Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 mars 2000 2 07 /03 /mars /2000 10:08

Poissons et autres espèces aquatiques



Apagon de Banggaï 
Astérie rouge  *
Chelmon à long bec 
Chirurgien zébré 
Etoile de mer commune
Morphologie du requin 
Murène étoilée 
Nautile impérial
Opistognathe à tête jaune 
Poisson vache cornu 
Poisson cardinal de Banggaï 
Poisson papillon à queue jaune 
Rascasse volante 
Remora (genre)
Requins (généralités)
Requins marteau
Requin pointes noires 

 

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
7 mars 2000 2 07 /03 /mars /2000 10:04

 

Rascasse volante - Pterois volitans



La rascasse volante (Pterois volitans), appelée également "poisson scorpion" est un poisson appartenant à la super classe des Osteichthyes, à la classe des Actinopterygii, à la sous classe des Neopterygii, à l'infra classe des Teleostei, au super ordre des Acanthopterygii, à l'ordre des Scorpaeniformes, au sous ordre des Scorpaenoidei, à la famille des scorpénidés (Scorpaenidae) et au genre Pterois.

 

 

 

 

Cet article a été transféré sur le forum de Faaxaal

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
6 mars 2000 1 06 /03 /mars /2000 13:40

 

Skimmia du Japon - Skimmia japonica


Photo Skimmia du Japon (Skimmia japonica) Le skimmia du Japon (Skimmia japonica) est une plante angiosperme dicotylédone appartenant à l'ordre des Sapindales et à la famille des rutacées (Rutaceae)

Le skimmia du Japon est un arbuste dioïque (il y a des pieds mâles et des pieds femelles) originaire d'Asie et principalement de Chine et du Japon et qui mesure au maximum de 100 à 120 centimètres en tous sens.

Le skimmia du Japon possède un port dressé ou rampant suivant les cultivars. Il s'agit d'un arbuste très ramifié qui reste généralement compact et donc qui présente rarement une apparence "désordonnée".

Les feuilles, persistantes, alternes, simples, coriaces, ovales, vert foncé en face supérieure et vert jaune au revers, mesurent de 6 à 12 centimètres de long et dégagent une odeur subtile au froissage. Suivant les cultivars les caractéristiques des feuilles peuvent être différentes, notamment en ce qui concerne la couleur.

Les fleurs, blanchâtres, en panicule, apparaissent à la fin de l'hiver ou au début du printemps. Les fleurs femelles sont plus petites que les fleurs mâles, mais plus parfumées. Pour obtenir des fruits il faut des pieds mâles et des pieds femelles et seuls les pieds femelles portent des baies rouges, toxiques, très décoratives, qui persistent tout l'hiver et une bonne partie du printemps suivant. Certains auteurs préconisent un pied mâle pour six pieds femelles.

Le skimmia du Japon peut être cultivé en pleine terre ou en pot compte tenu de sa taille modeste. La plantation et le rempotage s'effectuent à l'automne. Choisissez un emplacement de préférence à mi-ombre, à l'abri des courants d'airs frais, et un sol humifère, acide (type terre de bruyère) à neutre, mais pas calcaire (risque de chlorose). Le skimmia du Japon est semi rustique et supporte des températures avoisinant -10 à -12°C. Si vous habitez une région à hivers plus froids, choisissez la culture en bac et rentrez ces bacs en serre froide l'hiver, ou alors protégez soigneusement vos skimmias du Japon.

Question entretien, rien à signaler si ce n'est quelques arrosages l'été si nécessaire (forte chaleur prolongée et sol profondément desséché), et des apports d'engrais ou de matières organiques si le sol est pauvre ou épuisé.

