Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 novembre 2000 7 05 /11 /novembre /2000 08:32

 

Iris magnifica


Cet article a été transféré sur le forum de Faaxaal





L'iris magnifica est une plante idéale pour les rocailles, d'une bonne rusticité (supporte facilement des températures inférieures à -10°C.) avec une végétation hivernale et une floraison printanière, d'avril à juin suivant les expositions. Une tige peut produire jusqu'à 7 fleurs.

L'iris magnifica demande très peu d'entretien. Il faut l'installer dans un endroit ensoleillé ou à mi-ombre, dans un sol drainant, peu calcaire à peu acide, en prenant bien soin de ne pas abimer ses racines charnues. L'iris magnifica peut devenir envahissant, et il vous faudra procéder à la division des touffes, en prenant soin de ne pas abimer les racines.


Voir aussi :
Euphorbes et euphorbiacées | Euphorbe Milii | le raisin d'Amérique | les orties | les solanacées | les digitales | les linaires | la chélidoine des murs | la belladone | le perce neige | l'aconit Napel | la stellaire holostée | le lamier jaune | la corydale jaune | ornithogale en ombelle | Parentucelle visqueuse | Ambroisie | Erythrone d'Amérique | Euphorbe de Corse | Pavot des Alpes | Géranium des près | Glaïeul des moissons | Les prêles | Catananche bleue | Brodiaea | Campanule à feuille de pêcher | Nigelle de Damas | Stapelia variegata  | Iris de Sibérie | Célosie plumeuse |

 
Kriss de Niort, le 05/11/2007 
 

 

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
5 novembre 2000 7 05 /11 /novembre /2000 07:38

L'iris des marais

flambe d'eau - iris faux acore

(Iris pseudacorus)



L'iris des marais (Iris pseudacorus) est une plante angiosperme (Magnoliophyta) monocotylédone (Liliopsida) appartenant à la sous classe des Liliidae, à l'ordre des liliales, à la famille des iridacées (Iridaceae) et au genre iris.

 

 

Cet article a été transféré sur le forum de Faaxaal

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
5 novembre 2000 7 05 /11 /novembre /2000 06:33

Graphosome ponctué

Scutellère ponctuée

(Graphosoma semipunctatum)




Cet article a été transféré sur le forum de Faaxaal




Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
4 novembre 2000 6 04 /11 /novembre /2000 19:07

 

Clavaire dorée - Ramaria aurea



La clavaire dorée (Ramaria aurea Syn. Clavaria aurea), appelée également ramaire dorée, est un champignon basidiomycète appartenant à la classe des homobasidiomycètes, à la sous classe des Aphyllophoromycetideae, à l'ordre des phallales, à la famille des ramariacées (Ramariaceae) et au genre Ramaria.

Je dois avouer que je suis très dubitatif en ce qui concerne cette classification. En effet j'ai trouvé cette clavaire rameuse dans l'ordre des Phallales, des Clavariales, des Cantharellales et des Poriales. En ce qui concerne les familles, ce n'est guère mieux. Suivant les auteurs la clavaire dorée est rattachée à la famille des ramariacées, des clavariacées ou des gomphacées. Si quelqu'un peut m'indiquer la classification actuelle, j'en serais heureux.

On retrouve la clavaire dorée un peu partout dans le monde pour peu que les conditions climatiques et la nature su sol lui conviennent. Ce champignon peut être, suivant les endroits, peu courant à rare.

On retrouve la clavaire dorée dans divers habitats humides : forêts de feuillus, surtout hêtraies, forets mixtes et forêts de conifères, notamment pessières (épicéas) pinèdes et sapinières. La clavaire dorée semble plus présent en altitude qu'en plaine. On trouve la clavaire dorée de l'été à l'automne, en cercle, en groupe, mais le plus souvent isolé.

La clavaire dorée possède plusieurs noms vernaculaires comme menotte, chèvre, gallinote. Au Québec on l'appelle également chevrette ou chou-fleur. En anglais la clavaire dorée est appelée golden coral, en allemand : goldgelbe koralle, en espagnol : peu de rata groc et en italien : corallo giallo, ditola dorata, cresta di gallo ou manina dorata.


Dans la forêt la clavaire dorée joue un rôle ectomycorhizien important. Dans l'ectomycorhize les cellules du champignon (hyphes) ne pénètrent pas à l’intérieur de la paroi cellulaire de la plante mais forment un manchon de mycélium profitable aux arbres. 


