Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 novembre 2000 6 04 /11 /novembre /2000 10:22

 

Glossaire botanique et Glossaire entomologique
Glossaire de mycologie

 

A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z

 



Ombiliqué

Définition (Mycologie)

Qualifie le chapeau d'un champignon qui présente en son centre une dépression brusque et étroite.









Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
4 novembre 2000 6 04 /11 /novembre /2000 10:20

 

Glossaire botanique et Glossaire entomologique
Glossaire de mycologie

 

A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z

 



Ombellifères

Définition (Botanique)

Les ombellifères sont une famille de plantes phanérogames angiospermes caractérisées par une racine pivotante, des feuilles engainantes, des fleurs en ombelle (angélique, anis, carotte, céleri, cerfeuil, ciguë, panais, persil), appelées aujourd'hui apiacées.









Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
4 novembre 2000 6 04 /11 /novembre /2000 10:18

 

Glossaire botanique et Glossaire entomologique
Glossaire de mycologie

 

A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z

 



Ombellifère

Définition (Botanique)

Qui porte des ombelles.









Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
4 novembre 2000 6 04 /11 /novembre /2000 10:16

 

Glossaire botanique et Glossaire entomologique
Glossaire de mycologie

 

A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z

 



Ombelle

Définition (Botanique)

Une ombelle est une inflorescence dont les pédoncules floraux partent du même point. C'est une caractéristique commune des ombellifères.









Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
3 novembre 2000 5 03 /11 /novembre /2000 21:15

 

Argiope lobée - argiope soyeuse

Argiope lobata



L'argiope lobée, ou argiope soyeuse (Argiope lobata) est une araignée appartenant au sous-ordre des Aranéomorphes à la famille des aranéides (Araneidae), et au genre argiope. Une sous espèce, Argiope lobata retracta a été décrite en Espagne....

 

 

Cet article a été transféré sur le forum de Faaxaal

 

 


Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
3 novembre 2000 5 03 /11 /novembre /2000 19:27

 

Bibion précoce - Bibio hortulanus



Le bibion précoce (Bibio hortulanus Syn. Tipula hortulana) est un diptère appartenant au sous ordre des nématocères (Nematocera), à l'infra ordre des bibionomorphes (Bibionomorpha), à la super famille des bibionoïdes (Bibionoidea), à la famille des bibionidés (Bibionidae) et au genre Bibio.

Le bibion précoce fait partie de ce qu'on appelle communément les mouches de la Saint-Marc car les imagos émergent théoriquement à cette époque là (vers la fin du mois d'avril). Le bibion des jardins est également appelé "bibion horticole", "bibion des jardins " ou encore "bibion de la Saint Marc rouge.

On distingue plusieurs variétés et notamment :
• Bibio hortulanus graecus,
• Bibio hortulanus hispanicus,
• Bibio hortulanus hortulanus,
• Bibio hortulanus nigropilosus,
• Bibio hortulanus turcmenicus.

Le bibion précoce est une espèce fréquente dans toute l'Europe moyenne et méridionale. Cette espèce fréquente les prairies, les champs cultivés et les jardins.

Le bibion précoce mesure de 6 à 9 millimètres de long. Le mâle ressemble assez fortement au bibion de la Saint Marc (Bibio marci), mais en plus petit, avec une pilosité latérale blanche. Le mâle présente un corps tout noir avec de grands yeux et des ailes transparentes bordées extérieurement de noirâtre. La femelle, plus grosse que le mâle, possède de petits yeux. Elle présente un corselet bombé, rougeâtre à orangé, et un abdomen orangé qui devient plus jaunâtre sur la poitrine. Le scutellum et les pleurites sont noirâtres. Les fémurs sont renflés et les tibias des pattes antérieures présentent des éperons terminaux. Les antennes, en forme de chapelet (moniliformes) sont plus courtes que la tête. Les palpes sont plus longs que les antennes.

L'accouplement, qui peut durer plusieurs heures, s'effectue peu de temps après l'apparition des imagos. Les œufs, environ 1400, sont pondus au sol (ou dans le sol suivant les auteurs). L'incubation dure une cinquantaine de jours.

Les larves, terricoles, éclosent presque toutes en même temps et restent en colonies. Elles sont apodes. Les larves du premier stade possèdent une tête bien développée et leur corps est hérissé de poils. Ces larves du premier stade larvaire se nourrissent de matériaux en décomposition (saprophage) et participent activement à la formation de l'humus.