Les pépiniéristes s'en sont donné à cœur joie et je vous livre ci-dessous une liste non exhaustive que quelques cultivars. N'hésitez pas à la compléter :
Skimmia japonica 'Alba'
Skimmia japonica 'Bonfire'
Skimmia japonica 'Bowles'
Skimmia japonica 'Bronze Beauty'
Skimmia japonica 'Bronze Knight'
Skimmia japonica 'Cecilia Brown'
Skimmia japonica 'Chameleon'
Skimmia japonica 'Chilan Choice'
Skimmia japonica 'Claries Repens'
Skimmia japonica 'Cremebella'
Skimmia japonica 'Emerald King'
Skimmia japonica 'Emanuella'
Skimmia japonica 'Fata Morgana'
Skimmia japonica 'Foremanii'
Skimmia japonica 'Fortune'
Skimmia japonica 'Fragrans'
Skimmia japonica 'Fragrant Cloud'
Skimmia japonica 'Fragrantissima'
Skimmia japonica 'Fructo Alba'
Skimmia japonica 'Godrie's Dwarf'
Skimmia japonica 'Highgrove Redbud'
Skimmia japonica 'Keessen'
Skimmia japonica 'Kew White'
Skimmia japonica 'Madonna'
Skimmia japonica 'Marlot'
Skimmia japonica 'Nana Femina'
Skimmia japonica 'Nymans'
Skimmia japonica 'Oblata'
Skimmia japonica 'Obsbolwi'
Skimmia japonica 'Olympic Flame'
Skimmia japonica 'Pigmy'
Skimmia japonica 'Red Dragon'
Skimmia japonica 'Red Princess'
Skimmia japonica 'Redruth'
Skimmia japonica 'Robert Fortune'
Skimmia japonica 'Rockyfield Green'
Skimmia japonica 'Rogersii'
Skimmia japonica 'Rose Select'
Skimmia japonica 'Rubella'
Skimmia japonica 'Rubinetta'
Skimmia japonica 'Ruby Dome'
Skimmia japonica 'Ruby King'
Skimmia japonica 'Scarlet Queen'
Skimmia japonica 'Snow White'
Skimmia japonica 'Stoneham Red'
Skimmia japonica 'Tansley Gem'
Skimmia japonica 'Terra Nova'
Skimmia japonica 'Thelma King'
Skimmia japonica 'Veitchii'
Skimmia japonica 'Wakehurst White'
Skimmia japonica 'Wanto'
Skimmia japonica 'White Gerpa'
Skimmia japonica 'Winifred Crook'
Skimmia japonica 'Winnie's Dwarf'


Kriss de Niort, le 06/03/2008

Photo offerte par Jojo


Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
6 mars 2000 1 06 /03 /mars /2000 07:15

 

Faisan doré - Chrysolophus pictus


Photo Faisan doré Mâle (Chrysolophus pictus) Le faisan doré (Chrysolophus pictus Syn. Phasianus pictus), appelé parfois "faisan chinois" est un oiseau appartenant à la sous classe des Galloanserae, au super ordre des Gallomorphae, à l'ordre des Galliformes, au sous ordre des Phasiani, à la super famille des Phasianoidea, à la famille des phasianidés (Phasianidae) et au genre Chrysolophus.

Il existe au moins 4 sous espèces de faisan doré :
• Chrysolophus pictus infuscatus
• Chrysolophus pictus luteus
• Chrysolophus pictus pictus
• Chrysolophus pictus obscurus

Le faisan doré est endémique des forêts claires de montagne de Chine occidentale, parfois jusqu'à 2000 mètres d'altitude. Il a une prédilection pour les forêts de bambous dont il se délecte des jeunes pousses. Le faisan doré a été introduit en Grande Bretagne (Angleterre, Ecosse).

Le faisan doré mâle mesure environ 1 mètre de long, queue comprise. Sa queue est deux fois plus longue que le reste du corps. Le faisan doré mâle est un oiseau aux coloris très vifs et variés. Il n'est pas aisé de le décrire. Il possède une "crête" jaune d'or (d'où non nom "Faisan doré"). Le plumage de la poitrine et du ventre est rouge. Pour le reste, je vous engage à observer la photo.

