Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 novembre 2000 1 20 /11 /novembre /2000 19:45

Conférence de Nairobi


Les deux semaines de conférences, pourtant prometteuses, viennent de s'achever. L'éléphant a accouché d'une souris.

Ces deux premières semaines de novembre 2006, s'est tenu à Nairobi une conférence très importante pour l'avenir de notre planète. Les représentants de 180 pays ont débattu sur le thème du réchauffement climatique, thème très en vogue depuis quelques temps (Al Gore avec son documentaire, Yann Arthus-Bertrand, Nicolas Hulot…).
Certains pays souhaitaient un renforcement du protocole de Kyoto en ce qui concerne la réduction de production des GES (Gaz à Effet de Serre) afin d'endiguer le processus de réchauffement de la planète. Les Etats Unis n'ont pas ratifié le protocole de Kyoto et préfèrent continuer à polluer la planète plutôt que de risquer une diminution de leur production. Les pays "émergeants" comme l'Inde, le Brésil et la Chine n'étaient pas concernés par ce protocole. Cependant ces trois pays en plein boom économique sont devenus d'énormes pollueurs. Les pays pauvres, pour leur part, considèrent que c'est aux pays riches à faire les efforts. On ne peut pas les blâmer, car dans le passé nous nous sommes peu soucié de la pollution, tout occupé que nous étions à engranger des points de croissance.

Parmi les avancées il est prévu que le protocole de Kyoto soit revu en 2008 afin de tenir compte des dernières connaissances scientifiques et prévisions climatiques. Cependant les pays en voie de développement se sont opposés à ce qu'on leur affecte des quotas ou autres contraintes. Les USA ne se prononceront certainement pas avant leurs prochaines élections présidentielles. On le voit, chacun s'occupe de ses propres intérêts en non de l'intérêt de la planète. Les russes considèrent que la lutte contre le réchauffement doit être un combat individuel : que ceux qui le veulent le fasse… Belle solidarité. Comme vous l'aurez remarqué, les trois pays qui produisent le plus de CO2 sont ceux qui se sentent le moins concernés…

Montréal, Nairobi, les conférences passent et rien n'avance, à part la pollution et le réchauffement. C'est tout simplement désolent.

Kriss

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
20 novembre 2000 1 20 /11 /novembre /2000 13:58

 

La race Béarnaise



La race Béarnaise est une race bovine qui a bien failli disparaître. Alors que ses effectifs s'élevaient à 360.000 vaches en 1937, il ne restait que 120 vaches en 1978... Mais cette race qui s'appelait à l'époque "race des Pyrénées Atlantiques" a faillit disparaître une première fois au XVIIIe siècle suite à une épizootie de fièvre aphteuse... Saga de cette race...

Cette race est présente dans les vallées pyrénéennes béarnaises depuis des temps très reculés. En effet son effigie apparaît sur une monnaie du moyen-âge et elle figure sur les armoiries du Béarn et d'Andorre.

Après l'épizootie de fièvre aphteuse, seuls les troupeaux de la vallée de Barétous furent épargnés ce qui a permis de reconstituer un cheptel viable. A cette époque la race s'est appelée "Béarnaise" puis "Barétoune des Pyrénées". Plus tard on a distingué trois variétés : "Basquaise", "Béarnaise" et "d'Urt". Cette race a par la suite souvent changé de nom : "Pyrénées à muqueuses roses", "Pyrénéenne du Sud-ouest", "Pyrénées" et "Blonde des Pyrénées".

La "Blonde des Pyrénées" résulte de la réunion de la "basquaise de Baretous", la"basquaise d'Aspe" et la vache basque d'Urt. Cette "blonde des Pyrénées" a rejoint plus tard la garonnaise et la blonde du Quercy pour constituer la race "blonde d'Aquitaine".

Après ce brassage que restait-il en 1978 de la race Béarnaise initiale ? Par grand chose, juste quelques dizaines d'individus préservés essentiellement dans les vallées d'Aspe et de Lourdios et parmi eux quelques taureaux. Heureusement qu'en 1980 il restait encore une poignée d'éleveurs qui avaient conservé quelques spécimens pour une production laitière destinée à être mélangée à du lait de brebis pour confectionner un "tomme" de montagne.