Les larves du second stade larvaire mesurent environ 2 centimètres de long, ne possèdent plus de poils mais des saillies charnues dont la taille va en augmentant sur les segments postérieurs. Ces larves du second stade s'attaquent parfois aux racines des plantes et peuvent infliger des dégâts importants si elles sont en grand nombre.

Les larves du second stade hivernent en groupe et effectuent leur nymphose le printemps venu. Ce stade dure une quarantaine de jours. En général il n'y a qu'une seule génération par an.

Les imagos émergent fin avril, début mai, en grand nombre, presque en même temps. Leur vol est maladroit. Les imagos meurent rapidement une fois la reproduction assurée.
 
 
Kriss de Niort

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
3 novembre 2000 5 03 /11 /novembre /2000 12:46

 

Glossaire botanique et Glossaire entomologique
Glossaire de mycologie

 

A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z

 



Oligotrophe

Définition (Ecologie)

Qualifie un milieu (eau, sol) pauvre en sels minéraux nutritifs. Antonyme : eutrophe.









Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
2 novembre 2000 4 02 /11 /novembre /2000 09:47

 

Célosie plumeuse - Célosie argentée

Celosia argentea plumosa



La célosie plumeuse, appelée également célosie argentée, célosie plume d’autruche, célosie à panache, fleur de laine ou amarante plumeuse (Celosia argentea plumosa, Syn. Celosia plumosa) est une plante angiosperme dicotylédone appartenant à l'ordre des Caryophyllales, à la famille des chénopodiacées (Chenopodiaceae) et au genre célosie (Celosia). Dans la classification phylogénétique les célosies sont rattachées à la famille des amarantacées (Amaranthaceae) et à l'ordre des Caryophyllales.

 

 

 

Cet article a été transféré sur le forum de Faaxaal

 

 


Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
2 novembre 2000 4 02 /11 /novembre /2000 09:29

 

Leptogaster cylindrique - Leptogaster cylindrica


Le leptogaster cylindrique (Leptogaster cylindrica), appelé parfois leptogastre cylindrique, est un insecte appartenant à l'ordre des diptères (Diptera), au sous ordre des brachycères (Brachycera), à l'infra ordre des Asilomorpha, à la super famille des asiloides (Asiloidea), à la famille des asilidés (Asilidae), à la sous famille des Leptogastrinae, et au genre Leptogaster.

 On distingue habituellement trois sous espèces de leptogaster cylindrique :

• Leptogaster cylindrica cylindrica,
• Leptogaster cylindrica hispanica,
• Leptogaster cylindrica pedunculata.

Le leptogaster cylindrique est présent dans de nombreux pays européens (Albanie, Angleterre, Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Italie, Norvège, Pays Bas, Pologne, Portugal, Russie, Suède, Suisse…), ainsi qu'au Moyen Orient (notamment en Iran).

Le leptogaster cylindrique fréquente les espaces ouverts (prairies, champs…) ainsi que les haies, les lisières ou les bords des chemins. Il se tient généralement sur les plantes basses, souvent des graminées, dans une position caractéristique (voir photos).

Lorsque le leptogaster cylindrique est en chasse, il vole généralement lentement, au ras des herbes, à la recherche de ses proies favorites qui sont le plus souvent des pucerons et d'autres diptères.

Le leptogaster cylindrique ressemble à un odonate, mais en y regardant de plus près on s'aperçoit qu'il ne possède qu'une seule paire d'ailes, la seconde étant remplacée par un balancier (visible sur la photo). C'est bien un diptère. L'imago est visible de mai à septembre (à moduler en fonction des régions).

Le leptogaster cylindrique est ce qu'on appelle une "mouche à moustache". En effet, si vous observez attentivement la tête vous pouvez distinguer une petite moustache blanche. Sa trompe, de type piqueur-suceur, est droite, courte et acérée. Ses ailes, plus courtes que l'abdomen présentent 5 cellules postérieures. L'abdomen est gris. Les tergites abdominaux sont marqués par une ligne longitudinale noirâtre.
 
 
Kriss de Niort
 
 

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
1 novembre 2000 3 01 /11 /novembre /2000 12:55

 

Colobe bai de Zanzibar - Piliocolobus kirkii



Le colobe bai de Zanzibar (Piliocolobus kirkii), appelé parfois colobe rouge de Zanzibar, colobe à dos rouge de Zanzibar, colobe roux de Zanzibar ou tout simplement colobe de Zanzibar est un mammifère thérien appartenant à l'ordre des primates, au sous ordre des Haplorrhini, à l'infra ordre des Simiiformes, à la super famille des Cercopithecoidea, à la famille des cercopithécidés, à la sous famille des colobinés (Colobinae) et au genre Piliocolobus.