Photo Faisan doré Femelle (Chrysolophus pictus) La poule faisane est beaucoup plus discrète et son apparence est proche de la femelle faisan de Colchide. Son plumage est brun tacheté et sa queue est plus longue que celle de la femelle faisan de Colchide. La femelle faisan doré est plus petite que le mâle (moyenne 65 centimètres) et sa queue mesure environ la moitié ru reste du corps. Mâle et femelle ont les pattes jaunes.

Le faisan doré se nourrit de divers végétaux (feuilles, graines, baies, jeunes pousses...), d'insectes et autres invertébrés. Il se nourrit essentiellement au sol. D'ailleurs c'est un oiseau qui vole peu, sauf en cas de danger ou pour se réfugier dans les arbres pour dormir.

Le faisan doré est un oiseau plutôt solitaire, sauf en période de reproduction. La femelle pond une dizaine d'œufs qu'elle incube seule pendant 3 semaines environs. La durée de vie du faisan doré est d'environ 8 ans.


Kriss de Niort, le 06/03/2008


Crédit photo
Les deux photos ont été mises dans le domaine public par son auteur David Castor (w)



Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
5 mars 2000 7 05 /03 /mars /2000 19:17

Le Basset Hound


Quand on dit Basset Hound, on pense tout de suite au chien de l'inspecteur Colombo, à l'emblème d'un célèbre magazine de télévision ou bien encore au héros tristounet de Tex Avery, Druppy et sa réplique infernale, "You know what ? I'm happy" ! Autant dire que notre imaginaire donne une représentation assez caricaturale du basset hound qui apparaît comme un chien beaucoup plus riche et complexe qu'il n'y parait. Le basset hound est un chien à part et un art de vivre à lui tout seul. L'envie d'acquérir un basset hound doit être mûrement réfléchie d'une part à cause de sa taille et surtout de son poids, pas loin de trente kilos à l'âge adulte. Si vous vous décidez à franchir le pas, vous ferez l'acquisition d'un merveilleux compagnon, mais qui sous un air placide, cache un sacré tempérament, à la fois espiègle et têtu, mais j'y reviendrai plus tard.


Quelques caractéristiques du Basset Hound

Le basset Hound descend de races aujourd'hui pratiquement disparues, à savoir le basset d'Artois et le Saint-Hubert dont il a conservé quelques caractéristiques comme son museau allongé et ses longues oreilles. Sa taille est relativement petite en opposition avec son poids, plus de trente kilos pour certains spécimen. Le poil du hound est court et lisse au toucher, sa robe noire, feu ou blanche. Le standard de la race obéit à des points très stricts. Un maximum de peau lâche qui tombe en plis harmonieux, un crâne bien arrondi, dit en "dôme" et des pattes robustes légèrement courbées et non arquée, d'où une surveillance constante de son alimentation durant les premiers mois de sa vie, la bestiole ayant un solide coup de fourchette ! Son caractère placide en fait un camarade de jeu idéal pour les enfants. Il n'y a aucune trace d'agressivité dans un basset hound, l'animal est espiègle, alternant tour à tour jeux endiablés et siestes prolongées…


Notre rencontre avec Babouchka De Kundeira…

J'ai toujours aimé les bassets. Un de nos voisins en possédait un. Je me souviens de ce gros chien placide et débonnaire qui prenait plaisir à s'allonger au milieu de la rue, contraignant les voitures à s'arrêter ou à le contourner, sans que cette grosse feignasse bouge la moindre patte. Il restait là des heures sans se soucier du monde extérieur et repartait comme il était venu, son énorme masse ondulant gracieusement, altier et fier… Et puis un jour une exposition canine fut organisée à Saint-Malo. Fuyant d'habitude ce genre d'endroit comme la peste pour ne pas succomber à une éventuelle tentation, (nous avons tout de même deux autres chiens) quel démon nous poussa à franchir la porte principale de l'exposition ? Je n'en sais rien.. Toujours est-il que nous voilà à déambuler dans les allées d'une exposition animalière mi figue mi raisin, désertée par la race féline pour cause de H1N1 menaçant. Rien de bien folichon en fait quand soudain, au détour d'une allée, un petit attroupement s'est constitué devant un enclos contenant une dizaine de chiots Basset Hound aussi délurés les uns que les autres, se tirant les uns, la queue ou les oreilles ou dormant du sommeil du juste. Paf ! le coup de cœur ! Notamment pour une chienne tricolore chahutant allègrement ses petits frères et sœurs. Son nom ? Babouchka de Kundeira dite Babouche. La vendeuse, maligne, nous repère vite fait et nous la colle dans les bras. Qui, à moins d'avoir le cœur sec et des oursins dans les poches, n'aurait pas craqué devant cette boule de poil facétieuse ? Après quelques hésitations et débats avec les mômes sur le bien fondé d'un tel achat, nous déboursons les 800 € qui permettent à Babouche de faire connaissance avec le monde extérieur…