La clavaire dorée mesure une quinzaine de centimètres de haut et peut faire jusqu'à 20 centimètres de diamètre. Il n'y a pas de chapeau, ni d'anneau ni de bogue. La clavaire dorée ressemble à un petit arbre (ou à du corail). A la base de la clavaire dorée se trouve un "tronc" court, de 1 à 4 centimètres de diamètre, massif et charnu, de couleur jaune crème. De nombreux rameaux (d'où le nom de "ramaire") sont issus de ce "tronc". Ces rameaux, dressés, droits ou plus ou moins tortueux, bifurqués en ramuscules denticulées, présentent une couleur jaune orangée, plus foncée à l'apex, et qui pâlit avec l'âge. La chair est blanche et ferme.

La sporée est jaune, avec des spores verruqueuses, ellipsoïdes ou en forme de fuseaux (fusiforme).

La chair de la clavaire dorée est, blanc jaunâtre, cassante, de consistance aqueuse, d'odeur et de saveur douces. La clavaire dorée est comestible à l'état jeune. En vieillissant elle devient coriace, amère et indigeste. De plus, la consommation exagérée, même à l'état jeune, a des effets laxatifs.

Attention : la clavaire dorée peut être confondue avec d'autres clavaires rameuses comme la clavaire jaune (Ramaria flava), la ramaire de Largent (Ramaria largentii), la clavaire jolie (Ramaria formosa) ou la calocère visqueuse (Calocera viscosa). Dans le doute, soyez prudents et abstenez vous.
 
 
Kriss de Niort


Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
4 novembre 2000 6 04 /11 /novembre /2000 17:52

 

Paresseux à gorge brune – Aï - Bradypus variegatus

 


Le paresseux à gorge brune, nommé également aï (Bradypus variegatus Syn. Bradypus griseus, Bradypus infuscatus) est un mammifère appartenant à la sous classe des thériens (Theria), à l'infra classe des euthériens (Eutheria), au super ordre des xénarthres (Xenarthra), à l'ordre des Pilosa, au sous ordre des Folivora ou Phyllophaga (ex Targigrada), à la famille des Bradypodidae (paresseux tridactyles) et au genre bradype (Bradypus).

Le paresseux à gorge brune nommé également aï (Bradypus variegatus), est un paresseux d'Amérique centrale et d'Amérique du Sud vivant dans des milieux divers comme les forêts sèches ou les forêts sempervirentes. C'est de loin l'espèce de paresseux dont les effectifs sont le plus nombreux. Son statut de conservation IUCN est LC, autrement dit "Préoccupation mineure".

Il existe six sous espèces : Bradypus variegatus variegatus aui est la sous espèce nominale, Bradypus variegatus brasiliensis, Bradypus variegatus ephippiger, Bradypus variegatus gorgon, Bradypus variegatus infuscatus et Bradypus variegatus trivittatus.

Le paresseux à gorge brune est un animal généralement solitaire, autant diurne que nocturne, vivant dans les arbres, dont la nourriture se compose quasi exclusivement de feuilles (follivore ou phyllophage). Cette spécificité alimentaire, proche de celle des ruminants, fait que le paresseux a adapté lui aussi son appareil digestif en plusieurs compartiments afin de mieux digérer la cellulose. Par contre, comme il ne rumine pas, la digestion est très lente. De ce fait, le paresseux ne regagne le sol pour faire ses besoins qu'une fois par semaine. C'est pour lui l'occasion de perdre d'un seul coup 30% du poids de son corps.

Le paresseux à gorge brune, comme les autres paresseux, vit accroché aux arbres, suspendu à l'envers et maintenu grâce aux trois griffes qui terminent chacun de ses membres. Il se déplace, mange, se reproduit et met bas dans cette position. D'ailleurs ceci a entraîné une adaptation morphologique interne (déplacement de l’estomac et du foie notamment). Autre caractéristique intéressante, le cou comporte 9 vertèbres cervicales ce qui lui permet d'effectuer des rotations de la tête sur près de 270 degrés. Bien que classé longtemps dans les "édentés" le paresseux à gorge brune possède 18 dents, toutes des molaires (indispensables en raison de son régime alimentaire), lesquelles ne comportent pas d'émail ni de réelles racines.

Le paresseux à gorge brune possède un pelage rêche variant du gris foncé au beige. Le mâle possède sur le dos une partie de peau visible, nommée "spéculum", de couleur orangée émettant des sécrétions odorantes, en liaison probablement à la reproduction.

En vieillissant le pelage du paresseux à gorge brune prend une couleur verdâtre, due notamment au développement de cyanobactéries. D'ailleurs de nombreux insectes et autres acariens se développent dans le pelage, soit pour se nourrir de ces cyanobactéries, soit pour se nourrir des divers hôtes hébergés, ou de leurs excréments. J'ai lu que des chercheurs brésiliens auraient dénombré près de mille coléoptères, plus de 100 papillons et de très nombreux acariens dans le pelage d'un seul paresseux.

