Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 novembre 2000 6 25 /11 /novembre /2000 14:17

 

Le genre Anthocharis


Le genre Anthocharis regroupe des insectes lépidoptères appartenant au sous ordre des Ditrysia, à la super famille des Papilionidés (Papilionoidea) à la famille des piérides (Pieridae) et à la sous famille des Pierinae.

Les papillons du genre Anthocharis sont généralement petits et blanchâtres avec l'extrémité intérieure des ailes colorées. Ces marques sont souvent rouge orangé, mais ce n'est pas une règle. Les chenilles des Anthocharis ont une prédilection pour les crucifères.

Voici une liste non exhaustive des principales espèces appartenant au genre Anthocharis :
• Anthocharis acolymus
• Anthocharis ajana
• Anthocharis alaskensis
• Anthocharis alberti
• Anthocharis alexandra
• Anthocharis alpium
• Anthocharis amplia
• Anthocharis andalusica
• Anthocharis andromorpha
• Anthocharis angelina
• Anthocharis antiquincunx
• Anthocharis apicalis
• Anthocharis armeniaca
• Anthocharis atavista
• Anthocharis aureoflavescens
• Anthocharis australis
• Anthocharis bambusarum
• Anthocharis belia (Aurore de Barbarie)
• Anthocharis bieti
• Anthocharis bilineata
• Anthocharis bimaculata
• Anthocharis britannica
• Anthocharis broweri
• Anthocharis browningi
• Anthocharis buschmanni
• Anthocharis caliente
• Anthocharis calleuphenia
• Anthocharis Anthocharis
• Anthocharis cardaminoides
• Anthocharis catalonica
• Anthocharis caulotosticta
• Anthocharis cethura
• Anthocharis cinerea
• Anthocharis citrona
• Anthocharis commaculata
• Anthocharis cooperi
• Anthocharis corcorani
• Anthocharis costaenigrata
• Anthocharis crassipuncta
• Anthocharis crocea
• Anthocharis dammersi
• Anthocharis damolasthenia
• Anthocharis damone (Aurore de Sicile)
• Anthocharis euphenoides (Aurore de Provence)
• Anthocharis gruneri (Aurore de Grèce ou aurore des Balkans)
• Anthocharis deaurata
• Anthocharis decolor
• Anthocharis decolorata
• Anthocharis decorata
• Anthocharis deserti
• Anthocharis detersa
• Anthocharis diluta
• Anthocharis discocellularis
• Anthocharis dispila
• Anthocharis divisa
• Anthocharis douei
• Anthocharis duncani
• Anthocharis edwardsii
• Anthocharis ellena
• Anthocharis eros
• Anthocharis eunomia
• Anthocharis eupheno
• Anthocharis extensa
• Anthocharis femininus
• Anthocharis flava
• Anthocharis flavescens
• Anthocharis flavicoloris
• Anthocharis flavido-virescens
• Anthocharis flavoapicata
• Anthocharis flavoradiata
• Anthocharis flavosignata
• Anthocharis flora
• Anthocharis gigantea
• Anthocharis graeca
• Anthocharis gruneri
• Anthocharis gunderi
• Anthocharis gynomorphica
• Anthocharis hayashii
• Anthocharis hellas
• Anthocharis hesperidis
• Anthocharis hibernica
• Anthocharis homogena
• Anthocharis houzeaui
• Anthocharis hyalina
• Anthocharis hybridophana
• Anthocharis immaculata
• Anthocharis impunctata
• Anthocharis inghami
• Anthocharis isshikii
• Anthocharis italorum
• Anthocharis julia
• Anthocharis kobayashii
• Anthocharis korana
• Anthocharis kutukovi
• Anthocharis lanceolata
• Anthocharis lasthenia
• Anthocharis lasthenoides
• Anthocharis lecithosa
• Anthocharis limbata
• Anthocharis limonea
• Anthocharis lineata
• Anthocharis lutea
• Anthocharis luteola
• Anthocharis macedonica
• Anthocharis major
• Anthocharis mandschurica
• Anthocharis marginata
• Anthocharis marginemaculata
• Anthocharis meridionalis
• Anthocharis midea
• Anthocharis minima
• Anthocharis minor
• Anthocharis minora
• Anthocharis mollis
• Anthocharis montivaga
• Anthocharis morrisoni
• Anthocharis nigritior
• Anthocharis nigrocellularis
• Anthocharis nigroconjuncta
• Anthocharis obscurata
• Anthocharis ochracea
• Anthocharis ochrata
• Anthocharis ochrea
• Anthocharis ondrii
• Anthocharis orientalis
• Anthocharis pallida
• Anthocharis parnassia
• Anthocharis parvipuncta
• Anthocharis parvisignata
• Anthocharis perflavida
• Anthocharis phoenissa
• Anthocharis pima
• Anthocharis privimacula
• Anthocharis progressa
• Anthocharis proosti
• Anthocharis provosti
• Anthocharis pulverulenta
• Anthocharis pupillata
• Anthocharis quadripunctata
• Anthocharis radiata
• Anthocharis reakirtii
• Anthocharis reducta
• Anthocharis reignaci
• Anthocharis rosea
• Anthocharis sagittata
• Anthocharis salmonea
• Anthocharis sara
• Anthocharis sassafrana
• Anthocharis saxonia
• Anthocharis schepadaeli
• Anthocharis scolymnus
• Anthocharis scolymus
• Anthocharis septentrionalis
• Anthocharis sheldoni
• Anthocharis sibirica
• Anthocharis speciosa
• Anthocharis stella
• Anthocharis sternitzkyi
• Anthocharis striata
• Anthocharis subflavopicta
• Anthocharis subtus-flavovenata
• Anthocharis subtustriata
• Anthocharis sulfureovenata
• Anthocharis sulfuris
• Anthocharis syra
• Anthocharis taipaichana
• Anthocharis thibetana
• Anthocharis thoosa
• Anthocharis tkatschukovi
• Anthocharis transvestita
• Anthocharis tsangpoana
• Anthocharis turritis
• Anthocharis turrtiferens
• Anthocharis umbratilis
• Anthocharis umbrosa
• Anthocharis vernetensis
• Anthocharis viridoflavescens
• Anthocharis volgensis
• Anthocharis williamsi
• Anthocharis wrighti.