Pas assez de viande, pas assez de lait, la vache béarnaise a failli disparaître sur l'hôtel de la productivité, noyée dans la "Blonde d'Aquitaine". Aujourd'hui les effectifs remontent un petit peu. La race Béarnaise est toujours en danger et bénéficie d’un programme de conservation.


Description de la race "Béarnaise"

Les animaux de race béarnaise possèdent une robe unie de couleur blonde (en réalité beige ou plutôt "froment"). Les pattes sont plus claires et tirent vers le blanchâtre. Le mâle et la femelle possèdent des cornes en forme de lyre. Le mâle adulte pèse environ 900 kilogrammes tandis que la femelle n'en fait que 600. La hauteur au garrot de la femelle est en moyenne de 1,35 mètre.

A leur naissance les veaux pèsent 30 kilogrammes pour les femelles et 35 kilogrammes pour les mâles. La vache Béarnaise peut avoir une portée par an. La durée moyenne de la lactation est courte et dure environ 200 jours pour une production moyenne de 2000 kilogrammes de lait (à comparer aux 9 000 kg par lactation en moyenne chez la Prim'Holstein).

Les animaux de race Béarnaise sont des animaux rustiques, adaptés au milieu montagnard. Leur utilisation est mixte. Auparavant très utilisés pour le travail (traction, labour...) ils sont aujourd'hui élevés pour la viande et le lait. Le lait produit par las vaches béarnaises est un lait dit "de montagne", parfumé, riche, utilisé avec du lait de brebis pour la confection de fromages locaux.

Bien que les effectifs de la race Béarnaise soient en augmentation, la survie à long terme de cette race ne semble pas encore assurée. Heureusement plusieurs éleveurs locaux œuvrent en ce sens et espérons que leurs efforts soient un jour récompensés.



Kriss de Niort, le 20/11/2007

 

 

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
19 novembre 2000 7 19 /11 /novembre /2000 19:52

REACH


Le Parlement européen a adopté le 17/11/2005 le projet de règlement Reach (Registration, Evaluation and Authorisation of Chemicals ce qui donne en français "enregistrement, évaluation et autorisation des substances chimiques"), ou du moins ce qu'il en reste…

De quoi s'agit-il ? le projet de règlement Reach vise à lutter contre l'utilisation de toutes substances chimiques dangereuses dans l'industrie, en instaurant une "agence" auprès de laquelle les produits chimiques devront être enregistrés après avoir été testés (notamment sur des animaux : poissons, vers de terre, abeilles…!!!). Cette agence, sera chargée de délivrer ou pas les autorisations de mise sur le marché.

Le projet initial était bien plus ambitieux, mais le lobbying forcené de l'industrie chimique a une fois de plus été bien plus efficace que la gesticulation et les pétitions de quelques organisations qui auraient bien aimé que le texte aille beaucoup plus loin pour le bien de tous et pour celui de la planète…

Mais ce n'est pas encore gagné, ce texte doit encore être accepté par les 25 ministres européens de l'industrie à la majorité qualifiée. Gageons que les beaux parleurs du lobby chimique vont essayer d'abattre encore quelques cartes avant ce vote. Pourquoi ? Tout simplement parce qu'en cas de désaccord le texte reviendra au Parlement en seconde lecture où il pourra encore être revu. En cas de nouvel désaccord il y aura une séance de conciliation entre le Parlement européen et les 25 ministres de l'industrie… Le chemin va être encore long…


Que dit ce texte dans sa forme actuelle ?

Les industriel doivent prouver que les substances chimiques utilisées actuellement (environ 30.000) sont sûres. C'est bien ? Et ben non, l'industrie chimique a obtenu du Parlement que les molécules dont la production ne dépasse pas dix tonnes par an, c'est à dire entre 17.000 et 20.000 molécules, soient quasiment dispensées de tests ! Seules les molécules à risques devront faire l'objet d'un rapport de sécurité complet.

Par contre, point positif de ce texte, les substances jugées dangereuses devront obligatoirement être remplacées par des produits plus sûrs, s'ils sont disponibles… Dans le cas contraire, les autorisations de mise sur le marché ne seront accordées que pour cinq années. Cinq années pendant lesquelles on pourra nous "empoisonner" légalement… Ces 5 années sont destinées soi-disant à encourager la recherche et le développement de produits de substitution… Et si on ne trouve rien ? Le produit est-il retiré du marché ou l'autorisation est-elle renouvelée ?


