Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 mars 2000 5 03 /03 /mars /2000 09:07

 

Agrion jouvencelle - Coenagrion puella


Photo Agrion jouvencelle (Coenagrion puella) L'agrion jouvencelle (Coenagrion puella) est un insecte appartenant à l'ordre des odonates (libellules et demoiselles), à la famille des coenagrionidés (Coenagrionidae) et au genre Coenagrion.

L'agrion jouvencelle est ce qu'on appelle une "demoiselle". Cet agrion fréquente les eaux stagnantes (lacs, mares, étangs) et les cours d'eau lents, mais il peut s'en écarter momentanément pour visiter les forêts voisines ou les prairies.

L'agrion jouvencelle mesure de 3,5 à 4 centimètres de long pour une envergure de 5 centimètres. La couleur dominante est le bleu et le noir. Les ailes transparentes présentent un ptérostigma unicolore sombre, à peine plus long que large. Les ailes ne possèdent que 2 nervures transversales avant le nodus. Le dessus du thorax est noir avec deux bandes antéhumérales, complètes, bleu clair, plus étroites que la bande humérale noire. L'arrière du thorax présente deux marques latérales noires. Deux taches bleu clair sont situées sur la tête, entre les deux yeux.

Le mâle présente un dessin noir en forme de "U" sur le deuxième segment abdominal. Les segments abdominaux présentent une coloration variable de bleu et de noir. Les segments 3 à 5 sont surtout bleus, avec peu de noir. Le segment 6 possède plus de noir que de bleu. Le septième segment est presque entièrement noir. Le segment 9 présente une coloration très variable qui forme parfois un "E" (avec beaucoup de volonté).

La femelle de l'agrion jouvencelle est plus difficile à déterminer. Le thorax est plutôt vert terne. Son abdomen est presque entièrement noir verdâtre vu de dessus, cependant les parties antérieures de l'abdomen sont bleuâtres. Présence de marques étroites, pâles, à la jonction entre chaque segment. Le deuxième segment n'est pas orné du "U" comme pour le mâle. Son ovipositeur est dépourvu d'épine.

Après l'accouplement la ponte s'effectue le plus souvent en tandem mais il arrive que la femelle ponde seule. Lors de la ponte les œufs sont déposés sur la face inférieure des parties aériennes des plantes aquatiques. Les larves, carnassières, se nourrissent d'insectes et d'autres larves. Elles mesurent une quinzaine de millimètres et sont brunâtres. Elle se développe dans l'eau et la mue imaginale a lieu vers le mois de mai/ juin, c'est à dire de 6 à 10 mois après la ponte. Dans la limite septentrionale de son aire de répartition le cycle de développement peut s'étaler sur deux ans.

Immédiatement après l'émergence, le mâle présente une coloration brune et noire. Progressivement les parties initialement brunes deviendront bleues. Les adultes ne vivent que quelques semaines.


Kriss de Niort, le 03/03/2008

Crédit photo
Auteur : Markus Flath
Statut : Photo mise dans le Domaine Public par son auteur (W)



Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
3 mars 2000 5 03 /03 /mars /2000 08:39

Champions du monde de l'écologie




"Champions de monde" est une nouvelle collection de chez Milan jeunesse dont "Champions du monde de l'écologie" est le premier titre publié.

Le principe est simple : un texte documentaire dont le contenu est sérieux, écrit comme un guide à lequel sont ajoutées des illustrations drôles, sous forme de bande dessinées.Ça permet à l'enfant de bien comprendre un sujet qui est abordé de façon assez sérieuse malgré une bonne touche d'humour. Le prix d'un volume est de 9 € (février 2007).


Champions du monde de l'écologie

Ce livre est écrit par Stéphane Frattini et Stéphane Ledu ; et illustré par Dab's. La couverture est de couleur vert pomme, on y voit en haut à droite deux enfants avec au milieu d'eux une fleur et aussi un raton laveur qui fait le tour de la terre.