Kriss de Niort, le 25/11/2007

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
25 novembre 2000 6 25 /11 /novembre /2000 11:03

 

Les primevères - Primula



Les primevères sont des plantes angiospermes dicotylédones appartenant à l'ordre des Primulales et à la
famille des primulacées (Primulaceae). Dans la classification phylogénétique les primevères sont rattachées à l'ordre des Ericales.

Il existe probablement plus de 500 espèces de primevères dont près de la moitié sont originaires de Chine. La plupart des primevères sont originaires de l'hémisphère nord tempéré, ou de l'hémisphère sud, en altitude, notamment des montagnes d'Ethiopie, d'Indonésie et de Nouvelle Guinée. On trouve également des primevères en Amérique du sud dans les zones tempérées.

Les primevères peuvent être annuelles mais elles sont le plus souvent vivaces. Au jardin les primevères vivaces sont parfois cultivées en annuelles, notamment dans les floraisons des villes et villages. Elles s'épanouissent généralement au printemps (d'où leur nom).

Les primevères sont pour la plupart rustiques. Les fleurs des primevères de plaine sont généralement jaunes tandis que les fleurs des primevères de montagne sont le plus souvent colorées (rose, rouge, violet...). Il y a bien évidemment des exceptions.

Les primevères sont souvent des plantes qui aiment la mi-ombre et les sols humides, au moins au printemps. La pollinisation des primevères est généralement entomogame et la dissémination est barochore. Les fleurs sont hermaphrodites. Les fleurs peuvent être individuelles (rare) ou groupées sur une hampe florale, parfois en verticilles étagés.

