Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 septembre 2000 3 20 /09 /septembre /2000 15:14

 

Agapanthes (genre) - Agapanthus


Les agapanthes sont des plantes angiospermes monocotylédones appartenant à l'ordre des asparagales, à la famille des alliacées (Alliaceae) et au genre Agapanthus.

La classification des agapanthes n'est pas très claire et est encore sujette à controverses. En effet certains auteurs classent les agapanthes dans la famille des agapanthacées (Agapanthaceae), mais seule la classification phylogénétique de 1998 accepte cette famille tandis qu'elle n'est qu'optionnelle dans la classification phylogénétique de 2003 (APG II) qui accepte leur inclusion dans la famille des Alliaceae. Vous trouverez également des auteurs qui classent les agapanthes dans la famille des liliacées. C'est également possible car dans la classification classique, celle de Cronquist la famille des agapanthacées n'existe pas. Je passe le fait que pendant un moment les agapanthes faisaient partie de la famille des amaryllidacées (Amaryllidaceae).

Pour résumer, en fonction de la classification, les agapanthes appartiennent à une des familles suivantes : alliacées (Alliaceae), agapanthacées (Agapanthaceae) ou liliacées (Liliaceae)

Le genre Agapanthus ne comprend qu'une dizaine d'espèces, appartenant donc toutes à la famille des agapanthacées :
   -
Agapanthus africanus (feuilles persistantes),
   - Agapanthus campanulatus (feuilles caduques),
   - Agapanthus caulescens (feuilles caduques),
   - Agapanthus coddii (feuilles caduques),
   - Agapanthus comptonii (feuilles persistantes),
   - Agapanthus dyeri (feuilles caduques),
   - Agapanthus inapertus (feuilles caduques),
   - Agapanthus nutans (feuilles caduques),
   - Agapanthus praecox (feuilles persistantes),
   - Agapanthus walshii (feuilles persistantes).

Certains auteurs considèrent que A. comptonii et A. praecox minimus ne font qu'un, que A. walshii est une sous espèce de A. africanus, que A. dyeri est identique à A. inapertus subsp intermedius, et que A. nutans est identique à A. caulescens.

Les agapanthes sont des plantes herbacées, rhizomateuses, endémiques de l'Afrique australe et d'Australie qui produisent des inflorescences en ombelle.

Dans leur région d'origine, on attribue aux agapanthes des propriétés magiques et médicinales. En particulier les agapanthes sont sensées favoriser la fertilité. D'ailleurs le nom Agapanthus vient du grec "agape" qui signifie amour, plaisir et de "anthos" qui signifie fleur. Les zoulous utilisent les agapanthes pour traiter diverses affections (toux, paralysie, douleurs...). Des feuilles d'agapanthe introduites dans les chaussures soulageraient la fatigue du pied.




Kriss de Niort, le 17 août 2007 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
20 septembre 2000 3 20 /09 /septembre /2000 12:36

 

Vautour percnoptère - Neophron percnopterus



Le vautour percnoptère, appelé aussi percnoptère d'Égypte (Neophron percnopterus ) est un oiseau appartenant à l'ordre des Accipitriformes (anciennement falconiformes), à la famille des accipitridés (Accipitridae) et au genre Neophron.

 

 

Cet article a été transféré sur le forum de Faaxaal

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
20 septembre 2000 3 20 /09 /septembre /2000 11:26

 

Ecaille fermière - Ecaille villageoise

Arctia villica - Epicallia villica

 



L'écaille fermière (Arctia villica Syn. Chelonia villica ou Epicallia villica) est un papillon (lépidoptère) appartenant au sous ordre des ditrysiens (Ditrysia), à la superfamille des Noctuoidea, à la famille des arctiidés (Arctiidae), à la sous famille des Arctiinae et au genre Arctia ou Epicallia

 

 

Cet article a été transféré sur le forum de Faaxaal

 

 

 

 

 


 

 

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
20 septembre 2000 3 20 /09 /septembre /2000 09:03

 

Tircis (Pararge aegeria)



Le tircis (Pararge aegeria) est un papillon diurne (rhopalocère) appartenant au sous ordre des Ditrysia, à la super famille des Papilionoidea, à la famille des nymphalidés (Nymphalidae), à la sous famille des satyres (Satyrinae) et au genre Pararge.