La couverture est épaisse de même que les pages. Ce livre a été publié au premier trimestre 2006. Le format est 17 x 24cm, il y a 96 pages. Ce livre est conseillé à partir de 8 ans.

Il y a sept chapitres plus l'index. Chaque chapitre est composé de quelques pages et finissent toujours par une page de bande dessinée, drôle mais qui permet au jeune lecteur de réfléchir.


1 - Les bases

On parle beaucoup actuellement d'écologie, mais les enfants savent t'ils vraiment ce que ça signifie ? Ce chapitre le leur explique. J'aime beaucoup la partie où sur deux pages les enfants découvrent 7 vrais monstres. Pas ceux des films mais ceux inspirés de ce que les humains ont fait ! Par exemple : soiffard (gaspilleur d'eau douce) ou Immondix (vomisseur de déchets). Ca les fait réfléchir sur le gaspillage, il est aussi expliqué ce qu'est le réchauffement de la planète, l'effet de serre… Et très important, pour faire réfléchir encore plus les enfants, ceux-ci ont la possibilité de mesurer leur empreinte c'est-à-dire la portion de la planète que l'on consomme pour vivre. C'est très intéressant.


2 - Dans ta bulle

Nous passons plus de la moitié de notre temps à la maison, dans ce chapitre voici des idées pour en faire un lieu sain et écologique ! Tout d'abord les auteurs donnent des astuces pour aérer correctement, éviter de dépenser trop d'électricité ou d'eau, faire en sorte qu'il ne fasse pas trop chaud ou trop froid. Il y a une partie très intéressante sur les produits sensés désodoriser l'air et aussi sur la poubelle car il est bien connu que nous produisons trop de déchets ! C'est un chapitre vraiment très bien conçu et passionnant.


3 - Le nez dehors

Cette fois ci les enfants apprennent à faire attention à la nature. Des idées sont données pour aménager un endroit où les animaux peuvent cohabiter avec les hommes, pour faire un jardin sain.. Nos animaux de compagnies peuvent polluer à leur insu, donc les enfants apprennent ce qu'il faut faire, comme ne pas laisser un chien faire ses crottes n'importe où, mais ils découvrent aussi qu'il ne faut pas acheter des animaux pour les laisser ensuite dans la nature comme certains ont fait avec les tortues de Floride ! Pour les petits ou les grands trajets, on nous invite à réfléchir à ce qu'il faut faire pour ne pas trop polluer, mais aussi comment vivre sans stress en ville. Pour finir 7 choses faciles à faire pour améliorer notre qualité de vie et celle des autres.


4 - Consomme malin

L'enfant apprend maintenant qu'en consommant un peu mieux il est possible d'agir sur l'état de la planète. Déjà, un petit test pour découvrir quelle différence il y entre un besoin et une envie. 7 bonnes habitudes pour limiter la consommation, faire attention à ce qu'il y a dans notre assiette, la saga des logos ce qui est très intéressant car permet de reconnaître les petits sigles qu'on trouve sur différents emballages et que l'on ne connaît pas toujours ! Enfin, des idées pour recycler certains objets en les donnant ou les relookant.


5 - Ton école écolo

Un enfant passe en moyenne 186 jours par an à l'école, ce chapitre l'incite à faire également en sorte que son école soit écolo. Déjà noter l'école pour en apprendre un peu plus sur son environnement, faire attention à ce qu'il y a dans son cartable mais aussi au papier. Il y a également des idées pour se mobiliser avec sa classe.


6 - Dans la nature

La nature c'est génial mais espace vert ne rime pas forcément avec endroit naturel ! Tout d'abord 8 choses à voir ou à vivre ; petite balade pour aller prendre un bon bol d'air, petite visite au bord de l'eau puis à la mer ; enfin petit guide pour voyager loin.


7 - En action

C'est seulement depuis les années 1970 que les gens se soucient de l'écologie, dans ce chapitre on trouve différentes informations sur la protection du monde, sur une Europe écolo, des idées pour l'avenir, mais également des adresses de sites utiles ainsi que le grand quiz écolo.


