Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 décembre 2000 5 01 /12 /décembre /2000 21:01

 

Bouleau verruqueux - Betula pendula


Le bouleau verruqueux (Betula pendula), appelé parfois boulard, est une plante angiosperme dicotylédone appartenant à la sous classe des hamamélidés (Hamamelidae), à l'ordre des Fagales, à la famille des bétulacées (Betulaceae) et au genre bouleau (Betula).

Divers synonymes latins ont été utilisés pour désigner le bouleau verruqueux, et notamment :
• Betula aetnensis,
• Betula alba subsp. verrucosa,
• Betula alba var. pendula,
• Betula gummifera,
• Betula lobulata,
• Betula oxycoviensis,
• Betula verrucosa.


De nombreuses formes, sous espèces et variétés de bouleau verruqueux ont été décrites. En voici une liste non exhaustive :

• Betula pendula forma bircalensis,
• Betula pendula forma crispa,
• Betula pendula forma fastigiata,
• Betula pendula forma palmeri,
• Betula pendula subsp. fontqueri,
• Betula pendula subsp. kamtschatica,
• Betula pendula var. carelica,
• Betula pendula var. fontqueri,
• Betula pendula var. japonica,
• Betula pendula var. laciniata,
• Betula pendula var. lapponica,
• Betula pendula var. meridionalis,
• Betula pendula var. microlepsis,
• Betula pendula var. oycowiensis,
• Betula pendula var. parvibracteata,
• Betula pendula var. pendula,
• Betula. pendula var. platyphylla,
• Betula pendula var. szechuanica
.

Vous connaissez certainement cet arbre puisqu'il se décline autour de nous en de nombreux cultivars comme :
Betula pendula 'Dalecarlica' : le bouleau lacinié avec un port élancé (8 à 10 m) et des feuilles profondément découpées,
Betula pendula 'Fastigiata' : le bouleau fastigié ou bouleau colonnaire, avec un port en colonne (7 à 15 m),
Betula pendula 'Gracilis' ètres avec des rameaux et des branches retombants sans flèche sommitale (5 à 7,5 m), feuilles à limbe réduit et étroit,
Betula pendula 'Laciniata' : le bouleau pleureur à feuilles laciniées (profondément incisées),
Betula pendula 'Purpurea' : le bouleau pourpre avec des feuilles rouges en automne (7 à 10 mètres),
Betula pendula 'Tristis' : le bouleau pleureur avec une flèche sommitale (10 à 12 m), avec des rameaux secondaires retombants,
Betula pendula 'Youngii' : le bouleau pleureur de Young, sans flèche sommitale (ressemble au saule pleureur).

Le bouleau verruqueux est un arbre à feuilles caduques, à racines traçantes, pouvant atteindre 25 à 30 mètres de hauteur, qui croît du nord de l'Europe (Scandinavie) jusqu'au Sud de l'Europe (Italie). Cependant dans le sud, le bouleau verruqueux n'est présent qu'en altitude, jusqu'à 2500 mètres. Il est également présent en Asie du sud-ouest et en Amérique du nord (Canada et USA). Le bouleau verruqueux peut vivre une centaine d'années.

Le bouleau verruqueux est souvent une plante pionnière, héliophile, assez indifférent au pH du sol, qui croît dans les friches, en lisière de forêt, dans les forêts mixtes claires, dans les forêts boréales, dans les tourbières, dans les landes, sur divers types de sols, y compris les dunes ou les sols calcaires. Le bouleau verruqueux supporte mal la concurrence d'autres espèces.

Les feuilles du bouleau verruqueux sont vertes, caduques, pétiolées, simples, alternes, à limbe triangulaire, avec une large base et une pointe acuminée, glabres, à marge doublement dentée et mesurent de 4 à 7 centimètres de long. Les jeunes rameaux, glabres, souples, sont retombants (pendula) et couverts de verrues résinifères grisâtres. Le tronc présente une écorce blanche, brillante, plutôt lisse, se desquamant en lanières horizontales, se crevassant avec l'âge en partie basse.

