ne revient pas, le veuf ou la veuve, bien qu'éploré(e) se remet en quête du compagnon ou de la compagne qui lui permettra d'assurer sa descendance.

Et c'est très important, car si la moitié des adultes ont survécu, seulement un quart des jeunes a résisté au voyage: ces 25 % , par contre ne reviendront pas dans le nid où ils sont nés mais chercheront un autre endroit où nicher à leur tour.

C'est ainsi que les nouveaux couples, puis les nouvelles couvées vont arriver, en principe quatre ou cinq petits qui se bousculent de façon pataude sans aucune pitié pour les plus faibles d'entre eux qui sont parfois même éjectés du nid par les bousculades des frangins (ah , elle est belle la fratrie) ! Ces oisillons attendent dans le nid la nourriture que les parents apportent pendant environ 20 jours.

Car la patience de ces parents a des limites: Lorsqu'elles sont atteintes, les parents cessent brutalement de nourrir leurs enfants et, comble de sadisme, passent devant eux avec de délicieux insectes (comment, vous n'aimez pas les insectes ?), qu'ils gobent devant leur couvée ouvrant des becs aussi désespérés qu'affamés.

Si ce manège répété ne suffit pas à obliger les petits à quitter le nid douillet, les parents vont alors pousser des cris d'alarme, appelés "alerte au chat", cri que les petits connaissent bien. Ce cri les remplit de terreur et associé à la faim les pousse à essayer de prendre leur envol.

Les parents ne sont pas aussi cruels qu'il y parait et restent là pour rattraper au vol l'oisillon qui aurait au début un peu de mal à voler. Mais très vite, les petits se rendent compte qu'ils sont capables eux aussi de voler tout seuls. Ils rentrent cependant au nid tous les soirs accompagnés de papa et maman et passeront la nuit dans ce nid d'où ils seront à nouveau éjectés au matin.

Très vite les parents les abandonnent totalement et c'est là qu'ils commencent leur régime amaigrissant: l'exercice leur fait perdre du poids. De plus ils sont en pleine croissance et puisent dans leurs maigres réserves: leurs ailes s'allongent et ils commencent à avoir l'allure gracieuse de leurs parents.

A ce moment là ces derniers les rejettent totalement pour préparer une seconde couvée, ils ne peuvent plus supporter leurs premiers petits qui doivent si je puis m'exprimer ainsi "voler de leurs propres ailes".

Ils errent parfois longtemps à la recherche d'une ferme, d'une étable où même d'un marais où ils pourront s'abriter la nuit. Les petites hirondelles se perchent sur les roseaux appelés "phragmites" et qui portent parfois jusqu'à 20 oisillons. Comme quoi la crise du logement se retrouve partout. En tout cas, elles y sont fort bien abritées des prédateurs la nuit.

Et ainsi passe l'été et le mois d'août arrive. Un matin, les marais aussi se vident, les étables et les fermes se dépeuplent. Seules restent quelques familles ayant réussi une 3ième couvée dont les bébés ont d'ailleurs peu de chance de sortir vivants étant donné le froid qui approche: En effet, ils partiront tard et ne sont pas très robustes pour affronter un pareil voyage.

Pour vous donner un ordre d'idée (j'ai lu ça dans "la hulotte"), sur 100 hirondelles nées la même année, une seule arrivera à l'âge de 5 ans, 3 à l'âge de 4 ans et seulement 25 environ reviendront la première année. C'est vous dire qu'il est nécessaire d'en faire des couvées pour maintenir le nombre !

Avant de vous quitter pour voir si...les hirondelles sont arrivées, je dois encore vous parler d'un cas rare: l'hirondelle Albinos, entièrement blanche et qui malheureusement rejetée par les autres termine très vite et très mal sa vie (ceux qui ont vu ou lu "da Vinci code pourront comprendre). Il faut dire que les plumes blanches sont en réalité et malgré leur beauté, une anomalie de la nature (pas de mélanine, donc moins de résistance), ces demoiselles sont donc bien plus exposées que les autres. Vous le savez tous, il est difficile d'être différent !

Ma description, est loin d'être exhaustive, il y a tellement à dire sur ces oiseaux, mais je vous ai résumé en quelques phrases la vie de ce petit oiseau que nous attendons tous chaque année à l'arrivée du printemps...


Aimable contribution de Misslna

Partager cet article

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article

commentaires

béa kimcat 12/02/2008 13:41

recoucou kriss,
toi aussi tu es abonnée à la hulotte; j'apprécie énormément ce petit magazine que je reçois
des hirondelles, je n'en vois plus ; quel dommage !
bises de béa