Mon avis

Ce livre est tout simplement génial. Les éditions Milan Jeunesse ont eu une excellente idée en faisant ce guide de l'écologie pour les enfants car il est à la fois drôle et instructif. Les illustrations sont amusantes et les personnages sont sympathiques que ce soit les enfants ou le raton laveur.

Mon fils a beaucoup aimé les différentes bandes dessinées avec le raton laveur. Il y en a 7 en tout, une par chapitre. Elles sont drôles tout en faisant bien comprendre qu'il est devenu important de protéger notre planète. Les textes sont bien écrits, faciles à déchiffrer et très sérieux malgré les dessins qui les illustrent. Mon fils est un bon lecteur, il n'a eu aucune difficulté à lire cet ouvrage et il l'a beaucoup aimé.

C'est un excellent livre qui en apprend un peu plus aux enfants sur l'écologie. Il développe différents points comme la protection de l'environnement mais aussi changer les choses dans sa propre maison en évitant de surchauffer, gaspiller de l'eau ou de l'électricité. Je trouve ça très bien car nos enfants sont les consommateurs de demain et c'est en apprenant dès maintenant à faire attention qu'ils deviendront des adultes avisés et protecteurs de leur environnement.

Je n'ai pas lu la totalité de cet ouvrage qui est plus ciblé pour les enfants mais il n'est pas inintéressant pour les adultes de le consulter car nous avons de nombreuses mauvaises habitudes à perdre ! J'ai trouvé très instructif la page des logos car on ne les connaît pas toujours tous, et c'est pas mal du tout cette partie.

J'ai beaucoup aimé faire avec mon fils la mesure de l'emprunte, il a été surpris car il pensait consommer beaucoup moins que ça comme quoi les apparences peuvent être trompeuses et mine de rien notre planète nous n'en prenons pas tant soin que ça ! Mon fils s'est aussi fait avoir sur le quiz Besoin ou envie car bien évidemment c'est un grand consommateur qui en veut toujours plus et il a été un peu agacé par les résultats à ce test ! Moi par contre je m'attendais à ce résultat vu qu'il passe son temps à réclamer tout et n'importe quoi. J'ai également beaucoup aimé les différentes adresses de sites et le grand quiz écolo.

Il y a vraiment un tas d'informations très intéressantes dans ce guide "Champions du monde de l'écologie", je trouve que c'est un excellent ouvrage que je recommande pour tous les enfants dès 8 ans. Mon fils l'a adoré, il l'a lu en moins d'une semaine je ne pensais d'ailleurs pas qu'il le lirait aussi rapidement !

C'est un bon ouvrage qui est une bonne idée cadeau, en plus le prix est correct, je ne trouve pas que 9 € soit un prix excessif vu le contenu.


Aimable contribution de Coquinette

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
3 mars 2000 5 03 /03 /mars /2000 00:38

 

Abutilon de Darwin - Abutilon darwinii


Photo Abutilon hybride (Abutilon × hybridum) L'abutilon de Darwin (Abutilon darwinii) est une plante angiosperme dicotylédone appartenant à l'ordre des malvales, à la famille des malvacées (Malvaceae), à la sous famille des Malvoideae, à la tribu des Malveae et au genre Abutilon.

L'abutilon de Darwin est un arbuste mesurant environ 2 mètres de hauteur et originaire du Brésil. Les feuilles, pétiolées, caduques, à base cordée, sont ovales, parfois lobées (3 à 5 lobes).

Les fleurs son solitaires ou groupées par 2 ou 3, axillaires, pédonculées, pendantes, à 5 parties, avec des pétales rouge orange.


Crédit photo
Cette image est dans le domaine public car son copyright a expiré (W)

Kriss de Niort, le 03/03/2008



 

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
2 mars 2000 4 02 /03 /mars /2000 23:47

 

Abutilon hybride - Abutilon × hybridum



L'abutilon hybride (Abutilon × hybridum Syn. Abutilon globosum), appelé parfois "érable d'appartement", est une plante angiosperme dicotylédone appartenant à l'ordre des malvales, à la famille des malvacées (Malvaceae), à la sous famille des Malvoideae, à la tribu des Malveae et au genre Abutilon.