Les fleurs du bouleau verruqueux, jaune verdâtre, monoïques, en chatons, apparaissent avant les feuilles. Les chatons males, sont présents au bout des ramilles, dès l'automne, mais n'arrivent à maturité qu'au début du printemps. A ce moment là ils mesurent de 8 à 10 centimètres de long et sont pendants. Par contre, les chatons femelles, pédonculés, sont d'abord dressés puis retombants, et leur taille est plus modeste (environ 3 cm). La pollinisation est anémogame (pollinisation par le vent).

Le fruit du bouleau verruqueux est un akène elliptique muni de deux ailes latérales deux fois plus grande que la graine. Les fruits, mesurant de 1 à 3 millimètres, sont mûrs en août ou septembre et sont dispersés par le vent (dissémination anémochore).

Le bouleau verruqueux abrite les chenilles de nombreuses espèces de papillons dont voici une liste non exhaustive, loin de là :
Achlya flavicornis : le flavicorne,
Adela reaumurella : l'Adèle verdoyante,
Alsophila aescularia : la phalène du marronner,
Archiearis parthenias : l'intruse,
Biston betularia : la phalène du bouleau,
Colotois pennaria : le géomètre Himère,
Cossus cossus : le cossus ronge-bois,
Drepana curvatula : l'incurvé,
Drepana falcataria : la faucille,
Endromis versicolora : le versicolore,
Erannis defoliaria : l'hibernie défeuillante ,
Falcaria lacertinaria : la lacertine,
Furcula bicuspis : la harpye bicuspide,
Geometra papilionaria : le géomètre papillonnaire,
Harpyia milhauseri ; le dragon,
Hedya nubiferana : la tordeuse verte des bourgeons,
Jodis lactearia : l'hémithée éruginée,
Leucodonta bicoloria : le bombyx bicolore,
Lymantria dispar : le bombyx disparate,
Lymantria monacha : la nonne,
Mimas tiliae : le sphinx du tilleul,
Notodonta dromedarius : le chameau,
Notodonta tritophus : le dromadaire,
Ochropacha duplaris : la double-ligne,
Pheosia gnoma : le bombyx dictéoïde,
Poecilocampa populi : le bombyx du peuplier,
Polypogon strigilata : l'herminie barbue,
Saturnia pavonia : le petit paon de nuit,
Scoliopteryx libatrix : la découpure,
Tetheella fluctuosa : la cymatophore onduleuse.

Le bouleau verruqueux abrite de nombreuses autres espèces d'insectes comme la callidie sanguine (Callidium sanguineum), la coccinelle à 10 points (Calvia decemguttata), la coccinelle à 16 macules (Halyzia sedecimguttata)…

Chez votre pépiniériste vous trouverez de nombreux cultivars dont voici une petite liste :
• Betula pendula 'Birkalensis',
• Betula pendula 'Crimson Frost',
• Betula pendula 'Golden Cloud',
• Betula pendula 'Long Trunk',
• Betula pendula 'Obelisk',
• Betula pendula 'Purple Splendour',
• Betula pendula 'Schneverdinger Goldbirke',
• Betula pendula 'Splendor',
• Betula pendula 'Trost Dwarf',
• Betula pendula 'Viscosa'.

On prête au bouleau verruqueux diverses propriétés thérapeutiques que je vous laisse découvrir le détail sur les sites spécialisés. Sachez que certains le recommandent comme désinfectant des voies urinaires ou pour le traitement de la goutte, des rhumatismes et contre diverses infections.

En allemand le bouleau verruqueux s'appelle : bemeine birke ou hängebirken en anglais : european white birch, weeping birch, ou silver birch, en danois : vorte-birk, en espagnol : abedul comun ou abedul de plata, en italien : barancio, betulla comune ou betulla bianca et en néerlandais : ruwe berk.

Le bouleau verruqueux est l'arbre national de Finlande.
 