Notre vie chez Babouchka de Kundeira…

Possédant jusqu'ici deux chiennes de petites tailles, l'acquisition d'un basset pouvait poser quelques problèmes surtout par la prise de poids rapide de l'animal qui, à six mois, pesait déjà près de vingt kilos. L'image classique du basset hound reste celle d'un chien à l'expression souvent triste qui vous arrache le cœur au moindre regard. Attention piège ! car le basset hound est un grand manipulateur qui pourrait faire de vous son esclave domestique préféré. Il faut être ferme avec un hound car le chien est têtu. Ne comptez pas vous faire obéir si l'animal a décidé de n'en faire qu'à sa tête. Son jeu favori sera de vous ignorer pendant que vous vous casserez la voix à tâcher de vous faire obéir.

Au niveau de son entretien, pas de problème particulier, sinon ses oreilles à nettoyer fréquemment au sérum physiologique sous peine de voir s'installer des otites. De même, il conviendra de surveiller ses nombreux plis qui ont tendance à s'encrasser et peuvent provoquer ainsi quelques irritations. Hormis les sacro-saintes visites chez le vétérinaire pour les vaccins, le basset est un chien solide qui ne nécessite aucun traitement particulier.

Comme pour beaucoup de chiens, l'éducation du basset se doit d'être ferme sous peine d'en faire un tyran domestique qui vous tolère dans son espace vital. Comme tout gros chien, le Basset à besoin d'espace pour se défouler. Un appartement ne lui conviendra pas, car l'animal, malgré ses courtes pattes, aime courir. Si vous êtes chasseur (ce que je ne suis pas), il s'avèrera un auxiliaire précieux, ses oreilles en papillotes constituant un entonnoir naturel efficace qui fait converger les odeurs directement vers sa truffe. L'animal a donc besoin de se défouler et l'étroitesse d'un appartement ou d'un studio ne lui conviendra pas. Autre caractéristique du Basset Hound, sa voix ! Babouchka est une gueularde et ne se prive pas pour le faire savoir. Sa voix mélodieuse et profonde vous fera rapidement savoir qu'elle a faim ou meurt d'envie de galoper dans le jardin après le vent ou les oiseaux. Question propreté, pas de problèmes les femelles Hound font d'excellentes mères qui apprennent très rapidement à leurs rejetons à pisser ailleurs que dans la maison. Le seul problème que nous avons avec elle reste sa propension à faire ses dents là ou bon lui semble. Babouchka aime mes slips, les strings et les soutiens-gorge de ma compagne sans oublier les sacs à main, les télécommandes et les chaussures. Des petits désagréments, qui nous conduisent à la prudence et surtout à ne rien laisser traîner derrière nous. Heureusement cette manie tend à disparaître au fur et à mesure que Babouche grandit, mais gare aux surprises de dernières minutes !