 

Cet article a été transféré sur le forum de Faaxaal

 

 

 

 

 

 

 


 

 

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
20 septembre 2000 3 20 /09 /septembre /2000 08:34

 

Agapanthe africaine - Agapanthus africanus



L'agapanthe africaine (Agapanthus africanus Syn. Agapanthus umbellatus) appelée aussi "jacinthe africaine", "agapanthe en ombelle", "lis africain" ou "lis du Nil" est une plante herbacée, vivace, angiosperme, monocotylédone, appartenant à l'ordre des asparagales, à la famille des alliacées (Alliaceae) et au
genre Agapanthus.

 

Cet article a été transféré sur le forum de Faaxaal

 

 

 


 

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
19 septembre 2000 2 19 /09 /septembre /2000 16:26

 

Ecaille rouge - Ecaille lustrée - Ecaille marbrée rouge - Callimorpha dominula



L'écaille rouge (Callimorpha dominula anciennement Panaxia dominula, Syn. Phalaena dominula), appelée également écaille lustrée ou écaille marbrée rouge, est un papillon appartenant au sous ordre des Ditrysia, à la super famille des Noctuoidea, à la famille des Arctiidés (Arctiidae), à la sous famille des Arctiinae, à la tribu des Callimorphini et au genre Callimorpha.

Les auteurs ont décrit plusieurs sous espèces, formes et variété. En voici une liste non exhaustive, comprenant très certainement des doublons :
• Callimorpha dominula balcanica,
• Callimorpha dominula bithynica,
• Callimorpha dominula dominula,
• Callimorpha dominula donna,
• Callimorpha dominula insubrica,
• Callimorpha dominula italica,
• Callimorpha dominula kurdistanica,
• Callimorpha dominula lusitanica,
• Callimorpha dominula majellica,
• Callimorpha dominula persica,
• Callimorpha dominula persona,
• Callimorpha dominula philippsi,
• Callimorpha dominula pompalis,
• Callimorpha dominula rhodanica,
Callimorpha dominula rossica (ailes postérieures jaunes),
• Callimorpha dominula sudalpina,
• Callimorpha dominula swanetica,
• Callimorpha dominula teberdina,
• Callimorpha dominula trinacriae.

En allemand l'écaille rouge s'appelle : schönbär ou bonte beer, en anglais : scarlet tiger moth, en estonien : harilik piksepeni, en finlandais : kiiltosiilikäs, en néerlandais : bonte beer, en polonais krasopani poziomkówka et en suédois : glansspinnare.

L'écaille rouge est un papillon de nuit, souvent actif le jour, présent en Europe et en Asie occidentale et centrale. On le retrouve de l'ouest du Portugal jusqu'à la frontière orientale de la Sibérie au nord, et en Irak et Iran au sud. Ce papillon peut être abondant par endroits et rare ailleurs.

L'écaille rouge apprécie la chaleur et l'humidité. Il fréquente le plus souvent les bois frais de feuillus ou mixtes, les clairières, le bord des chemins, les rives des cours d'eau et des lacs, les marais, les prairies humides. On le retrouve en plaine, jusqu'à l'étage collinéen, voire en moyenne montagne.


L'écaille rouge est un papillon univoltain (une seule génération par an) dont l'imago (forme ailée) est visible du mois de mai jusqu'au mois d'août (il peut y avoir quelques différences compte tenu de la diversité des climats de son aire de répartition). L'imago, bien que nocturne peut être observé le jour en train de butiner le nectar des fleurs.

L'imago de l'écaille rouge possède une tête massive. L'abdomen est rouge avec sur le dessus une bande noire longitudinale. Son envergure alaire est de 55 à 57 millimètres. Les ailes antérieures sont noires avec tes taches jaunes orangé et des taches blanchâtres. Les ailes postérieures sont rouge orangées avec des taches noires. Il s'agit d'un papillon très variable et il existe de nombreuses formes (voir ci-dessus), soit localement, soit au sein d'une même population.