 
Kriss de Niort
 
 

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
1 décembre 2000 5 01 /12 /décembre /2000 13:53

 

Tyran quiquivi - Pitangus sulphuratus



Le Tyran quiquivi (Pitangus sulphuratus) est un oiseau appartenant à l'ordre des passereaux (Passeriformes), à la famille des Tyrannidae (qui regroupe les tyrans et les gobe-mouches) et au genre Pitangus (appelé parfois Philohydor). Outre Pitangus sulphuratus, le genre Pitangus ne renferme que l'espèce Pitangus lictor.

Le tyran quiquivi étant très variable localement, il existe 10 sous espèces :
• Pitangus sulphuratus argentinus
• Pitangus sulphuratus bolivianus
• Pitangus sulphuratus caucensis
• Pitangus sulphuratus derbianus
• Pitangus sulphuratus guatimalensis
• Pitangus sulphuratus maximiliani
• Pitangus sulphuratus rufipennis
• Pitangus sulphuratus sulphuratus
• Pitangus sulphuratus texanus
• Pitangus sulphuratus trinitatis

L'aire de répartition du tyran quiquivi (Pitangus sulphuratus) s'étend de l'Amérique du Sud (Argentine, Bolivie, Surinam, Guyane…) jusqu'aux Etats Unis d'Amérique, notamment la Louisiane et le Texas.

Le tyran quiquivi fréquente des habitats très hétéroclites comme les bosquets, les forêts claires, les haies, les ripisylves et toutes sortes de plans d'eau. Le tyran quiquivi, peu farouche, fréquente également les parcs urbains et les jardins.

Le tyran quiquivi mesure de 21 à 23 centimètres, et les deux sexes sont semblables. Le dessous de son ventre est jaune vif tandis que son dos et les couvertures alaires sont bruns. Une bande noire traverse sa tête, du bec jusqu'à la nuque, surmontée d'une bande blanche qui fait le tour de la tête. Les pattes, le bec et les yeux sont noirs.

Le régime alimentaire du tyran quiquivi est très varié. Omnivore, il consomme des graines et des fruits divers, des insectes, des invertébrés, de petits amphibiens et reptiles, des crustacés, des poissons qu'il capture en plongeant et même des œufs d'oiseaux.

Le tyran quiquivi construit son nid généralement dans les arbres ou les arbustes, à bonne hauteur (rarement moins de 3 mètres). Le nid est relativement gros, cylindrique, avec une entrée située en partie supérieure. Les matériaux utilisés sont ceux trouvés dans l'environnement proche, brindilles, herbes, paille, voire tissus et papier.

La femelle pond de 3 à 5 œufs. L'incubation dure environ 2 semaines. Le couple assure conjointement le nourrissage de la couvée. Les oisillons quittent le nid au bout de 5 semaines. Ils atteindront leur majorité sexuelle près d'un an plus tard.

Le tyran quiquivi est un oiseau monogame très bruyant, vindicatif, territorial voire parfois agressif.

Kriss de Niort, le 14 novembre 2007

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
30 novembre 2000 4 30 /11 /novembre /2000 17:53

 

Ibis sacré - Threskiornis aethiopicus



L'ibis sacré (Threskiornis aethiopicus syn. Tantalus aethiopicus, Ibis aethiopicus) est un oiseau appartenantà la sous classe des Carinatae, à l'infra classe des Neornithes, à l'ordre des Ciconiiformes, à la famille des Threskiornithidae, à la sous famille Threskiornithinae, et au genre Threskiornis.

 

En savoir plus sur l'ibis sacré

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
30 novembre 2000 4 30 /11 /novembre /2000 13:21

 

Le genre Viola


Le genre Viola regroupe des plantes angiospermes dicotylédones appartenant à l'ordre des Violales et à la famille des violacées (Violaceae). Dans la classification phylogénétique le genre Viola dépend de l'ordre des Malpighiales.

Le genre Viola comprend environ 500 espèces réparties pratiquement dans le monde entier. Cependant la plupart des espèces se trouvent dans l'hémisphère Nord tempéré. En Europe le genre Viola compte environ 90 espèces dont seulement 19 sont présentes en France.

Le genre viola se divise en 2 groupes caractérisés essentiellement par la disposition des pétales :
• les pensées : les 2 pétales latéraux sont resserrés vers le haut,
• les violettes : les 2 pétales latéraux sont dirigés vers le bas.