Voilà bientôt un an que Babouchka vit avec nous. Malgré quelques petits problèmes, la vie avec un basset ne nous pose pas trop de difficultés. C'est une chienne loyale, affectueuse qui sait tout de même préserver son petit coté indépendant et snob. Son coté rustique est très séduisant et comme on ne le rencontre pas à tous les coins de rues, babouche obtient son petit succès à chaque promenade. La relative rareté de ce chien et son caractère doux en font un compagnon idéal. Reste que pour l'acquérir il vous faudra débourser la modique somme de 800 à 1000 €, suivant les élevages, ce qui reste tout de même un investissement non négligeable. Si vous aimez les Basset Hound et savez les apprécier à leur juste mesure, votre investissement s'avèrera payant. Le bonheur que vous en retirerez restera incomparable quant à la somme dépensée. Pour ceux qui me reprocheraient de fréquenter les expositions canines ou les animaleries au lieu des refuges SPA, je leur répondrai chacun ses goûts, d'autant plus que je ne fournis pas ces refuges en animaux malheureux.


Aimable contribution de gosford

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
5 mars 2000 7 05 /03 /mars /2000 08:23

 

Grande pervenche - Vinca major



La grande pervenche (Vinca major) est une plante angiosperme dicotylédone appartenant à l'ordre des Gentianales, à la famille des Apocynacées (Apocynaceae) et au genre Vinca.

 

 

Cet article a été transféré sur le forum de Faaxaal

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
4 mars 2000 6 04 /03 /mars /2000 18:11

Non à la dissémination des OGM


Le gouvernement français ouvre une consultation publique en vue de la mise en place en France, en 2007, de quatorze nouveaux projets d'essais de cultures OGM en plein champ dont douze de maïs.

Du 20 février au 13 mars inclus, le public est invité à s’exprimer sur les demandes d’autorisation pour la mise en place d’expérimentations en plein champ de plantes génétiquement modifiées déposées pour la campagne 2007. Consultez les dossiers des essais et les avis de la Commission du génie biomoléculaire. (http://www.ogm.gouv.fr).

En 2006, 2830 participants soit 1000 de plus qu'en 2005 ont écrit à brab.sdrrcc.dgal@agriculture.gouv.fr

Ce qui n'a pas empêché le gouvernement de valider les essais : cette année par souci de démocratie, il conseille même de ne plus utiliser l'adresse que nous vous proposerons d'utiliser quand même.

Nous n'empêcherons vraisemblablement pas le ministère de donner un avis favorable mais au moins nous aurons maintenu une pression qui finira bien par payer un jour.

Le but du jeu est aussi d'intervenir tout de suite auprès des communes concernées pour dissuader les agriculteurs qui ont accepté de mettre leurs terres à disposition. En fin de message, je vous ai mis les noms des communes et les adresses électroniques des communes qui en ont pour que celles et ceux qui sont dans la même région puissent envoyer une copie du message.

N'hésitez pas à faire circuler ce message sans modération (mais en mettant vos adresses en copies cachées).


COMMENT AGIR ?

C'EST FACILE : A VOUS DE SUIVRE LES 6 ETAPES SUIVANTES :

1- Copiez LE TEXTE À ENVOYER ci-dessous entre les ############
2- Ouvrez un nouveau message et collez le texte
3- Signez le : prénom, nom, adresse, ville
4- Rajouter l'objet de votre choix :
5- Adressez votre message aux adresses suivantes : brab.sdrrcc.dgal@agriculture.gouv.fr ou cyberacteurs@wanadoo.fr
6- Envoyez le message

Cette cyber @ction est aussi signable en ligne : http://www.cyberacteurs.org

Par cette action, vous ferez connaître votre opinion au responsable de la consultation qui n'en tiendra pas compte et à Cyber @cteurs pour nous permettre d'évaluer l'impact de cette action et en informer nos partenaires.

############< début de la partie à copier >

Prénom, Nom
Profession :
Adresse
Localité
Pays

Madame Monsieur,

Comme l’an dernier, à l’issue d’une consultation bidon, le gouvernement français envisage d’autoriser pour la saison 2007 des essais de cultures OGM en plein champ.

Au regard des attentes des consommateurs, du principe de précaution et des mesures qui s’imposent pour garantir les non utilisateurs d’OGM des contaminations, de la réglementation agriculture biologique (règlement UE 2092/91 du conseil) qui prévoit la non utilisation d’OGM, et que les autorités Françaises doivent garantir, nous ne pouvons que constater que les conditions pour les essais en plein champ ne sont pas réunies.

