Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mai 2000 3 03 /05 /mai /2000 19:12

Les Oiseaux de mon jardin


Vivant au milieu de la nature, j’ai appris à observer, en particulier les oiseaux.


Nous avons installé plusieurs mangeoires autour de la maison, dont une que je peux observer très facilement de la cuisine. Etant proche d’un gros if et de sapins, les oiseaux y viennent beaucoup car ils ont un refuge toujours vert très proche. Ils guettent mes venues au ravitaillement et ne tardent pas à venir picorer, les uns dans la mangeoire, les autres accrochés aux boules de graisse et de graines et les derniers, par terre, qui ramassent tout ce qui tombe. Mon copain c’est le rouge-gorge qui a élu domicile, ou presque à la mangeoire. Il décide de qui viendra ou non. C’est un oiseau très indépendant qui défend son territoire. Il reste perché sur le toit pointu, ou carrément s’installe sur les graines, d’un air de dire "c’est chez moi" ! Alors que les autres s’envolent dès que je suis derrière la fenêtre, lui reste, et me regarde…


Le rouge-gorge fait partie de la famille des turdidés dont je vais vous parler. Cette famille regroupe un grand nombre de passereaux qui vivent chez nous et que nous côtoyons sans toujours les remarquer.

Tout d’abord, le merle noir. On en a tous vu et entendu . C’est un chanteur de très grande qualité qui flûte, siffle ou babille. Le merle représente le printemps. Il est le premier à l’annoncer et nous en avons tellement autour de la maison qu’ils nous réveillent au lever du jour en chantant. Le "turdus merula" autrement dit merle noir, peut vivre au maximum 16 ans. Son plumage comme son nom l’indique, est noir brillant, du moins pour le mâle, avec un bec jaune et le cercle orbital jaune orangé. La femelle est brun foncé avec un bec marron. L’albinisme n’étant pas rare chez les merle, on peut en rencontrer avec des plumes blanches. Il y en a un qui vit depuis plusieurs années autour de la maison avec une tache blanche sur le côté gauche.


Le merle cherche sa nourriture au sol, de sa démarche sautillante, sous les arbres de préférence en écartant bruyamment les feuilles mortes. Sa longue queue s’ouvre en éventail lorsqu’il cherche sa nourriture. Selon la saison, il mange des vers, des insectes, des fruits, des baies, des graines. Les différents articles que j’ai pu lire, disent que le merle fréquente beaucoup les mangeoires. Pour ma part je n’en ai jamais vu un y monter manger, par contre il attend dessous que les mésanges ou autres passereaux fassent tomber des graines. Il est très amusant d’observer un merle qui guette un ver. Il penche la tête pour l’observer, puis le saisit et le tire hors du sol pour le déguster. Il vit dans les arbres, les buissons, et construit un nid robuste avec de fines racines, et des herbes, en forme de cuvette tapissée de boue et brins d’herbes. Il l’installe souvent dans des buissons à hauteur d’homme. Chez moi, il aime beaucoup les pieds de buis, anciens et gros, toujours verts. Le mâle aide la femelle à trouver les matériaux de construction et garde parfois les œufs. Ils peuvent avoir 2 à 3 couvées par an, et 15 jours environ après la ponte, les œufs éclosent. Les petits s’envolent à peu près au bout de 15 jours. Ce sont des migrateurs partiels qui vont vers le sud ou sud-ouest pour l’hiver. Le merle est le chanteur du petit matin .Il siffle d’une façon mélodieuse, riche et fantaisiste. Il appelle, siffle, babille et flûte. Après la ponte, son chant devient plus rare. Le merle a un cri très particulier lorsqu’il a peur et s’envole au ras du sol.


Outre le merle noir, on peut trouver de nombreux autres turdidés :
-le merle bleu, qui vit dans le midi où il affectionne les collines et falaises ensoleillées de la Provence et de la Corse. Son chant est très mélodieux mais peu sonore. L’espèce diminue. Il construit un nid grossier dans un mur ou un porche et pond au printemps 4 à 5 œufs en une seule couvée. (plumage gris bleu, ailes et queue noires).
-le merle bleu à poitrine rouge, qui vit en Amérique du nord. Chant trillé et faible, 2 à 3 couvées par an. (plumage bleu, plastron rouge orangé et blanc au niveau des pattes).
-le merle migrateur, qui vit également en Amérique du Nord mais passe l’hiver au Mexique (le veinard !) . Il pond une couvée de 3 à 4 œufs dans un nid installé dans les buissons. (plumage brun sur le dos et la queue, rouge orangé sur le plastron et tête noire).
-le merle de roche, qui fréquente notre pays l’été. On le trouve dans les Alpes, le Massif Central, les Pyrénées et la Corse. Il est magnifique et son chant particulièrement mélodieux et puissant. Il est très farouche et se montre peu. Il construit son nid, assez grossier, dans les rochers pour une seule couvée annuelle. (plumage très varié : tête bleue, plastron et queue rouge orangé, dos blanc, ailes noires).
-le merle à plastron, qui niche dans les Alpes, les Vosges, le Jura, le Massif central , les Pyrénées et les monts d’Arrée en Bretagne. Il traverse le pays en avril et octobre. Il construit son nid comme le merle noir, à faible hauteur pour un seule couvée annuelle. Un de ces merles à plastron a élu domicile chez moi depuis quelques années et niche dans la voûte ,sous mon moulin.. (plumage noir avec plastron blanc ).

Dans la famille des turdidés d’autres passereaux que nous côtoyons quotidiennement et que j’ai pu observer :
- la grive litorne, de la taille du merle, avec un plumage beige tacheté.
- La grive draine, présente partout. Elle pond 2 fois par an dans un nid de boue, de racines et de mousse placé à la fourche de branches le plus haut possible (parfois 25m).
- La grive musicienne, présente partout sauf en Corse et en Provence. Chant magnifique (plumage beige marron, uni sur le dos ventre beige clair).
- Les traquets,
- Le motteux au plumage bleu-gris, blanc, noir et plastron beige,
- Le rieur, au chant mélodieux (plumage noir et queue blanche),
- L’oreillard (plumage beige roux, blanc et noir),
- Le rouge queue qui comme son nom l’indique a la queue et le ventre rouge orangé, le dos et la tête gris.

Il ne faut pas oublier le rossignol qui est un visiteur de saison chaude. Il aime les sous-bois humides et marécageux. Il vit caché et on peut entendre son chant mélodieux la nuit. C’est magnifique. Il niche très près du sol une fois par an.


Aux périodes de grand froid, n’oubliez pas que les oiseaux ne peuvent creuser le sol gelé. Fabriquez de petites mangeoires, même très rudimentaires, et donnez leur des graines, des miettes de pain etc…


Aimable contribution de Jacline

Partager cet article

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article

commentaires

Josiane Leveque 10/12/2007 19:45

Article bien intéressant, on en apprend des choses chez vous!
Amitiés, Josiane.

kitoune 09/12/2007 19:07

Nous avons aussi des rouge gorges dans le jardin qui viennent manger le pain sec ! et je me souviens d'un livre qui m'avait marqué dans mon enfance : tipiti le rouge gorge...

marie hélÚne 24/06/2007 08:30

Les photos sont magnifiques et l'article très intéressant.merci infiniment pour ce moment de lecture

Kriss de Niort 24/06/2007 10:42

Le texte est de Jacline... je pense que tu la connais...

Romi-park 04/05/2007 14:03

Elles sont magnifiques ces photos. Bravo pour votre travail