La plupart des espèces qui composent le genre Viola sont de petites plantes vivaces ou parfois annuelles. Le genre Viola compte également quelques petits arbustes.

La plupart des espèces qui composent le genre Viola possèdent des feuilles cordiformes ou palmées. La plupart des espèces possèdent une tige plus ou moins longue, mais certaines sont acaules, et dans ce cas généralement avec une rosette basale. Les feuilles sont stipulées.

Les fleurs, hermaphrodites, sont généralement zygomorphes avec symétrie bilatérale. Les fleurs possèdent 5 sépales persistants qui continuent de pousser après la floraison chez certaines espèces et 5 pétales. La forme et la disposition des pétales sont importantes pour identifier de nombreuses espèces. L'androcée se compose de 5 étamines. L'ovaire est généralement supère. La pollinisation est entomogame (effectuée par les insectes). Certaines fleurs sont cleistogames, c'est à dire qu'elles ne s'ouvrent pas et il y a alors autofécondation.

Le fruit est une capsule qui s'ouvre par 3 valves. La dispersion des graines est souvent effectuée par les fourmis (myrmécochore).

La couleur dominante des fleurs est le violet (d'où sans doute le nom du genre, du moins indirectement), cependant on trouve de nombreuses autres couleurs avec diverses nuances de bleu, mais aussi du blanc, et du jaune. Certaines fleurs sont bicolores. Les nombreux hybrides et cultivars produits par les jardiniers permettent d'obtenir une très grande palette de nuances et un grand nombre de mélange de couleurs.

Je vous livre ci-dessous une liste non exhaustive de quelques espèces.
Viola acuminata
Viola adunca
Viola aetolica
Viola affinis syn. Viola missouriensis
Viola alba : Violette blanche
Viola allchariensis
Viola alpina
Viola altaica
Viola appalachiensis : Violette des appalaches
Viola arborescens : Violette ligneuse
Viola argenteria
Viola arsenica
Viola arvensis : Pensée des champs
Viola bakeri
Viola banksii
Viola beckwithii
Viola bertolonii : Violette de Bertolon
Viola bicolor
Viola biflora : Pensée à deux fleurs
Viola blanda
Viola brevistipulata
Viola brittoniana
Viola calaminaria : Pensée calaminaire
Viola calcarata : Pensée des Alpes
Viola californica : Violette de Californie
Viola canadensis
Viola canina : Violette des chiens
Viola cazorlensis
Viola cenisia : Pensée du Mont-Cenis
Viola chaerophylloides
Viola chamissoniana
Viola charlestonensis
Viola chinensis
Viola clauseniana
Viola collina : Violette des collines
Viola comollia
Viola conspersa
Viola cornuta : Pensée à corne
Viola corsica : Pensée de Corse
Viola crassa
Viola crassiuscula
Viola cryana : Violette de Cry
Viola cucullata
Viola cuneata
Viola cunninghamii
Viola declinata
Viola delphinantha
Viola diffusa
Viola dissecta
Viola diversifolia : Pensée de Lapeyrouse
Viola douglasii
Viola dubyana
Viola egglestonii
Viola elatior : Violette élevée
Viola elegantula
Viola epipsila
Viola eugeniae
Viola fimbriatula
Viola flettii
Viola frank-smithii
Viola glabella
Viola gracilis
Viola grisebachiana
Viola grypoceras
Viola guadalupensis
Viola guestphalica
Viola hallii
Viola hastata
Viola hederacea
Viola helenae
Viola hirsutula
Viola hirta
Viola hispida : Pensée de Rouen
Viola howellii
Viola incognita
Viola japonica
Viola jordanii : Violette de Jordan
Viola kauaensis
Viola keiskei
Viola kitaibeliana
Viola kosaninii
Viola labradorica
Viola lactea : violette lactée
Viola lanaiensis
Viola lanceolata
Viola langsdorfii
Viola lithion
Viola lobata
Viola lovelliana
Viola lutea : Pensée des Vosges
Viola macloskeyi
Viola mandschurica
Viola maviensis
Viola mirabilis : Violette admirable
Viola munbyana
Viola nephrophylla
Viola novae-angliae
Viola nummulariifolia : Violette à feuilles de nummulaires
Viola nuttallii
Viola oahuensis
Viola oblica
Viola obtusa
Viola ocellata
Viola odorata : Violette odorante
Viola orbiculata
Viola orientalis
Viola orphanidis
Viola palmata syn.Viola triloba
Viola palustris : Violette des marais
Viola parvula : Petite pensée
Viola patrinii
Viola pedata : Violette pied d'oiseau
Viola pedatifida
Viola pedunculata
Viola persicifolia : Violette à feuilles de pêcher
Viola pinetorum
Viola pinnata : Violette à feuilles pennées
Viola praemorsa
Viola primulifolia
Viola prionantha
Viola pseudomirabilis : Violette du Larzac
Viola psychodes
Viola pubescens
Viola pumila : Violette naine
Viola purpurea
Viola pyrenaica : Violette des Pyrénées
Viola rafinesquii
Viola reichenbachiana : Violette de Reichenbach
Viola renifolia
Viola riviniana : Violette sauvage
Viola rostrata
Viola rotundifolia
Viola rupestris : Violette des rochers
Viola sagittata
Viola saxatilis : Pensée des rochers
Viola selkirkii
Viola sempervirens
Viola septemloba
Viola septentrionalis
Viola sheltonii
Viola sororia
Viola stojanowii
Viola striata
Viola suavis : Violette suave
Viola subsinuata
Viola thomasiana : Violette de Thomas
Viola tokubuchiana
Viola tomentosa
Viola tricolor : Pensée sauvage ou violette tricolore
Viola trinervata
Viola tripartita
Viola uliginosa
Viola umbraticola
Viola utahensis
Viola vaginata
Viola valderia : Pensée de Valdieri
Viola vallicola
Viola variegata
Viola viarum
Viola villosa
Viola wailenalenae
Viola walteri