Par la présente, nous vous demandons de prendre résolument vos responsabilités, et de ne pas autoriser d’essais OGM en plein champ.

############< fin de la partie à copier>

Communes concernées :

Fronton (31) - Condom (32) - Villeneuve sur Lot (47) - Mansonville (82) - Ouzouer sous Bellegarde (45) - Valdivienne (86) - Civaux (86) - Beux (57) - Allamont (54) - Moulotte (55) - Foameix-Ornel (55) - Yermenonville (28) - Poinville (28) - St Maurice de Gourdans (01) - Faramans (01) - Bourgoin-Jallieu (38) - Linxe (40) - Magescq (40) Layrac (47) - Fronton (31) - Mauroux (32) - Serignac (82) - La Salvetat de Belmontet (82) Monclar de Quercy (82) - Mont d’Origny (02) – Septvaux (02) – Duisans (62) - Tilloy lès Mofflaines (62) - Allemanche dans la Marne – Malintrat (63) - Larreule (64) - Montardon (64) - Malintrat (63) - Sauvetat (32)


Kriss de Niort, le 04/03/2007


Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
4 mars 2000 6 04 /03 /mars /2000 15:55

L'avenir des carrières en fin d'exploitation...en Wallonie


Y aura-t-il demain de nouveaux SDF de la Nature en Wallonie (Belgique) ? Je vous fais part, à l'heure de la d'une nouvelle attitude inconsciente et irréfléchie que risque d'adopter notre Parlement wallon. Je pense que le problème de l'avenir des carrières concerne tout autant la France que la Belgique et j'espère ainsi vous informer du rôle essentiel que jouent ces milieux, quand ils ne sont plus exploités, dans le domaine de la protection des oiseaux, des amphibiens, des insectes et de la flore.

En effet, le Parlement wallon, à l'invitation du Gouvernement, se dit prêt à supprimer une des dispositions les plus favorables à la Nature dans le CWATUP (code wallon de l'aménagement du territoire). De quoi s'agit-il ? De l'article 32 du CWATUP qui contient une disposition concernant la réaffectation des carrières en fin d'exploitation, qui prévoit qu'au terme de l'exploitation, celles-ci soient automatiquement converties en zones espaces verts. L'association belge "Natagora" demande instamment au Parlement de maintenir cette disposition essentielle pour la biodiversité wallonne.


LES CARRIERES : UN ULTIME REFUGE POUR LA NATURE

Ces milieux sont devenus des refuges de substitution à des espaces naturels dégradés ou disparus de notre contrée pour bon nombre d'espèces et de biotopes rares, menacés et protégés. Grâce aux carrières, le hibou grand-duc et le faucon pèlerin ont pu retrouver un gîte, chassés des coteaux des vallées mosanes, qui se sont de plus en plus urbanisés. Les principales colonies d'hirondelles des rivages survivent dans les sablières et argilières à la place des berges terreuses des rivières bétonnées ou canalisées. Les batraciens- diverses espèces de tritons et quelques crapauds calamites et accoucheurs- sensibles à l'eutrophisation de l'eau, trouvent dans les zones humides des carrières un lieu de prédilection, ces zones étant protégées du ruissellement des terres agricoles. Des lézards et serpents trouvent niches et chauffoirs dans les terrils. Les cicindèles, magnifiques coléoptères, y retrouvent les milieux secs si prisés. Pour ces espèces et plus d'une centaine d'autres, le potentiel de 20 000 ha de carrières en fin d'exploitation et de nouveaux sites carriers à exploiter constituent une opportunité exceptionnelle pour leur survie.


VERS DE NOUVELLES DECHARGES ?