Les primevères sont les plantes hôte de plusieurs larves (chenilles) de papillons. Les limaces s'invitent parfois sur les feuilles qui forment des rosettes.

Certaines primevères sont utilisées dans la pharmacopée traditionnelle, notamment en Asie. Les fleurs contiendraient notamment des flavonoïdes, des caroténoïdes, des traces d'huile éthérée, et des enzymes. Elles seraient utilisées pour lutter contre la toux, les bronchites et autre rhumes, mais également contre les maux de tête les névralgies et les vertiges. Je ne vous conseille pas de tester par vous même si vous ne connaissez pas les espèces concernées ni les dosages, d'autant plus que certaines primevères peuvent provoquer des irritations cutanées et des réactions allergiques. L'ingestion peut être la cause de problèmes divers comme maux d'estomac, diarrhées, nausées ou autres.


Je vous livre ci-dessous une liste non exhaustive de primevères :
Primula alcalina
Primula algida
Primula allionii : Primevère d'Allioni
Primula alpicola
Primula amoena
Primula angustifolia
Primula anisodora
Primula anvilensis
Primula appenina
Primula atrodentata
Primula aurantiaca
Primula aureata
Primula auricula : Primevère à oreillettes
Primula beesiana : Primevère candélabre
Primula bellidifolia
Primula boothii
Primula borealis
Primula bracteosa
Primula bulleyana
Primula burmanica
Primula calderiana
Primula capillaris
Primula capitata
Primula capitellata
Primula carniolica
Primula cawdoriana
Primula chionantha
Primula chungensis
Primula clarkei
Primula clusiana
Primula cockburniana
Primula concholoba
Primula cortusoides
Primula cuneifolia
Primula cusickiana
Primula daonensis : Primevère du val Daone
Primula darialica
Primula denticulata
Primula deorum
Primula deuteronana
Primula edgeworthii
Primula egaliksensis
Primula elatior : Primevère élevée
Primula ellisiae
Primula erythrocarpa
Primula eximia
Primula farinosa : Primevère farineuse
Primula fedschenkoi
Primula firmipes
Primula flaccida
Primula floribunda
Primula florindae : Primevère de l'Himalaya
Primula forrestii
Primula frondosa
Primula gambeliana
Primula geraniifolia
Primula glaucescens
Primula glomerata
Primula glutinosa : Primevère glutineuse
Primula gracillipes
Primula griffithii
Primula halleri : Primevère de Haller
Primula heucherifolia
Primula hirsuta : Primevère hirsute
Primula hyacinthina
Primula ianthina
Primula incana
Primula integrifolia : Primevère à feuilles entières
Primula involucrata
Primula ioessa
Primula irregularis
Primula japonica : Primevère du Japon
Primula jesoana
Primula juliae
Primula kewensis
Primula kisoana
Primula kitaibeliana
Primula latifolia : Primevère à larges feuilles
Primula lutea
Primula luteola
Primula macrophylla
Primula magellanica
Primula malacoides Primula marginata : Primevère marginée
Primula megaseifolia
Primula melanops
Primula minima
Primula mistassinica
Primula modesta
Primula mollis
Primula muscarioides
Primula nipponica
Primula nivalis : Primevère neigeuse
Primula nutans
Primula obconica
Primula palinuri
Primula parryi
Primula pedemontana : Primevère du Piémont
Primula petiolaris
Primula poissonii
Primula polyneura
Primula prolifera
Primula pulverulenta
Primula redolens
Primula reidii
Primula reinii
Primula renifolia
Primula reptans
Primula reticulata
Primula rosea
Primula roxburghii
Primula rusbyi
Primula sapphirina
Primula saxatilis
Primula scandinavica : Primevère scandinave
Primula scapigera
Primula scotica : Primevère écossaise
Primula secundiflora
Primula serratifolia
Primula sibirica
Primula sieboldii
Primula sikkimensis
Primula sinensis : Primevère de Chine
Primula sinopurpurea
Primula soldanelloides
Primula sonchifolia
Primula spectabilis
Primula specuicola
Primula stricta
Primula suffrutescens
Primula takedana
Primula tanneri
Primula tibetica
Primula tschuktschorum
Primula tyrolensis : Primevère du Tyrol
Primula veris : Primevère officinale
Primula verticillata
Primula vialii
Primula villosa : Primevère velue
Primula vulgaris : Primevère commune
Primula waltonii
Primula warshenewskiana
Primula whitei
Primula wilsonii
Primula wollastonii
Primula wulfeniana
Primula yuparensis