Kriss de Niort, le 30/11/2007

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
30 novembre 2000 4 30 /11 /novembre /2000 12:32

 

Le genre Heuchera


Le genre Heuchera regroupe une cinquantaine d'espèces de plantes angiospermes dicotylédones appartenant à l'ordre des Rosales et à la famille des saxifragacées (Saxifragaceae). Dans la classification phylogénétique le genre Heuchera est rattaché à l'ordre des Saxifragales.

Le genre Heuchera a été nommé ainsi par Carl von Linné en hommage au professeur de médecine et botaniste Allemand Johann Heinrich von Heucher (1677-1747).

Le genre Heuchera est essentiellement originaire d'Amérique du Nord et de l'Amérique centrale. L'habitat naturel des espèces qui composent le genre Heuchera est très varié et va des falaises rocheuses des îles côtières de la Californie (Heuchera maxima) aux régions montagneuses, aux régions boisées ou aux berges des cours d'eau. Heuchera sanguinea se développe pour sa part en grande partie dans les canyons de l'Arizona.

Le genre Heuchera regroupe des plantes rhizomateuses, herbacées, vivaces, qui possèdent généralement des feuilles caduques, souvent en rosettes basales. Les feuilles, à nervures palmées, possèdent souvent des marbrures diversement colorées. Les feuilles sont pétiolées, ovales ou cordiformes, parfois légèrement lobées et dentées.

Les fleurs, rouges, roses ou blanches, apparaissent à l'extrémité d'une hampe florale. L'inflorescence peut être en racème, en panicules ou en cymes. Les fleurs, souvent en forme de clochette pendante, sont composées d'un calice à 5 sépales soudés, d'une corolle à 5 pétales. A noter que certains Heuchéras ne possèdent pas de pétales. L'androcée possède 5 étamines.

Certains Heuchéras sont visités par les colibris. Le fruit des Heuchéras est une capsule à deux fentes.