Vers le mois de juillet la femelle pond ses œufs par petits paquets sous les feuilles d'une des nombreuses plantes hôtes. En effet, la chenille est polyphage et se nourrit sur diverses plantes comme : la consoude (Symphytum officinale), la fausse spirée (Filipendula ulmaria), le cirse maraîcher (Cirsium oleraceum), le chèvrefeuille des haies (Lonicera xylosteum), la grande ortie (Urtica dioica), le noisetier commun (Corylus avellana), le framboisier (Rubus idaeus), le saule marsault (Salix caprea), le séneçon ovale (Senecio ovatus) et bien d'autres.

Les chenilles de l'écaille rouge sont grégaires, au moins au départ. Elles se nourrissent essentiellement la nuit et se cachent le jour sous les feuilles. A leur développement maximal elles mesurent de 35 à 40 millimètres de long. Leur corps est noirâtre et recouvert de verrues porteuses de soies. Leur dos et leurs flancs sont parcourus par une ligne discontinue composée d'une alternance de points blancs et de taches jaunes.

L'écaille rouge hiverne sous forme de chenille qui se tient recroquevillée au sol, sous les feuilles mortes. La nymphose a lieu au milieu du printemps.

L'écaille rouge est protégée en Ile de France.
 
 
Kriss de Niort, le 19/09/2008
 
 

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
18 septembre 2000 1 18 /09 /septembre /2000 18:41

 

Aralie chassepareille - Aralia nudicaulis



L'aralie chassepareille (Aralia nudicaulis) est une plante angiosperme dicotylédone appartenant à la sous classe des Rosidae, à l'ordre des Apiales, à la famille des araliacées (Araliaceae), à la sous famille des Aralioideae et au genre Aralia.

 

 

Cet article a été transféré sur le forum de Faaxaal

 

 

 



Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
17 septembre 2000 7 17 /09 /septembre /2000 18:31

 

Méloé violet - Meloe violaceus



Le méloé violet (Meloe violaceus) est un coléoptère appartenant au sous ordre des Polyphaga, à l'infra ordre des Cucujiformia, à la super famille des Tenebrionoidea, à la famille des méloïdés (Meloidae), à la sous famille des Meloinae, à la tribu des Meloini eyt au genre méloé (Meloe).

En allemand le méloé violet s'appelle : blauer maiwurm ou violette Ölkäfer, en anglais : violet oil beetle ou purple méloé, en danois : blå oliebille, en finlandais : sinitoukohärkä, en hongrois : kék nünüke, en néerlandais : blauwe oliekever, en polonais : oleica fioletowa, en slovaque et en tchèque : majka fialová et enfin, en suédois : violett majbagge.

Le méloé violet est présent un peu partout en Europe, jusqu'en Sibérie. On le retrouve en plaine, à l'étage collinéen et en montagne, sur sols secs et ensoleillés.

Voilà un insecte intéressant, parasite des hyménoptères, qui a mis au point une stratégie de développement particulière, l'hypermétamorphose larvaire, et dont la larve fait de l'auto stop pour aller squatter l'appartement de son hôte… Je vous explique, suivez moi.

L'mago est visible au printemps jusqu'au début de l'été, soit entre le mois d'avril et le mois de juillet. Le mâle est un peu plus petit que la femelle. Le méloé violet, au stade adulte, possède un corps noirâtre avec des reflets violets, comme son nom le suggère. Cet insecte est caractérisé par un abdomen surdimensionné, surtout chez la femelle, mais celui du mâle n'a rien à lui envier. Du coup les élytres semblent atrophiés. Compte tenu du poids de l'insecte, il est incapable de voler. Il se contente de marcher dans les lieux secs comme les prairies, les pelouses, les sous bois clairs.

Les antennes des femelles sont élargies au milieu (au niveau des 4 articles médians) tandis que celles des mâles sont coudées. La base du pronotum présente une dépression transversale. La ponctuation de la tête et du pronotum, en creux, est peu marquée et espacée (si elle est plus marquée et plus dense, il s'agit probablement d'une espèce voisine, Meloe proscarabaeus).

Après une longue fécondation, la femelle pond ses œufs (plusieurs milliers) dans le sol, au fond de trous cylindriques qu'elle referme. Les œufs donnent naissance quelques jours plus tard (environ 4 semaines) à une larve primaire nommée "triongulin" ou parfois "pou des abeilles". Pourquoi ce nom ? Tout simplement parce que la larve est munie des pattes provisoires dotées de trois griffes.