Cet article a été transféré sur le forum de Faaxaal

 

 

 

 


Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
2 mars 2000 4 02 /03 /mars /2000 19:49

 

Abutilon strié - Abutilon pictum



L'abutilon strié (Abutilon pictum syn. Abutilon striatum) est une plante angiosperme dicotylédone appartenant à l'ordre des malvales, à la famille des malvacées (Malvaceae), à la sous famille des Malvoideae, à la tribu des Malveae et au genre Abutilon.

 

Cet article a été transféré sur le forum de Faaxaal

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
2 mars 2000 4 02 /03 /mars /2000 19:35

Les gerbilles




Qu'est-ce qu'une gerbille ?


La gerbille est un petit rongeur de la famille des Muridés et plus exactement de la sous-famille des Gerbillidés, qu’on retrouve à l’état sauvage dans la plupart des milieux désertiques chauds. Il en existe de très nombreuses sous-espèces (environ 90) : gerbille égyptienne, gerbille de Shaw , gerbille de Setzer, gerbille de Mongolie... C’est cette dernière que l’on retrouve le plus communément dans les animaleries et c’est l’espèce à laquelle appartiennent Marcel et Ernest. (voir photos)


Physionomie

La gerbille mesure une dizaine de centimètres de long (sans la queue) et pèse environ 100 grammes. Elle se distingue des autres rongeurs par ses longues pattes arrières qui lui permettent de se tenir debout et de faire des bonds, assez impressionnants d'une cinquantaine de centimètres de haut ! Lors des sauts, la gerbille utilise sa queue comme balancier pour garder l’équilibre. Les pattes avant, elles, sont préhensiles et permettent d’escalader ou de saisir des objets.

La queue d’une gerbille est plus longue que son corps ; contrairement à celle des rats et des souris, elle est recouverte de poils. Comme on l’a dit, elle joue un rôle très important dans l’équilibre de la gerbille, mais elle est aussi très fragile. Il ne faut donc jamais soulever une gerbille par la queue, car c’est très douloureux pour elle et les risques de fracture ou d’arrachement sont majeurs. Pour la même raison, les roues sont à proscrire absolument, même si leur utilisation amuse beaucoup les gerbilles (d’autant plus qu’elles peuvent également occasionner des fractures des pattes).

La couleur naturelle des gerbilles est l’agouti : robe fauve, ventre blanc ou crème et yeux noirs. Mais de multiples couleurs ont pu être obtenues par croisements : gerbilles noires, blanches, beiges, bicolores, tachetées... Il y en a pour tous les goûts !


Physiologie

La gerbille en captivité peut vivre jusqu’à 4 ans, alors que dans la nature son espérance de vie n’est que de 6 mois. Elle atteint l’âge adulte vers 3-4 mois, âge à partir duquel elle commence à se reproduire très intensivement (jusqu’à 10 portées de 5-6 petits par an !!!). Alors méfiance si vous prenez un couple.

Une autre particularité physiologique de la gerbille, son rythme de vie : contrairement à d’autres rongeurs, la gerbille n’est ni diurne, ni nocturne, elle alterne des cycles veille/sommeil de 4 heures environ :

•  Avantage : quelles que soient vos heures de présence à la maison vous pourrez facilement observer vos gerbilles en activité et jouer avec elles.
•  Inconvénient : cohabiter avec des gerbilles dans un studio ou un T1 peut vite tourner au cauchemar.

On pourra également signaler que la gerbille boit peu et par conséquent urine peu. Ceci évite les changements de litière fréquents, mais il ne faut pas oublier de laisser en permanence de l’eau fraîche à vos gerbilles !!! Cela peut sembler évident mais j’ai reçu un témoignage d’une personne dont un ami avait perdu les siennes : mortes de soif.