Quel est le planning prévu ?

Le planning prévu pour la mise en place du programme Reach est étudié en fonction des quantités produites ou importées et non en fonction du degré de dangerosité :
   * dans 3 ans au-delà de 1.000 tonnes par an et par industriel
   * dans les 6 ans lorsque quantités sont comprises entre 100 et 1.000 tonnes
   * dans les onze ans seulement lorsque les quantités dépassant une tonne.

Comme vous le voyez, l'industrie chimique va pouvoir s'enrichir et continuer à polluer notre santé et la planète..


Quid de l'information du consommateur ?

REACH dans sa forme actuelle ne prévoit rien au sujet de l'information des consommateurs. Les industriels ne seront pas tenus d'indiquer la présence et la nature des produits chimiques dangereux contenus dans le produit. Une agence situé à Helsinki (Finlande) sera chargée du suivi du programme. Il faudra lui faire entièrement confiance…

Certains pensent que des industriels pourraient saisir cette occasion pour mettre en place une sorte de label "sans produit chimique dangereux" un peu comme "produit non testé sur les animaux"…

Je vous laisse seuls juges et j'attends vos réactions dans le forum…

Si vous voulez vous documenter, vous pouvez aller télécharger ce document pdf
http://europa.eu.int/eur-lex/fr/com/pdf/2003/act0644fr04/6.pdf de 287 pages…


Rajout :

Je ne résiste à vous mettre un extrait d'un document trouvé sur ce même site traitant de la manière d'effectuer les tests :

"…- Les poissons doivent être en bonne santé et ne présenter aucune malformation apparente…Le poisson zèbre et la truite arc-en-ciel sont les espèces à utiliser de préférence… La mortalité des témoins ne doit pas dépasser 10%…


kriss le 19/11/2005

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
19 novembre 2000 7 19 /11 /novembre /2000 18:57

 

Linaire du Maroc - Linaria maroccana


La linaire du Maroc (Linaria maroccana) est une plante angiosperme dicotylédone, appartenant à la sous classe des Asteridae, à l'ordre des Scrophulariales (des asterales ou des lamiales, suivant les classifications), à la famille des scrofulariacées (Scrophulariaceae) ou des plantaginacées (Plantaginaceae), à la tribu des Antirrhineae et au genre linaire (Linaria).

 

 

Cet article a été transféré sur le forum de Faaxaal dont vous trouverez le lien ici 

 



 
Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
18 novembre 2000 6 18 /11 /novembre /2000 19:57

 

Mangabey couronné - Cercocebus atys lunulatus



Le mangabey couronné (Cercocebus atys lunulatus, syn Cercocebus torquatus lunulatus) est un mammifère appartenant à la sous classe des thériens, à l'infra classe des euthériens, à l'ordre des primates, au sous ordre des Haplorrhini, à l'infra ordre des Simiiformes, à la super famille des Cercopithecoidea, à la famille des Cercopithécidés (Cercopithecidae), à la sous famille des Cercopithecinae, à la tribu des Papionini, au genre Cercocebus, à l'espèce Atys et à la sous espèce Lunulatus.

Le mangabey couronné est également appelé cercocèbe couronné, cercocèbe à col blanc, cercocèbe enfumé, mangabey à crête blanche, mangabey à collier blanc, mangabey fuligineux à lunule ou mangabey gris. En anglais il est appelé white-crowned mangabey, sooty mangabey ou spectacled mangabey.

Le mangabey couronné est originaire des côtes ouest d'Afrique, et plus précisément de l'est de la Guinée, du Ghana, de la Côte d'Ivoire, le Libéria, la Sierra Léone et du sud du Burkina Faso. Pour certains chercheurs le mangabey couronné se trouverait globalement à l'est de la rivière Sassandra.

Le mangabey couronné est un singe diurne semi arboricole et terrestre avec un pelage gris à gris brun, blanchâtre en ce qui concerne le cou (collier) et les parties intérieures (ventre et intérieur des membres) et plus sombre vers les extrémités. Le dos possède une bande sombre et l'arrière de la tête est blanc. La face du mangabey couronné est gris rosâtre, avec de grandes oreilles. Le dimorphisme sexuel est important puisque les mâles pèsent environ 10 kilogrammes et les femelles environ 6 kilogrammes. Le mangabey couronné est un primate mince, muni de longs membres, mesurant de 50 à 60 centimètres de long (hors queue). Sa queue, plus longue que le corps, mesure de 60 à 70 centimètres de long.