Kriss de Niort, le 28/11/2007

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
24 novembre 2000 5 24 /11 /novembre /2000 20:41

 

Grand tamanoir - Fourmilier géant - Myrmecophaga tridactyla


Le grand tamanoir (Myrmecophaga tridactyla), appelé également tamanoir ou fourmilier géant, est un mammifère thérien appartenant à l'infra classe des placentaires (Placentalia), au super ordre des xénarthres (Xenarthra), à l'ordre des Pilosa, au sous ordre des Vermilingua, à la famille des myrmécophagidés (Myrmecophagidae) et au genre Myrmecophaga dont il est le seul représentant.

 

Cet article a été transféré sur le forum de Faaxaal

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
24 novembre 2000 5 24 /11 /novembre /2000 13:53

 

La flore d’Europe occidentale



La flore d’Europe occidentale est la version française de "The illustrated Flora of Britain and northern Europe". La réalisation de l'adaptation française a été effectuée par Pierre Anglade et la traduction a été assurée par Valérie Garnaud-d'Ersu et Jérôme Goutier.

La flore d’Europe occidentale est publiée aux éditions Flammarion et imprimée en Grande Bretagne par Bath press à Glasgow et Bath.


Les auteurs :

Marjorie Blamey est née en 1918 à Ceylan où elle n'a vécu que 2 ans. Très jeune sa famille l'a encouragée à dessiner et à peindre. Sa carrière professionnelle débute par la photographie mais elle est stoppée par la guerre. Alors qu'elle était infirmière et ambulancière Marjorie Blamey rencontre son futur époux, Philip Blamey, qui était à l'époque un jeune officier. D'abord agriculteur, le couple décide en 1968 de se consacrer à l'illustration botanique. Les dessins de cet ouvrage sont donc la consécration de dizaines d'années de travail, couronnées par la médaille d'or de la Société Royale d'horticulture de Londres en 1989.

Christopher Grey-Wilson pour sa part est né en 1944. Après des études d'horticulture il est accueilli dans l'équipe internationale de botanistes des jardins royaux de Kew en Angleterre où il mène divers travaux, notamment sur le genre Impatiens. Parallèlement Christopher Grey-Wilson dirige la revue Kew Magazine. Christopher Grey-Wilson est l'auteur de plusieurs ouvrages (Bonnes plantes pour la cuisine et la santé, Toutes les fleurs de Méditerranée, Cyclamen : A Guide for Gardeners, Horticulturists and Botanists, etc.) d'horticulture et de botanique. Il a également participé à diverses missions à travers le monde (Europe, Afrique orientale, Moyen Orient et Proche Orient).


La flore d’Europe occidentale

La flore d’Europe occidentale constitue un outil de travail important pour aider les botanistes amateurs à identifier les végétaux. Les principales espèces d'Europe occidentale y sont représentées (une carte en début d'ouvrage indique précisément la zone géographique concernée), qu'elles soient indigènes ou introduites, à l'exception des poacées (graminées), cypéracées (laîches), et des joncacées (joncs).