La crainte est là, hélas, de voir "refleurir" de nouvelles décharges publiques ou des dépôts sauvages d'immondices qui effraient bon nombre de riverains qui ont déjà dû supporter l'exploitation de ces carrières ! De nombreux carriers étaient aussi favorables à cette disposition (l'article 32), car elle ne les oblige plus systématiquement à devoir reboucher leurs trous avec les inertes, ce qui leur revenait très cher. Les riverains et une bonne partie des carriers ne sont donc pas demandeurs de la disparition de l'article. Natagora interpelle les parlementaires et s'engage à entamer positivement avec le secteur carrier des discussions qui devraient permettre de trouver des mesures d'assouplissement tout en préservant la nature. Ce serait intéressant de connaître le sort que la France réserve aux carrières en fin d'exploitation...Avis aux connaisseurs de la question, ...et merci d'avance !


Aimable contribution de Leto05

Repost 0
Published by Leto 05 - dans Autre
commenter cet article
4 mars 2000 6 04 /03 /mars /2000 09:00

 

Petite pervenche - Vinca minor



La petite pervenche (Vinca minor) est une plante angiosperme dicotylédone appartenant à l'ordre des Gentianales, à la famille des Apocynacées (Apocynaceae) et au genre Vinca.

 

 

 

Cet article a été transféré sur le forum de Faaxaal

 

 

 

 


Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
3 mars 2000 5 03 /03 /mars /2000 16:44

Le rapport du GIEC


Le rapport du GIEC (Groupe d'Experts Intergouvernnemental sur l'Evolution du Climat ) a été publié début février. Vous en avez entendu parler ? C'est peu probable, tellement les médias ont été discrets à ce sujet.


Qu'est-ce que le GIEC ?

Le GIEC a vu le jour en 1988 son rôle est " d'évaluer l'information scientifique, technique et socio-économique pertinente pour comprendre le risque du changement climatique d'origine humaine."

Les publications du GIEC sont préparées par des groupes de travail qui se composent d'une centaine de scientifiques venant de tous horizons (actuellement 113 pays).


Les causes humaines et naturelles du changement climatique

Un des premiers constats réside dans les changements intervenus au niveau de la teneur de l’atmosphère en gaz à effet de serre (GES) et en aérosols. La modification des propriétés de la surface du sol (déboisement, urbanisme) altèrent également le bilan énergétique du système climatique.

Du fait de l'activité humaine sans cesse croissante, la concentration en dioxyde de carbone et méthane notamment a augmenté nettement depuis les années 1750 (chiffres déterminés par carottage des glaces). L'augmentations du dioxyde de carbone est due principalement à l’utilisation des combustibles fossiles (charbon, pétrole…). L'augmentation de la concentration de méthane découle principalement de l'activité agricole.

Nos logements sont responsables de 13% des émissions de GES, certes derrière le transport.


Observations directes des changements climatiques récents

Depuis 1850, onze des douze dernières années figurent au palmarès des douze années les plus chaudes ! Les observations effectuées depuis 1961 indiquent que la température moyenne des océans a augmenté jusqu'à 3000 mètres de profondeur. A l'heure actuelle, les océans ont absorbé les4/5èmes du réchauffement climatique. Effet corollaire, l'eau chaude se dilate et donc le niveau des mers augmente.

Comme il fait plus chaud, la taille des glaciers est en constante diminution. La diminution de la calotte glaciaire du Groenland et de l’Antarctique a vraisemblablement contribué elle aussi à l’augmentation du niveau de la mer.

Le niveau moyen de la mer a augmenté de près de 2 mm par an entre 1961 et 2003. Cependant l'augmentation moyenne entre 1993 et 2003, est d'environ 3 mm par an, ce qui traduit un fort accroissement. Si vous pensez que c'est peu, calculez le volume d'eau en multipliant par la surface des océans…

Un réchauffement tel que celui des 50 dernières années n'a jamais été observé depuis les 1300 dernières années. Le dernier réchauffement significatif au niveau des régions polaires remonte a environ 125 000 ans (l'homme y était pour peu de choses). A cette époque, ce réchauffement avait provoqué une élévation du niveau des mers de 4 à 6 mètres.

Les experts du GIEC s'accordent à reconnaître que l’accroissement de la température globale moyenne est "très vraisemblablement" due à l'augmentation des GES.


Kriss de Niort, le 13/03/2007

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article