Il existe une grande confusion et un désaccord profond dans la classification de ce groupe que l'on retrouve dans les genres Colobus, Piliocolobus et Procolobus. On rencontre donc souvent les appellations suivantes :
• Colobus badius kirkii,
• Piliocolobus badius kirkii,
• Piliocolobus kirkii,
• Piliocolobus pennantii kirkii,
• Procolobus badius kirkii
• Procolobus kirkii,
• Procolobus pennantii kirkii
.

En anglais le colobe bai de Zanzibar s'appelle : Zanzibar red colobus, red colobus monkey, Kirk's red colobus ou kirk's colobus, en allemand : Sansibar stummelaffe et en espagnol : colobo rojo de Zanzíbar.

Le colobe bai de Zanzibar est un animal arboricole diurne originaire de l'archipel de Zanzibar, au large de la Tanzanie, où il ne subsiste plus que sur l'île de d'Unguja, et même sur cette île il est en grande partie confiné dans la forêt de Jozani. Au dernier comptage il ne resterait plus que 1500 individus. Cet animal est donc en danger d'extinction. Ce danger venant pour l'essentiel de la perte d'habitat (déforestation en particulier).

Le colobe bai de Zanzibar est habituellement un hôte des forêts tropicales humides primaires et secondaires et, des mangroves. On le retrouve le long des cours d'eaux arborés, à la limite des prairies, et même parfois dans les zones agricoles.

Le colobe bai de Zanzibar mesure de 50 à 70 centimètres de long (hors queue) pour un poids moyen de 8 kilogrammes. Sa queue, cylindrique, peut atteindre 80 centimètres de longueur. Le colobe bai de Zanzibar possède un pelage allant de rouge foncé à noir. L'arrière de la tête et le dos sont rouges, avec une zone sombre le long des épaules et des membres, les parties inférieures étant plus claires, voire blanchâtres. La face du colobe bai de Zanzibar est noirâtre, encadrée de longs poils blancs. La bouche et le nez sont entourés d'une zone nue et rose. Les membres se terminent par 4 doigts, le cinquième étant atrophié. Cette adaptation à 4 doigts facilite la brachiation. D'ailleurs le mot grec "kolobos" à l'origine de "colobus" puis de "colobe" signifie "coupé court" en référence au pouce qui est absent chez tous les colobes. Il y a peu de dimorphisme sexuel chez cette espèce, mais les femelles sont généralement légèrement plus petites que les mâles.


Le colobe bai de Zanzibar consacre beaucoup de temps à l'alimentation. Il mange en groupe dans les arbres. Sa nourriture se compose de jeunes feuilles, de fleurs, de jeunes pousses, de graines et de fruits verts (prunes, noix de coco, mangues, figues, amandes…). Pourquoi de fruits verts ? Tout simplement parce que son organisme ne sait pas digérer les sucres, ou du moins les digère mal. Par contre son système digestif s'est adapté à la digestion de cette nourriture végétale et son estomac est divisé en quatre parties, un peu comme chez les ruminants.

Le colobe bai de Zanzibar vit en groupes de tailles variables, composés de 15 à 70 individus. A l'intérieur du groupe on retrouve plusieurs mâles adultes, de nombreuses femelles et leurs petits. Les mâles s'accouplent avec plusieurs femelles. La gestation dure environ 6 mois. La femelle met au monde un seul petit qu'elle élève seule. Ce n'est que vers l'âge de 6 mois que les jeunes acquièrent progressivement la couleur rouge de la nuque et du dos. Les femelles n'ont qu'une portée tous les deux ans. Arrivées à l'âge adulte les jeunes femelles quittent le groupe qui les a vus naître pour en rejoindre un autre.

Le colobe bai de Zanzibar, isolé sur son île depuis plusieurs milliers d'années a évolué différemment des colobes du continent. C'est ainsi que son pelage, ses habitudes, notamment alimentaires, ses cris, son comportement sont maintenant différents des colobes continentaux et en font pour nombre de spécialistes une espèce à part entière.
 
 
Kriss de Niort
 
 

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article