Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 septembre 2000 3 06 /09 /septembre /2000 11:03

 

Attention cet article a été transféré sur le forum de Faaxaal

 

Panthère de Chine - Panthera pardus japonensis



La panthère de Chine (Panthera pardus japonensis) est un mammifère carnivore appartenant au sous ordre des Feliformia, à la famille des félidés (Felidae), à la sous famille des pantherinés (Pantherinae), au genre Panthera et à l'espèce pardus.

Il existe plusieurs sous espèces de panthères (ou léopards) :
• Panthera pardus ciscaucasica,
• Panthera pardus delacouri,
• Panthera pardus fusca,
• Panthera pardus japonensis,
• Panthera pardus kotiya,
• Panthera pardus melas,
• Panthera pardus nimr,
• Panthera pardus orientalis,
• Panthera pardus panthera,
• Panthera pardus pardus,
• Panthera pardus saxicolor
.

Le présent article traite uniquement de "Panthera pardus japonensis", autrement dit de la panthère de Chine ou plus précisément de la panthère du nord de la Chine afin d'éviter toute confusion avec Panthera pardus orientalis appelée également "panthère de Chine".

   

Kriss de Niort, le 06/09/2008



Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans FAAXAAL
commenter cet article
5 septembre 2000 2 05 /09 /septembre /2000 19:33

La désertification gagne du terrain en Espagne...


Actuellement se tient à Madrid, jusqu'au 14 septembre une conférence de l'ONU relative à la désertification .

Cette conférence doit approuver un plan d'action décennal destiné à lutter contre ce phénomène qui menace désormais près d'un tiers de la planète.

Est-ce un symbole ?  Cette conférence se tient en Espagne alors que près du tiers de son territoire est menacé de désertification. 

Pour lutter contre cette désertification qui menace l'Espagne, le gouvernement espagnol étudie actuellement un plan de lutte .

Je ne serai pas surpris que d'ici quelques temps, afin d'aider l'Espagne, l'Union Europpéenne exige une participation des Etats membres. 

Kriss de Niort, le 05/09/2007

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
5 septembre 2000 2 05 /09 /septembre /2000 19:27

Une fois de plus Busch trouve une excuse...


Actuellement se tient à Sydney (Australie) le sommet Asie-Pacifique. A cette occasion le président des USA, a déclaré lors d'une conférence de presse que tant que la Chine, un des principaux émetteur de GES (gaz à effet de serre) ne serait pas invitée à la table des débats, il ne pourrait pas y avoir de politique environnementale globale.

En d'autres termes, tant que la Chine, 1er émetteur mondial de GES, non signataire des accords de Kyoto (en tant que pays émergeant) ne sera pas partie prenante d'une politique environnementale mondiale, il est inutile que les USA, deuxième producteur mondial de GES, fasse des efforts. 

A quelques jours de l'ouverture du championnat du monde de rugby, j'appelle ça "botter en touche" !

Kriss de Niort, le 05/09/2007

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
5 septembre 2000 2 05 /09 /septembre /2000 11:31

 

Sphinx du tilleul - Mimas tiliae



Le sphinx du tilleul (Mimas tiliae Syn Sphinx tiliae) est un papillon appartenant au sous ordre des Ditrysia, à la super famille des Sphingoidea, à la famille des sphingidés (Sphingidae) à la sous famille des sphinginés (Sphinginae) et au genre Mimas.

En allemand le sphinx du tilleul s'appelle : lindenschwärmer, en anglais : lime hawk-moth, en espagnol : esfinge del tilo et en néerlandais : lindepijlstaart.

La répartition du sphinx du tilleul est paléarctique. On le retrouve dans toute l'Europe centrale et méridionale, à l'ouest, de l'Espagne jusqu'à la Scandinavie et à l'est de la Turquie jusqu'à la Sibérie. Le sphinx du tilleul semble absent d'Irlande. C'est un papillon sédentaire.

Le sphinx du tilleul fréquente les endroits où ses plantes hôtes sont présentes, comme les forêts décidues ou mixtes, les parcs, les jardins publics, les allées de tilleul, les vergers (les cerisaies notamment)... On le trouve du niveau de la mer jusqu'à 1500 mètres d'altitude, mais au-delà de 500 à 800 mètres sa présence est plus rare.