Le mangabey couronné fréquente les forêts primaires et secondaires des zones tropicales humides, les forêts caduques et sempervirentes, les galeries forestières le long des cours d'eau, les mangroves et marécages, ainsi que les zones agricoles, du niveau de la mer jusqu'à 700 mètres d'altitude environ.

Le mangabey couronné est omnivore. Il se nourrit aussi bien au sol que dans les arbres. Sa nourriture est composée de graines, de fruits, de fleurs, de feuilles, d'invertébrés, de batraciens (grenouilles arboricoles) et de leurs œufs et de champignons.

Les principaux prédateurs des mangabeys couronnés sont les léopards, les chimpanzés, les rapaces et bien évidemment les hommes.

Le mangabey couronné partage son habitant avec d'autres primates, mais ceux-ci exploitent rarement les mêmes niches écologiques. Parmi ces primates, on trouve notamment le Mone de Campbell (Cercopithecus (mona) campbelli), le cercopithèque diane (Cercopithecus diana), le magistrat (Colobus polykomos), le colobe de Van Beneden (Procolobus verus) et bien d'autres.

Le mangabey couronné vit en groupes de nombre variable (d'une quinzaine à une centaine d'individus), comprenant plusieurs mâles, plusieurs femelles et leurs petits. Parmi les mâles certains sont résidents permanents du groupe, tandis que d'autres ne fréquentent le groupe que pendant un temps limité, le quittent pendant plusieurs semaines et reviennent... Les jeunes mâles quittent généralement le groupe pour en rejoindre un autre, tandis que les jeunes femelles restent généralement dans le groupe.

Chez le mangabey couronné il n'y a pas de saison de reproduction à proprement parler. Lorsque la femelle est réceptive sa zone périnéale gonfle et rougit. Le mâle dominant assure généralement une grande partie des accouplements dans le groupe, mais pas la totalité. La gestation du mangabey couronné dure environ 167 à 170 jours. Le plus souvent la femelle met au monde un seul petit. Les jeune sont allaités puis progressivement sevrés. La mère transporte son petit en position ventrale. Les jeunes mangabeys couronnés atteignent la maturité sexuelle entre 5 et 7 ans. La durée de vie du mangabey couronné est d'environ 18 ans. L'intervalle entre deux naissances est d'environ 16 à 17 mois.

Le mangabey couronné est utilisé dans les domaines biomédicaux relatifs à la recherche sur le sida car il est un hôte du virus de l'immunodéficience simienne (SIV) dont dérive le virus de l'immunodéficience humaine (HIV). Les savants tentent de découvrir quels sont les mécanismes qui permettent à ce singe de ne pas déclarer la maladie.

Le mangabey couronné est en danger critique d'extinction et sa population est estimée à moins de 1000 individus. Comme souvent, les principales menaces qui pèsent sur ces animaux sont la chasse ainsi que la fragmentation ou la destruction de leur habitat.
 
 
Kriss de Niort
 
 

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
16 novembre 2000 4 16 /11 /novembre /2000 16:24

 

Machaon - Papilio machaon



Le machaon (Papilio machaon) est un papillon appartenant au sous ordre des Glossata, à l'infra ordre des Heteroneura, à la division des Ditrysia, à la section des Cossina, à la sous section des Bombycina, à la super famille des Papilionoidea, à la famille des papilionidés (Papilionidae), à la sous famille des Papilioninae, à la tribu des Papilionini et au genre Papilio.

 

 

Cet article a été transféré sur le forum de Faaxaal

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
16 novembre 2000 4 16 /11 /novembre /2000 16:11

 

Sous espèces de machaons - Papilio machaon


Voici une liste non exhaustive (comportant sans doute des synonymes) des sous espèces, variétés et formes du machaon qui ont été décrites à travers le monde.