Le but du "triongulin" est de trouver un "taxi". Très mobiles ces larves grimpent sur des fleurs et attendent le passage d'un hyménoptère nidifiant, et plus particulièrement une abeille sauvage. En fait elles s'agrippent au premier insecte de passage en espérant que ce soit le bon insecte. Si c'est le cas le "triongulin" est transporté dans le nid de l'hyménoptère où il peut effectuer la suite de son hypermétamorphose larvaire. Sinon, il meurt rapidement -ce qui est souvent le cas- car dans ce stade la larve ne s'alimente pas. Pour compenser ces pertes importantes la femelle pond de très nombreux œufs, ce qui explique son abdomen surdimensionné.

Arrivé dans le nid de son hôte la larve s'introduit dans une cellule, mange l'œuf (les voyages ouvrent l'appétit) et attaque la deuxième phase de son hypermétamorphose larvaire. La seconde larve, très différente de la première, a un aspect vermiforme et les pattes provisoires ont disparu. Cette seconde larve se nourrit du nectar et du pollen apportés (ou stocké) par son hôte. Elle mange, mange et devient très grosse. Elle va alors effectuer plusieurs mues et métamorphoses. La nymphose s'effectue sous terre et l'imago émerge en avril.

L'imago se nourrit de pollen. S'il se sent menacé, il émet, au niveau de ses articulations et par sa bouche (autohémorrhée), un liquide toxique renfermant de la cantharidine.
 
 
Kriss de Niort, le 17/09/2008
 
 

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
17 septembre 2000 7 17 /09 /septembre /2000 08:06

 

Brachyglotte gris

Brachyglottis greyi



Le brachyglotte gris appelé également séneçon gris (Brachyglottis greyi ou Senecio greyi) est une plante angiosperme dicotylédone appartenant à l'ordre des Asterales, à la famille des composacées ou astéracées (Asteraceae) et au genre Brachyglottis.

 

 

Cet article a été transféré sur le forum de Faaxaal

 

 

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
16 septembre 2000 6 16 /09 /septembre /2000 18:13

 

Marasme des Oréades - Faux mousseron - Marasmius oreades



Le marasme des Oréades (Marasmius oreades) est un champignon appartenant à la classe des basidiomycètes, à l'ordre des agaricales (ou des Tricholomatales, suivant les classifications), à la famille des marasmiacées (Marasmiaceae) ou des tricholomatacées (Tricholomataceae), et au genre Marasmius.

En allemand le marasme des Oréades s'appelle nelkenschwindling ou feldschwindling, en anglais : scotch bonnet ou fairy ring mushroom, et en néerlandais : weidekringzwam.

En français le marasme des Oréades possède plusieurs noms vernaculaires comme faux mousseron, mousseron d'automne, corriolette ou champignon des près (ce qui est peu précis).

Le marasme des Oréades croît un peu partout dans le monde, du niveau de la mer jusqu'en montagne, dans les prairies humides et les clairières, où il forme souvent des "ronds de sorcières", de la fin du printemps jusqu'en automne. Compte tenu de la variété des climats qui règnent sur son aire de répartition, il peut y avoir des variations dans les dates d'apparition ainsi que dans les milieux.


Le marasme des Oréades est un champignon assez petit. Il possède un pied, jaunâtre, fin, fibreux, résistant à la torsion. Le pied, de 4 à 8 centimètres de hauteur, est surmonté d'un chapeau de 2,5 à 5 centimètres de diamètre. Ce chapeau, peu épais, conique à campanulé à l'état jeune, s'étale en vieillissant. Son centre possède souvent une protubérance ou "mamelon". Le chapeau présente une couleur ocre brun à brun rouge. La marge est striée. Les lamelles, blanchâtres à jaunâtres, libres, inégales, sont espacées. L'apparence du champignon n'est pas la même par temps sec ou par temps humide.

Le marasme des Oréades est un champignon comestible (sauf le pied trop fibreux). On peut le faire sécher au soleil pour le conserver.

Attention : Si vous n'êtes pas certain de la détermination ne cueillez pas les champignons, les risques de confusions sont réels, pouvant entrainer des troubles digestifs, voire plus.
 
 
Kriss de Niort, le 16/09/2008
 
 

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article