L'introduction donne les principales clefs de l'ouvrage. On y définit les principes adoptés pour la description des plantes, et notamment : la taille des plantes, leur couleur, leur habitat, leur période de floraison, leur distribution, l'altitude à laquelle elles croissent… Les auteurs abordent ensuite la classification des plantes, l'anatomie de la fleur (avec de nombreux schémas), la disposition des fleurs, les feuilles, les fruits et la pollinisation. L'habitat est longuement étudié : bois et forêts (forêts de feuillus, forêts de conifères), prairies, eaux douces, mares et marécages, landes, tourbières et autres formations marécageuses, bancs de vase et marais salants, dunes de sables et galets, falaises, associations végétales alpines et arctiques, terres cultivées et remaniées…

Le glossaire pour sa part s'étend sur 8 pages. Ce n'est pas un glossaire "peau de chagrin" comme on trouve dans certains livres, mais un vrai glossaire accompagné de nombreux schémas bien utiles pour le néophyte.

La flore proprement dite décrit plus de 2400 plantes, en commençant par les gymnospermes (pinacées, cupressacées et taxacées) et en se poursuivant par les angiospermes dicotylédones et enfin les angiospermes monocotylédones. Ce ne sont pas moins d'une centaine de familles qui sont ainsi visitées ce qui est rare pour un ouvrage de vulgarisation.

Sur la page de gauche figurent des schémas représentant les détails significatifs et distinctifs de certaines plantes. Ces schémas complètent une description textuelle courte, précise, concise, mais suffisante de chaque plante décrite. Sur la page de droite un nombre variable de plantes sont représentées sous forme de dessins. La plupart des illustrations sont grandeur nature. Lorsque ce n'est pas le cas l'échelle est précisée (X2 ou X3,5 etc.).

L'ouvrage se termine par un index des noms français et un index des noms latins, tous les deux bien utiles pour naviguer d'une famille à l'autre ou pour retrouver rapidement une plante dont on connait le nom.


En conclusion

En tant que naturaliste amateur c'est un ouvrage que j'affectionne. Je l'utilise souvent pour y chercher confirmation d'un spécimen observé ou pour observer les différences entre deux espèces. Il est vrai qu'il vaut mieux avoir quelques notions de base et posséder déjà un peu d'expérience en matière d'identification. Si les détails caractéristiques de la plante sont bien représentés ils sont peu utiles pour une étude sur photo, à mois d'avoir pris soin de décortiquer la plante in situ et d'avoir photographié chaque détail. Il est cependant illusoire d'emmener l'ouvrage sur le terrain, il est bien trop volumineux. D'autre part je trouve que les couleurs ne sont pas toujours fidèles et peuvent parfois laisser un doute sur l'identification. A part ça, c'est un grand compagnon de mes soirées et je n'arrive plus à m'en séparer.


Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
23 novembre 2000 4 23 /11 /novembre /2000 12:34

 

Le gui blanc d'Europe - Viscum album

Cet article a été transféré sur le

 

Forum de Faaxaal      

 


 

 

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
22 novembre 2000 3 22 /11 /novembre /2000 16:54

 

Zèbre de Grévy - Equus grevyi



Le zèbre de Grévy (Equus grevyi) est un mammifère thérien appartenant à l'infra classe des euthériens, à l'ordre des périssodactyles (Perissodactyla), à la famille des équidés (Equidae), au genre Equus et au sous genre Dolichohippus.

 

 

 

 

Cet article a été transféré sur le forum de Faaxaal

 

 

 

 


Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
22 novembre 2000 3 22 /11 /novembre /2000 15:12

 

Mantispe commune - Mantispe de Styrie - Mantispe païenne

Mantispa styriaca



Oups... Cet article a été transféré sur le forum de Faaxaal










Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
21 novembre 2000 2 21 /11 /novembre /2000 21:38

 

Pétasite japonais - Pétasite du Japon - Petasites japonicus



Le pétasite du Japon (Petasites japonicus, Syn. Nardosmia japonica), appelé parfois pétasite japonais est une plante angiosperme dicotylédone appartenant à l'ordre des astérales, à la famille des astéracées (Asteraceae), à la sous famille des Asteroideae, à la tribu des Senecioneae et au genre Petasites.