Alimentation

La gerbille est omnivore ou plus exactement elle n’est pas végétarienne stricte et apprécie les larves, insectes… Personnellement, je donne de temps en temps du poulet et des restes de viande de bœuf aux gerbilles et elles en raffolent !

En fait, on peut donner un peu de tout aux gerbilles (aliments frais ou mélanges tout prêts), sauf les aliments INTERDITS suivants :
•  Toxiques : pulpe de tomates, haricots (fruits, tiges, feuilles), pommes de terre (tubercules et fanes), agrumes, chocolat,
•  Source de diabète et d’obésité : bonbons, sucreries, gâteaux apéritifs, cacahouètes,
•  Source de désordres intestinaux : salade, pain frais, pain blanc.
et évidemment tout ce qui n’est pas comestible pour les humains.


A suivre

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
2 mars 2000 4 02 /03 /mars /2000 19:24

Les gerbilles


(Suite)







Comportement

La gerbille est une bête disons, très spéciale. Son comportement diffère nettement de ce que l’on peut observer chez d’autres rongeurs.

Tout d’abord, la gerbille est un animal grégaire : elle supporte très mal la solitude. De plus, les animaux d’un même groupe se reconnaissent entre eux, mais attaquent systématiquement les "intrus" (gerbille d’un autre groupe). Par conséquent, il est donc très important de posséder au moins deux gerbilles (pas nécessairement de sexes opposés), de les acheter en même temps (pour qu’elles se reconnaissent mutuellement comme membres d’un même "groupe") et de ne pas les séparer (il suffit de 48 heures pour qu’une gerbille oublie l’odeur de ses congénères et les considère comme des intrus).

La gerbille s’avère par ailleurs être un compagnon très agité. Une gerbille éveillée est en effet active en permanence, et c’est d’ailleurs un signe de bonne santé.

Ses principales occupations sont :

•  l'aménagement de son espace de vie : hé oui la gerbille aime aménager son petit chez elle, à sa façon. Mettez la dans une cage propre et observez le spectacle : elle fait le ménage du sol au plafond ! Elle déplace tout, re-range tout à sa façon selon une logique qui lui est propre (et qu’elle seule comprend d’ailleurs, alors ne cherchez pas le pourquoi du comment) et s’empresse de bâtir un nid, pour peu que vous lui fournissiez la matière première :
·  papier : attention surtout pas de papier imprimé (journal, papier glacé...) dont l’encre est toxique, ni de bristol ou feuilles pour imprimante, photocopieuse car leurs bords tranchants pourraient blesser la gerbille. Le must ? Du papier toilette recyclé, pas cher, écologique et sans danger. A défaut des mouchoirs en papier feront très bien l’affaire.
·  tissu : ce n’est pas en principe le matériau idéal car les fibres peuvent se coincer entre les dents de votre gerbille ou s’enrouler autour se ses pattes ou de sa queue, faisant ainsi garrot (d’où un risque d’amputation). Cependant ces risques peuvent être évités de manière très simple : il faut juste donner à vos compagnons des tissus fins, les plus usés possibles, 100% coton (vieilles chemises, vieux draps…) et "prédécoupés" en bandes. Et en parlant de tissu ne donnez jamais de coton type disques à démaquiller, ouate ou coton pour hamster à une gerbille, les risques d’étouffement sont très importants.

Avec tout cela, la gerbille se tricotera en deux ou trois jours un nid douillet où elle pourra dormir bien au chaud.

•  le fouissage, c'est-à-dire l’activité qui consiste à creuser des trous, ou plutôt à tenter de le faire (il faut dire que dans une cage il n’y a pas grand-chose à creuser). En effet, les gerbilles vivent à l’état sauvage dans des galeries qu’elles creusent elles-mêmes dans le sol se mettant ainsi à l’abri des prédateurs et des écarts de température. Point de tout cela bien sûr en captivité, mais l’instinct de fouissage reste, et la gerbille continue de creuser, creuser, creuser encore et toujours. Même si elle n’obtient aucun résultat, elle continuera indéfiniment. Pas d’inquiétude, c’est normal ! Mais vous pouvez consolez la petite bête en lui offrant des "tunnels" tout faits : tuyaux, tubes en carton de rouleaux d’essuie-tout, bocaux en verre... qui feront son bonheur et l’occuperont des heures durant.