Malgré ça (ou grâce à ça), le paresseux à gorge brune fait montre d'une résistance à l'infection exceptionnelle lorsqu'il se blesse.

Après l'accouplement qui s'effectue dans les arbres, le mâle et la femelle se séparent. La gestation dure environ 10 mois. La femelle mets bas un unique petit pesant entre 350 et 400 grammes pour 25 centimètres de long. L'allaitement dure environ 1 mois. La mère transporte son petit jusque vers l'âge de 9 mois. Trois mois plus tard le jeune paresseux à gorge brune devient indépendant. Il lui faudra plus de deux ans pour atteindre sa taille adulte. Les femelles atteignent la maturité sexuelle vers 3 à 5 ans alors que les mâle ne l'atteignent qu'à l'âge de 4 à 5 ans. Leur durée de vie sera de 30 à 40 ans à moins qu'un jaguar ou un ocelot ne les attrape.

Au sol le paresseux à gorge brune est malhabile car son adaptation à la vie arboricole le dessert à terre. A terre, il se déplace à une vitesse inférieure à 300 mètres à l'heure en vitesse de pointe. Par contre il s'avère être un très bon nageur. Il possède un métabolisme très lent avec 6 à 8 mouvements respiratoires à la minute. Sa température corporelle varie de 23 à 32 °C. Le paresseux à gorge brune a besoin de beaucoup de sommeil et il passe 15 à 20 heures par jour à dormir.


Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
4 novembre 2000 6 04 /11 /novembre /2000 17:24

 

Paresseux

 


Le paresseux est un mammifère appartenant à la sous classe des thériens (Theria), à l'infra classe des euthériens (Eutheria), au super ordre des xénarthres (Xenarthra), à l'ordre des Pilosa, au sous ordre des Folivora ou Phyllophaga (ex Targigrada), à la famille des Bradypodidae (paresseux tridactyles) et au genre bradype (Bradypus).

Généralement on désigne par le terme "paresseux" des animaux mammifères d'Amérique tropicale appartenant à l'ancien ordre des édentés (qui comprenait également les pangolins et l'oryctérope) devenu maintenant l'ordre puis le super ordre des xénarthres. Ce super ordre des xénarthres est divisé en deux ordres, celui des Cingulata, autrement dit les tatous (famille des Dasypodidae) et celui des Pilosa comprenant les fourmiliers ou tamanoirs (sous ordre des Vermilingua, famille des Myrmecophagidae) et les paresseux (Folivora).

Le sous ordre des Folivora comprend 4 familles. La famille des Bradypodidae regroupe les paresseux tridactyles à savoir Bradypus variegatus le paresseux à gorge brune, Bradypus tridactylus : le paresseux à trois doigts ou encore paresseux à gorge claire, et Bradypus torquatus : le paresseux à crinière ou à collier, l'espèce la plus menacée. La famille des Megalonychidae, autrement dit les unaus, regroupe les paresseux didactyles, à savoir Choloepus hoffmanni : le paresseux d’Hoffmann et Choloepus didactylus : le paresseux à deux doigts. On classe également dans le sous ordre des Folivora, deux familles éteintes : Megatheriidae (avec Eremotherium laurillardi, le paresseux géant terrestre), et Mylodontidae (comme Scelidodon piauiense dont on a découvert récemment le squelette au brésil).

Il convient de rajouter dans la famille des Bradypodidae le paresseux nain (Bradypus pygmaeus) reconnu récemment comme une espèce à part entière et un paresseux terrestre éteint : Megalonyx jeffersonii.



Kriss de Niort, le 04/11/2007 


 

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
4 novembre 2000 6 04 /11 /novembre /2000 10:46

 

Glossaire botanique et Glossaire entomologique
Glossaire de mycologie

 

A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z

 



Ovule

Définition (Botanique)

L'ovule est une future graine.









Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
4 novembre 2000 6 04 /11 /novembre /2000 10:45

 

Glossaire botanique et Glossaire entomologique
Glossaire de mycologie

 

A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z

 



Ovoïde

Définition (Botanique)

En forme d'œuf.









Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
4 novembre 2000 6 04 /11 /novembre /2000 10:44

 

Glossaire botanique et Glossaire entomologique
Glossaire de mycologie

 

A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z

 



Oviscapte

Définition (Entomologie)

Voir ovipositeur.









Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
4 novembre 2000 6 04 /11 /novembre /2000 10:42

 

Glossaire botanique et Glossaire entomologique
Glossaire de mycologie

 

A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z

 



Ovipositeur

Définition (Entomologie)

L'ovipositeur est l'organe de ponte des insectes femelles. Il est très visible chez certains orthoptères. Synonyme : oviscapte.









Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article