Papilio machaon aestivus (forme estivale),
Papilio machaon aliaska (Alaska, Yukon, Colombie britannique),
Papilio machaon alpherakyi,
Papilio machaon alpica (au sommet des Alpes),
Papilio machaon annae (Chine, Qinghai),
Papilio machaon archias,
Papilio machaon asiaticus,
Papilio machaon aurantiaca (ailes jaune foncé),
Papilio machaon baijangenis (Chine, Xinjiang),
Papilio machaon bairdii (Nevada - Kansas, Arizona, Colorado, Saskatchewan),
Papilio machaon bajorum,
Papilio machaon bimaculatus,
Papilio machaon birmanicus (Birmanie),
Papilio machaon brittanicus (Royaume-Uni),
Papilio machaon brucei (Alberta, Saskatchewan, Nebraska, Utah),
Papilio machaon centralis (Ouzbékistan),
Papilio machaon chinensis (Chine),
Papilio machaon chinensomandschuriensis,
Papilio machaon chrysostoma,
Papilio machaon dodi (Alberta et Saskatchewan),
Papilio machaon gorganus (Europe, Russie),
Papilio machaon hippocrates (Japon),
Papilio machaon hispanicus (Espagne),
Papilio machaon hudsonianus (Québec, Nunavut),
Papilio machaon impugnatus,
Papilio machaon kamtschadalus (Kamchatka),
Papilio machaon kiyonobu,
Papilio machaon kunkalaschani,
Papilio machaon ladakensis (Pamir),
Papilio machaon lapponica (Laponie),
Papilio machaon machaon,
Papilio machaon mauretanica,
Papilio machaon maxima,
Papilio machaon melitensis (Malte),
Papilio machaon minschani,
Papilio machaon montanus (Chine : Sichuan, Yunnan),
Papilio machaon muetingi (Oman),
Papilio machaon neochinensis (Chine, Sichuan),
Papilio machaon niger (forme noire),
Papilio machaon nigra (forme noire avec des taches bleues),
Papilio machaon nigrofasciata (bande postmédiane et bordure marginale fusionnées),
Papilio machaon oregonius (Oregon, Idaho, sud de la Colombie-Britannique),
Papilio machaon oreinus (Kirghizstan),
Papilio machaon orientis(Altaï, Amour, Sibérie),
Papilio machaon pendjabensis (Penjab),
Papilio machaon petersii ,
Papilio machaon pikei (Alberta),
Papilio machaon rinpoche,
Papilio machaon sachalinensis (Sakhaline),
Papilio machaon saharae (forme du Sahara),
Papilio machaon schantungensis,
Papilio machaon schapiroi (Russie),
Papilio machaon septentrionalis (îles Kouriles),
Papilio machaon sikkimensis,
Papilio machaon suroia,
Papilio machaon sylvinus (Taiwan),
Papilio machaon syriacus (Asie mineure, Caucase),
Papilio machaon taliensis,
Papilio machaon ussuriensis (Russie),
Papilio machaon venchuanus (Chine, Fujian),
Papilio machaon verityi (Chine : Yunnan),
Papilio machaon weidenhofferi (Turkménistan).





Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
16 novembre 2000 4 16 /11 /novembre /2000 10:23

 

Sérapias en langue - Sérapias à languette – Serapias lingua



Le sérapias en langue, appelé également sérapias à languette (Serapias lingua) est une plante angiosperme (Magnoliophyta) monocotylédone (Liliopsida) appartenant à la sous classe des Liliidae, à l'ordre des Orchidales, à la famille des oechidacées (Orchidaceae) et au genre sérapias (Serapias). Dans la classification phylogénétique la famille des orchidacées dépend de l'ordre des Asparagales.

 

 

Cet article a été transféré sur le forum de Faaxaal

 

 

 


 

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
15 novembre 2000 3 15 /11 /novembre /2000 20:28

 

Phoque commun - Phoca vitulina



Le phoque commun (Phoca vitulina), appelé parfois veau marin, est un mammifère appartenant à la sous classe des thériens (Theria), à l'infra classe des euthériens (Eutheria), à l'ordre des carnivores (Carnivora), au sous ordre des Caniformia, à la famille des phocidés (Phocidae) et au genre phoque (Phoca).



En allemand le phoque commun s'appelle : Seehund, en anglais : common seal ou harbor seal, en danois : spættet sæl, en espagnol : foca común, en finlandais : kirjohylje, en italien : foca comune, en néerlandais : gewone zeehond, en portugais : foca-comum et en suédois : knubbsäl.
 

 

En savoir plus sur le Phoque commun

 
Kriss de Niort
 
 

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
15 novembre 2000 3 15 /11 /novembre /2000 20:05
Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article