•  les matchs de catch : les gerbilles adorent se chamailler et les duels sont fréquents. Leur but est de faire fuir l’adversaire, de le faire tomber ou simplement de lui faire baisser la tête. Ces jeux ne sont en principe pas violents, même si les gestes sont vifs ils n’occasionnent pas de blessures.

•  le rongement : avec le fouissage, ronger est une des activités principales des gerbilles. C’est d’ailleurs leur passe-temps favori : elles rongent pour s’alimenter, pour faire leur nid, pour aménager la cage, pour jouer, pour user les dents, pour tuer le temps, bref, pour tout et n’importe quoi. Et les gerbilles rongent absolument TOUT ce qui leur tombe sous la dent (Marcel et Ernest poussent le vice jusqu’à s’acharner en vain sur le même fil de fer depuis plus d’un an !!!!) .Contrairement à ce qu’on pourrait croire, elles préfèrent cependant le plastique au bois, et massacrent allègrement les accessoires et jeux fournis avec la cage.

Si vous êtes un peu bricoleur, vous pourrez confectionner vous-même des jouets et des abris en bois dur ou en noix de coco, plus esthétiques et plus durables. De même, si une gerbille s’évade, sa passion pour le plastique risque fort de la perdre : si par malheur elle s’attaque aux gaines et fils électriques, cela risque fort de mal se terminer. Prudence donc.

•  l'exploration du vaste monde : la curiosité d’une gerbille est sans limite, et elle est prête à tout pour la satisfaire ! C’est pourquoi elle saisira la moindre occasion de s’évader et de disparaître dans un recoin de votre habitation. Si cela arrive, pas de panique, mais il faut réagir vite : si votre/vos bébête(s) reste(nt) introuvable(s), coupez l’électricité (si possible) et passez les lieux au peigne fin pièce par pièce. Privilégiez les endroits sombres et étroits (placards, derrière les meubles…) et ceux où vous rangez la nourriture. Avec beaucoup de douceur et un peu de patience, vous devriez récupérez les fuyards sans trop de problèmes. Un truc tout simple : si vous repérez une gerbille mais que vous n’arrivez pas à l’attraper, placez à sa portée un gros bocal avec de la nourriture : elle rentrera dedans, vous n’aurez alors plus qu’à boucher ce bocal avec la main et à la remettre dans sa cage.

•  le toilettage et "papouillage" : les gerbilles adorent s’occuper les unes des autres ; c’est pourquoi, une fois leur toilette terminée, elles s’attaquent souvent à celle de leurs congénères sans leur demander leur avis ! (J’ai des réactions assez cocasses). Très solidaires, les gerbilles se lèchent, "se câlinent", se réchauffent mutuellement, lorsqu’une d’entre elles est malade ou blessée.

•  jouer dans le bac à sable : non, non, ce n’est pas une blague ! Les gerbilles adorent se rouler dans le sable (peut-être est-ce en rapport avec leurs origines "désertiques" ?) mais pas n’importe lequel : oubliez le sable de plage, il faut de la "terre à bain" ou "sable à bain" (parfois dénommé sable à chinchillas, car ceux-ci en raffolent aussi). Ce sable très particulier, riche en soufre, nettoie le pelage des gerbilles, le fait briller, élimine l’excès de sébum (car la gerbille, a le cheveu gras) et calme les démangeaisons. L’idéal serait de laisser en permanence du sable aux gerbilles, mais ce n’est en pratique pas facile, car elles le souillent très vite et ont la fâcheuse manie d’en éparpiller un peu partout. On peut donc se contenter de mettre du sable à disposition durant ½ heure à 1 heure, deux ou trois fois par semaine (pas besoin d’une grande quantité, une épaisseur d’1cm à 2cm au fond d’une assiette creuse suffit).