Cet article a été transféré sur le forum de Faaxaal









 
Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
21 novembre 2000 2 21 /11 /novembre /2000 06:09

 

La punaise à damier - Spilostethus saxatilis


Cet article a été transféré sur le forum de Faaxaal






Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
20 novembre 2000 1 20 /11 /novembre /2000 20:24

 

Oronge - Amanite des Césars - Amanita caesarea


Photo Oronge - Amanite des Cesars - Amanita caesarea L'oronge (Amanita caesarea), appelée également "amanite des Césars" ou "oronge vraie" par opposition à l'amanite fausse oronge, est un champignon basidiomycète (Basidiomycota) appartenant à la classe des homobasidiomycètes (Homobasidiomycetes), à la sous classe des agaricomycètes (Agaricomycetidae), à l'ordre des Amanitales, à la famille des Amanitaceae et au genre amanite (Amanita). Certains auteurs classent l'oronge dans l'ordre des agaricales et dans la famille des plutacées (Pluteaceae).

L'oronge a connu plusieurs synonymes latins dont voici une liste probablement non exhaustive :
• Agaricus aurantius,
• Agaricus aureus,
• Agaricus caesareus,
• Amanita aurantia,
• Venenarius caesareus,
• Volvoamanita caesarea.

Plusieurs sous espèces ou variétés d'oronges ont été décrites et notamment :
• Amanita caesarea alba,
• Amanita caesarea americana,
• Amanita caesarea aurantia,
• Amanita caesarea caesarea,
• Amanita caesarea caesareoides,
• Amanita caesarea lutea,
• Amanita caesarea rubra.

En Amérique du Nord, et notamment au Québec, il existe une variété d'oronge, appelée "amanite des césars québécoise", "amanite ombonée" ou "amanite de Jackson" (Amanita caesarea var. jacksonii), qui est considérée maintenant comme une espèce à part entière (Amanita jacksonii) grâce aux travaux du mycologue québécois René Pomerleau.

L'oronge est considérée comme un champignon mythique, le graal du mycologue. Et lorsque il y a 50 ans je parcourais les forêts d'Aquitaine, quelle fierté de ramener une poignée d'oronges ! Cependant l'oronge a acquis ses lettres de noblesse il y a fort longtemps. Ainsi les romains l'appelaient "cibo degli Dei" c'est à dire "nourriture des dieux". Son nom vernaculaire "Amanite des Césars" rappelle que ce champignon était réservé à la table du puissant empereur romain, César (et les autres empereurs). Cependant à cette époque l'oronge était appelée "Boletus". En espagnol l'oronge possède un sobriquet particulier "la seta de los cesares y la plebe" que l'on peut traduire par "le champignon des Césars et du peuple". Pourquoi peuple ?

L'oronge est originaire du sud de l'Europe et de l'Afrique du nord. Certains auteurs étendent l'aire de répartition de l'oronge jusqu'en Asie (Inde) et en Amérique du nord (Amanita caesarea americana), mais il s'agit probablement d'espèces distinctes.

L'oronge pousse du début de l'été jusqu'à mi automne dans les bois clairs de feuillus, plus rarement dans les forêts mixtes, du niveau de la mer jusqu'à 1000 mètres d'altitude. L'oronge préfère les terrains acides et perméables. On trouve ce champignon notamment sous les essences suivantes : châtaigniers (Castanea sativa), chênes kermès (Quercus coccifera), chênes verts (Quercus ilex), chênes-lièges (Quercus suber), chênes pédonculés (Quercus robur)...