Je vous livre ci-dessous une liste non exhaustive de quelques espèces d'Eucheras.
Heuchera abramsii
Heuchera alpestris
Heuchera americana
Heuchera brevistaminea
Heuchera brizoides
Heuchera cespitosa
Heuchera chlorantha
Heuchera cylindrica
Heuchera duranii
Heuchera elegans
Heuchera maxima
Heuchera merriamii
Heuchera micrantha
Heuchera parishii
Heuchera parvifolia
Heuchera pilosissima
Heuchera pulchella
Heuchera racemosa
Heuchera rubescens
Heuchera sanguinea
Heuchera villosa
Heuchera wootonii

Kriss de Niort, le 30/11/2007

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
30 novembre 2000 4 30 /11 /novembre /2000 09:21

 

Heuchère sanguin - Heuchera sanguinea



L'heuchère sanguin, appelé parfois "désespoir du peintre" ou "goutte de sang" (Heuchera sanguinea) est une plante angiosperme dicotylédone appartenant à l'ordre des rosales, à la famille des saxifragacées (Saxifragaceae) et au genre Heuchère (Heuchera). Dans la classification phylogénétique la famille des saxifragacées (Saxifragaceae) est rattachée à l'ordre des Saxifragales.

 

 

Cet article a été transféré sur le forum de Faaxaal

 

 

 


Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
29 novembre 2000 3 29 /11 /novembre /2000 14:16

 

Papillon Dido - Philaethria dido



 Philaethria dido (Synonymes Metamorpho dido, Papilio dido) est un papillon appartenant au sous ordre des Glossata, à l'infra ordre des Heteroneura, à la division des Ditrysia, à la section des Cossina, à la sous section des Bombycina, à la super famille des Papilionoïdes (Papilionoidea), à la série des Papilioniformes, à la famille des Nymphalidés (Nymphalidae), à la sous famille des Heliconiinés (Heliconiinae), à la tribu des Heliconiini et au genre Philaethria.

 

 

Cet article a été transféré sur le forum de Faaxaal

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
29 novembre 2000 3 29 /11 /novembre /2000 08:24

 

Pensée du Mont Cenis - Viola cenisia



La pensée du Mont Cenis (Viola cenisia syn. Viola integrifolia) est une plante angiosperme dicotylédone appartenant à l'ordre des violales, à la famille des violacées (Violaceae) et au
genre viola. Dans la classification phylogénétique la famille des violacées est rattachée à l'ordre des Malpighiales.

 

 

Cet article a été transféré sur le forum de Faaxaal

 

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
28 novembre 2000 2 28 /11 /novembre /2000 13:00

 

Suffixe phage - Qui mange ou se nourrit de... Les mots en "phage"



Lorsque j'utilise certains de ces termes dans mes articles, vous me demandez souvent "que signifie ce mot ?"

Vous trouverez ci dessous une liste, qui n'a aucunement la prétention d'être exhaustive, relative au suffixe "Phage".

Le suffixe "phage", qui vient du grec "phagein" (phagos, phagia...) signifie "manger"et on le retrouve sous la forme de "phage" : qui se nourrit (ou qui mange) de... ou de "phagie" : action de manger de...

N'hésitez pas à me transmettre les termes qui m'auraient échappé, ou à me signaler des erreurs.

• algophage : qui se nourrit d'algues,

• allélophage : synonyme d'anthropophage,
• anthophage : qui se nourrit de fleurs,
La larve de la coccinelle est aphidiphage • anthropophage : qui mange de la chair humaine,
• aphidiphage : qui se nourrit de pucerons,
• autophage : qui se mange lui même,
• bactériophage : qui s'attaque aux bactéries,
• benthophage : qui se nourrit de matières organiques sur les fonds marins et lacustres,
• carpophage : qui mange des fruits,
• caryophage : qui détruit le noyau cellulaire,
• cléthrophage : qui se nourrit de graines sèches,
• conchyliophage : qui mange des coquillages,
• conophage : qui se nourrit seulement dans les graines et les cônes des conifères,
• coprophage : qui mange des excréments,
• créophage : qui mange de la chair,
• détritiphage : qui mange des détritus (cadavres et excréments),
• entomophage : (homme) qui mange des insectes,
• euryphage : qui mange des animaux et des végétaux,
• géophage : qui mange de la terre,
• harpactophage : qui chasse ses proies pour se nourrir,
• héliciphage : qui se nourrit d'escargots,
• hématophage : qui mange du sang,
• hétéroconophage : qui attaque à l'occasion les graines et les cônes, mais qui vit et se nourrit essentiellement des tiges et des aiguilles,
• homophage : qui se mange lui même, ou qui mange ses semblables,
• ichtyophage : qui mange des poissons,
La larve de la lepture cordigère est xylophage • karyophage : qui détruit le noyau cellulaire,
• lithophage : qui mange (ou attaque) la pierre,
• macrophage : qui mange des organismes de grande taille,