Toutes ces activités font de la gerbille un animal très original et intéressant à observer, mais aussi extrêmement bruyant et salissant (projections de litière tout autour de la cage). Bon à savoir, surtout si vous vivez dans un studio ou êtes allergique au balai et à l’aspirateur. Ah, en parlant d’allergies justement : les poils de gerbille ne sont en principe pas allergènes. Bonne nouvelle pour les asthmatiques qui veulent un animal de compagnie !



à suivre


Repost 0
Published by - dans Autre
commenter cet article
2 mars 2000 4 02 /03 /mars /2000 19:18

Les gerbilles


(Suite et fin)







Vous craquez pour des gerbilles ? Voici les dernières questions à vous posez, les derniers points à éclairer avant de céder.


Des gerbilles, pour qui ?


Attention, n’achetez surtout pas de gerbilles pour des enfants de moins de 8-10 ans ! Ce n’est vraiment pas l’animal de compagnie idéal pour eux en effet, la gerbille est assez petite, assez frêle et très souple, elle est donc assez difficile à manipuler, surtout avec des petites mains pas forcément très adroites…un jeune enfant risquerait de blesser la gerbille par maladresse, de la faire tomber, ou de se faire mordre s’il la stresse ou lui fait mal(et les morsures de gerbilles, même si elles ne sont pas graves, peuvent être très, très douloureuses). De plus les gerbilles sont agitées, peu patientes et donc peu réceptives aux câlins et caresses, ce qui peu s’avérer très décevant pour un enfant. En bref, si vous voulez offrir un petit animal à votre enfant, optez plutôt pour le cochon d’Inde, paisible et affectueux.


J’ai déjà des animaux de compagnie

La cohabitation est évidemment très difficile avec un chat, variable avec un chien. Même si celui-ci semble bien tolérer les gerbilles et ne pas vouloir en faire son casse-croûte, prudence ! Ne le laissez jamais seul avec vos petites bêtes (même en cage !!!). Si vous possédez d’autres rongeurs, ne les mettez pas en contact avec une gerbille, cela dégénèrerait inévitablement en bagarre.


Des gerbilles où ?

Vos gerbilles ne seront heureuses et en bonne santé que dans une pièce tempérée, sans courant d’air, avec un éclairage naturel et pas trop bruyante…mais tout de même une pièce assez animée où les gerbilles pourront vous voir et vous sentir, et satisfaire ainsi leur curiosité naturelle. A bannir donc, les garages, la salle de bain et tout endroit trop ensoleillé, trop proche d’une grille d’aération, d’un chauffage/climatiseur ou de la télévision, de la chaîne hi-fi (ou de l’ampli de guitare, etc., etc.). Le lieu idéal pour placer la cage est, selon moi, le salon ou la cuisine. Pour faire sortir vos gerbilles sans trop de danger (car elles ont besoin de se dégourdir les pattes dehors, idéalement 10 minutes minimum par jour) la salle de bain est très pratique : peu de meubles, pas de fils électriques apparents (en principe).


Des gerbilles, à quel prix ?

Le coût de revient moyen des gerbilles est de : 70-80€ à l’achat (prix 2006, en France) :