Parmi ses plantes hôtes (qui sont variables suivant les régions), on retrouve donc les tilleuls comme
le tilleul commun (Tilia x vulgaris), le tilleul à petites feuilles (Tilia cordata), le tilleul à grandes feuilles (Tilia platyphyllos), mais aussi le bouleau verruqueux (Betula verrucosa), l'orme de montagne (Ulmus montana), l’orme champêtre (Ulmus minor), le bouleau blanc (Betula alba), l'aulne glutineux (Alnus glutinosa), l'aulne de montagne (Alnus incana), le merisier (Prunus avium), le merisier à grappe (Prunus padus), le noisetier commun (Corylus avellana). Plus rarement et à défaut de trouver ses plantes de prédilection, le sphinx du tilleul jette son dévolu sur divers arbres comme l’érable sycomore (Acer pseudoplatanus), le sorbier des oiseaux (Sorbus aucuparia), le châtaigner (Castanea sativa), le noyer commun (Juglans regia), le marronnier commun (Aesculus hippocastanum), les chênes (Quercus spp.), les pommiers (Malus spp.), les poiriers (Pyrus spp.), les frênes (Fraxinus spp.)...


L'envergure de l'imago du sphinx du tilleul est comprise entre 6 et 8 centimètres. Généralement l'aile antérieure est brune chez les femelles et verdâtre chez les mâles avec des dessins variables. Cependant l'imago du sphinx du tilleul possède une livrée très variable qui a amené les spécialistes à distinguer diverses "formes" : forme brunnea : ailes brunes, forme pallida : ailes grises, forme lutescens : ailes jaunes, forme virescens : ailes vertes, forme montana : ailes sombres...

Vous ne verrez pas l'imago sur les fleurs car il ne possède qu'une trompe atrophiée et ne se nourrit pas. Sa vie d'imago, très courte est consacrée à la reproduction. Lorsqu'il se repose le sphinx du tilleul tient ses ailes à plat. La couleur des ailes et leur dessin assurent un camouflage efficace.

Le sphinx du tilleul, généralement crépusculaire et nocturne, est univoltin dans le nord de son aire de répartition et bivoltin au sud de cette aire. Les périodes de vol sont donc variables suivant les régions.

Après fécondation les œufs sont pondus au revers des feuilles de la plante nourricière soit isolément ou soit par paires. Les œufs éclosent au bout de 15 à 20 jours en fonction des conditions climatiques. Les chenilles ne sont pas grégaires. La chenille est vert-jaune, avec de minuscules points blancs et une "corne" à l'arrière de l'abdomen, nommée "scolus". Au fur et à mesure de la croissance les sept bandes latérales, obliques, jaunes, deviennent de plus en plus visibles. Au dernier stade la chenille du sphinx du tilleul peut atteindre jusqu'à 6,5 centimètres. Lorsqu'elle est prête à se nymphoser sa livrée change de couleur pour devenir gris bleu, toujours mouchetée de blanc.

La nymphose a lieu au sol, à faible profondeur. Le sphinx du tilleul ne construit pas de cocon. La chrysalide, noirâtre, rugueuse, mesure de 30 à 35 millimètres. Les chrysalides de la dernière génération passent l'hiver dans le sol. Il arrive parfois que la chenille n'ait pas le temps de descendre et la nymphose s'effectue alors dans les fissures de l'écorce.
 
 
Kriss de Niort, le 05/11/2008
 
 

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
4 septembre 2000 1 04 /09 /septembre /2000 19:10

 

Syrphe pyrastre - Syrphe du Poirier

Scaeva pyrastri



Oups... Cet article a été transféré sur le forum de Faaxaal






 

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
4 septembre 2000 1 04 /09 /septembre /2000 08:37

 

Gagée jaune - Gagea lutea



La gagée jaune (Gagea lutea) est une plante angiosperme monocotylédone appartenant à la sous classe des Liliidae, à l'ordre des Liliales, à la famille des liliacées (Liliaceae), à la sous famille des Lilioideae, à la tribu des Tulipeae et au genre Gagea.

La gagée jaune est également appelée "ornithogale jaune", "étoile jaune", "gagée des bois" ou "étoile de Bethléem".