• malacophage : qui se nourrit de mollusques,
• melliphage : qui mange du miel,
• microphage : qui se nourrit de toutes petites proies,
• monophage : qui mange une seule espèce (animale ou végétale),
• mycétophage ; qui se nourrit de champignons,
• mycophage : qui se nourrit de moisissures,
• myrmécophage : qui mange des fourmis,
• nécrophage : qui mange des cadavres,
• oligophage : qui mange un petit nombre d'espèces (animales ou végétales),
• omophage : qui mange de la viande crue,
• onychophage : qui se ronge les ongles,
• oophage : qui mange des œufs,
• ophiophage : qui mange des serpents,
• opophage : qui se nourrit de sève,
• phyllophage : qui se nourrit au dépend des feuilles,
• phytophage : qui mange des végétaux,
• planctonophage : qui se nourrit de plancton, (planctophage ?)
Le Minotaure typhée est un insecte coprophage • polyphage : qui mange des animaux et des végétaux,
• rhizophage : qui mange des racines,
• saprophage : qui mange des matières organiques en décomposition,
• saproxylophage : qui mange du bois mort, contribuant à sa décomposition,
• sarcophage : qui ronge la chair,
• scatophage : qui mange des excréments,
• sténophage : qui se nourrit aux dépens d'un petit nombre d'espèces (animales ou végétales),
• termitophage : qui mange des termites,
• xylophage : qui mange le bois,
• zoophage : qui se nourrit d'animaux,

• zooplanctonophage : qui se nourrit de zooplancton.


Kriss de Niort

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
28 novembre 2000 2 28 /11 /novembre /2000 08:52

 

Primevère candélabre - Primula beesiana



Primula beesiana est une plante angiosperme dicotylédone appartenant à l'ordre des éricales (Ericales), à la famille des primulacées (Primulaceae) et au genre primevère (Primula).

Pour en savoir un peu plus sur le genre Primula, cliquer ici :
genre Primula.

Pour en savoir plus sur la famille des primulacées, cliquez ici : famille des primulacées.

Primula beesiana est parfois désignée par le synonyme Primula bulleyana Beesiana, mais il semblerait que cette appellation soit abandonnée.

Primula beesiana est une des deux espèces de primevères "candélabres" ou a étages connues à ce jour, l'autre étant Primula bulleyana. Cependant il n'y a pas de risque d'erreur Primula beesiana possède des fleurs rose/lilas tandis que Primula bulleyana possède des fleurs jaunes.

Primula beesiana est une plante vivace, rustique, originaire d'Asie (Chine). Elle produit des rosettes de feuilles vertes, semi persistantes, de forme allongée d'où émerge une tige florale de 40 à 50 centimètres de hauteur portant des verticilles de fleurs rose lilas à mauve avec un cœur jaune d'or. La floraison intervient d'avril à juillet. Les fleurs sont légèrement parfumées.

Au jardin il convient d'installer Primula beesiana à mi ombre ou dans un endroit ensoleillé quelques heures par jour. Le sol doit être riche humide, de préférence acide (mais supporte des sols neutres). En sol sec Primula beesiana nécessitera des arrosages fréquents.

Primula beesiana vit longtemps et se propage naturellement par ses graines. On peut également multiplier Primula beesiana en divisant les touffes.


Kriss de Niort, le 28/11/2007

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article