En France l'oronge est présente traditionnellement dans le midi méditerranéen, le Centre et en Aquitaine, cependant on la rencontre de plus en plus au nord de la Loire et depuis peu en Ile de France (effet du réchauffement climatique ?).

Au départ l'oronge se présente sous forme d'un œuf, comestible, (d'où le nom italien "ovolo buono"). En grandissant le champignon déchire le voile externe (ou voile général) qui reste partiellement présent au niveau du pied.

Le pied de l'oronge, robuste, cylindrique, bulbeux à la base, plein, jaunâtre (de la même couleur que les lamelles), mesure de 7 à 15 centimètres de hauteur pour 2 à 3 centimètres de diamètre. Le pied, muni d'une volve persistante, sacciforme, membraneuse, blanchâtre, lisse, libre, épaisse (reste du voile général), comporte dans sa partie supérieure un anneau jaunâtre (reste du voile partiel), strié, persistant.

Le chapeau, orange à jaune orangé, épais et charnu. Au départ le chapeau est de forme hémisphérique puis en s'ouvrant il devient convexe puis étalé. Su surface supérieure est lisse et la marge est striée. Le chapeau peut atteindre jusqu'à 20 centimètres de diamètre pour les plus beaux spécimens, mais plus communément 12 à 15 centimètres. Il reste parfois sur le chapeau des restes du voile général.

Les lamelles, inégales, libres, présentent une couleur jaune à jaune d'or. La chair de l'oronge est ferme, blanche, sauf sous la cuticule où elle est d'aspect jaunâtre. Les spores sont blanches.

L'oronge est un excellent comestible, cependant certains amateurs de champignons estiment que sa réputation est surfaite. Les goûts et les couleurs… Ce qui rajoute peut être au prestige de ce champignon, c'est sa rareté. On peut consommer l'oronge crue ou cuite. Suivant votre palais vous lui trouverez une saveur de noix, de noisette, de pruneau voire de châtaigne. Certains amateurs cueillent l'oronge alors qu'elle n'est pas encore ouverte, mais cette pratique devrait être déconseillée car à ce stade l'oronge n'a pas encore produit ses spores. D'ailleurs en Italie ce genre de cueillette est interdit.

Bien qu'il soit relativement aisé de reconnaître l'oronge des risques de confusions ne sont pas à exclure avec des champignons voisins comme l'amanite fausse oronge (Amanita muscaria) et dans une moindre mesure l'amanite safran (Amanita crocea). La cueillette à l'état d'œuf est extrêmement dangereuse, notamment en cas de confusion avec l'amanite phalloïde (Amanita phalloides) et ses voisines tout aussi mortelles l'amanite vireuse (Amanita virosa), l'amanite printanière (Amanita verna) et d'autres.

En allemand l'oronge s'appelle kaiserling, en anglais : Caesar's mushroom, en espagnol : oronja, en finlandais : keisarikärpässieni, en hongrais : császárgomba, en islandais : keisaraserkur, en italien : ovolo buono, voita ou vrigliuocciudu, en néerlandais : keizersamaniet, en polonais : muchomor cesarski, en portugais : oronge, amanita dos césares, cogumelo-dos-césares ou amanita real et en tchèque : muchomůrka císařská.

Rappel : dans le doute, abstenez-vous de cueillir un champignon.
 
 
Kriss de Niort
 
 
Crédit photo :
La gravure est dans le domaine public.

 
 
 
Voir aussi :
 le coprin micacé | le coprin chevelu | le coprin pie | le phallus impudicus | l'Anthurus d'Archer | Le scléroderme vulgaire | Le polypore soufré | l'amanite tue mouches | l'oreille de Judas | le gyromitre | le satyre du chien | la trémelle mésentérique | Tricholome équestre | Morillon | Clathre grillagé | Aseroë rubra | Clathre à colonnes | Marasme des Oréades | Parasol plissé | Pied bleu | Clavaire dorée | Clitocybe nébuleux |

 

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article