•  Une gerbille : 9-10€ : à acheter par 2.
•  Une cage (cage d’environ H50 X L60 X P40cm, à fond plastique et barreaux métalliques serrés) : 25 à 40€.
•  Une mangeoire : 0€. Une vieille tasse ou un vieux ramequin font très bien l’affaire.
•  Un petit biberon en plastique : 3€.
•  Un sac de nourriture (1 à 1,5kg) : 4€. Il dure 2-3 mois pour 2 gerbilles, à raison de 10g par animal et par jour. Un truc simple pour doser la nourriture : 10g c’est environ ½ oeuf Kinder–surprise plein à ras bord.
•  Un sac de sable (1kg) : 4€. Il dure 6 mois voir plus si vous le "recyclez" en le tamisant après usage pour le réutiliser.
•  Litière : 4€ le sac (10L). Vous pouvez la remplacer par des copeaux. Si vous ne connaissez pas un menuisier amateur, pourquoi ne pas tenter votre chance dans une ébénisterie ou une scierie ? (Attention, il faut des copeaux, pas de la sciure !)
•  Jouets : 0€. Comme je l’ai déjà dit, des objets de récupération feront très bien l’affaire : bocaux, tuyaux, coques de noix de coco, chutes de bois, bouchons en liège, tubes en carton.
•  Matériau isolant, à poser sous la cage si elle est sur un sol froid (carrelage) de 0€ (chute de moquette) à 3-4€ (tapis caoutchouc de type tapis de douche).
•  Frais vétérinaires en cas de maladie ou blessure : attention, la facture peut monter très vite ! Heureusement, les gerbilles sont des animaux très résistants et si vous vous en occupez bien, il y a peu de chances que vous ayez à les amener chez le vétérinaire. Si toutefois c’était le cas, préférez un vétérinaire spécialiste en N.A.C. (Nouveaux Animaux de Compagnie).



Comment choisir mes gerbilles ?


Attention, toutes les animaleries ne se valent pas ! Des vendeurs qui connaissent bien les gerbilles et répondent à toutes vos questions (maintenant vous êtes incollables, alors vous pourrez "piéger" les mauvais vendeurs ), des cages propres, des animaux vifs, sans blessures, ni maladies évidentes (diarrhées, pertes de poils, problèmes respiratoires, oculaires…), bien nourris, ayant de l’eau fraîche à leur disposition sont des gages de qualité. Ne vous aventurez surtout pas à acheter des animaux malades (même dans l’intention louable de les guérir), ou dont les compagnons de cage sont malades. Généralement, les animaleries fournissent une "garantie" minimale : si l’animal tombe malade dans les jours suivant son achat, ou si le vendeur a commis une erreur sur le sexe (votre gerbille "mâle" a eu des petits par exemple), on peut vous reprendre ou vous rembourser l’animal (dans des délais très brefs après l’achat et sous peine que vous puissiez prouver le problème, bien sûr). Mais vous pouvez aussi trouver des gerbilles par le biais de particuliers, pour peu que ceux-ci vous fournissent les gages de qualité précédemment mentionnés (connaissance des gerbilles, animaux peu chers voire gratuits, élevés au contact de l’homme et donc déjà apprivoisés. Inconvénients, pas de garantie en cas d’erreur sur le sexe ou de maladie.


Conclusion

Pour ma part, j’étais très réticent à l’idée d’avoir des animaux à mon domicile, mais il est vrai que l’on s’attache très vite à ces petites bestioles. Alors si vous avez enfin cédé, je vous souhaite beaucoup d’amusement et de bonheur avec vos gerbilles !


Un animal quel qu’il soit n’est pas un jouet et encore moins un objet.



Aimable contribution de 29phil




 

Repost 0
Published by 29phil - dans Autre
commenter cet article
2 mars 2000 4 02 /03 /mars /2000 17:13

 

Abutilon du Grand Fleuve - Abutilon megapotamicum



L'abutilon du Grand Fleuve (Abutilon megapotamicum syn. A. vexillarium) est une plante angiosperme dicotylédone appartenant à l'ordre des malvales, à la famille des malvacées (Malvaceae), à la sous famille des Malvoideae, à la tribu des Malveae et au
genre Abutilon.

 

 

 

Cet article a été transféré sur le forum de Faaxaal

 

 


Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
2 mars 2000 4 02 /03 /mars /2000 15:29

 

Glossaire botanique et Glossaire entomologique
Glossaire de mycologie

 

A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z

 



Méricarpe

 

Définition
(Botanique)

Nom donné à chaque akène constitutif d'un schizocarpe.





 

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article