L'aire de répartition de la gagée jaune s'étend de l'Europe (Allemagne, Autriche, Belgique, Bulgarie, Danemark, Espagne, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Italie, Norvège, Pays bas, Pologne, Roumanie, Royaume Uni, Suède, Suisse, Tchécoslovaquie, Turquie, Yougoslavie) à la Russie (Caucase, Sibérie).

La gagée des bois est une plante rare, présente de façon discontinue, à l'étage montagnard et collinéen, plus rarement en plaine. C'est une plante qui croît à l'ombre (sciaphile) ou à mi-ombre, sur des sols frais et riches. Ainsi on retrouve la gagée jaune dans les bois clairs et frais ou leur lisière, les prairies alluviales, les éboulis, les pâturages de montagne et les haies, généralement de 400 à 1500 mètres d'altitude.

En France la gagée des bois est présente dans un tiers des départements, du nord-est jusqu'aux Pyrénées (Alsace, Alpes, Ardennes, Cévennes, Jura, Lorraine, Pyrénées, région méditerranéenne, Vosges). C'est une plante protégée au niveau national.

Il existe plusieurs synonymes latins pour désigner cette plante :
• Gagea burnatii,
• Gagea erubescens,
• Gagea escarellii,
• Gagea fascicularis,
• Gagea reverchonii,
• Gagea silvatica,
• Ornithogalum luteum,
• Ornithogalum persoonii,
• Ornithogalum sylvaticum,
• Ornithoxanthum luteum,
• Ornithoxanthum persoonii,
• Solenarium luteum,
• Stellaris lutea,
• Stellaster luteus
.

On distingue deux sous espèces de gagée jaune :
• Gagea lutea subsp. burnatii,
• Gagea lutea subsp. lutea.


La gagée jaune est une plante herbacée, vivace, glabrescente, à bulbe unique enveloppé dans une tunique, à port dressé, à tige simple, engainante à la base, dépourvue de feuilles, s'élevant jusqu'à 25 centimètres.

Chaque bulbe de gagée jaune émet une seule feuille, radicale, étroite (6 à 15 mm), lancéolée, qui se rétrécit brusquement à son extrémité, en formant un petit "capuchon".

La floraison intervient du mois de mars jusqu'au mois de mai. Les fleurs, de 1,5 à 2 centimètres, hermaphrodites, au nombre de 2 à 5, sont réunies en corymbe au dessus d'une paire de bractées. Les fleurs, pédicellées, sont composées de 6 tépales en étoile, verdâtres à l'extérieur et jaunes à l'intérieur.

En allemand la gagée jaune s'appelle wald gelbstern, wald goldstern ou gewöhnlicher gelbstern, en anglais : yellow gagea, yellow star of Bethlehem, en italien : cipollaccio stellato et en néerlandais : bosgeelster.


Kriss de Niort, le 04/09/2008


Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
2 septembre 2000 6 02 /09 /septembre /2000 20:08

 

Céréopse cendrée

Cereopsis novaehollandiae



La céréopse cendrée, appelée aussi oie céréopse, céréopse de Nouvelle-Hollande ou oie-cochon (Cereopsis novaehollandiae) est un oiseau appartenant à l'ordre des ansériformes, à la famille des anatidés (Anatidae), à la sous famille des Anserinae et au genre céréopse (Cereopsis). D'ailleurs il n'existe qu'une seule espèce dans ce genre, c'est Cereopsis novaehollandiae. Par contre, il existe deux sous espèces : Cereopsis novaehollandiae novaehollandiae (espèce nominale) et Cereopsis novaehollandiae grisea.

 

Cet article a été transféré sur le forum de Faaxaal

 

 

 

 


Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
2 septembre 2000 6 02 /09 /septembre /2000 19:42

 

Cucubale à baie - Cucubalus baccifer



Le cucubale à baie (Cucubalus baccifer) ou cucubale à baies, est une plante angiosperme dicotylédone appartenant à l'ordre des Centrospermae, ou des Caryophyllales suivant les classifications, à la famille des caryophyllacées (Caryophyllaceae), à la sous famille des Caryophylloideae, à la tribu des Sileneae et au genre Cucubalus.

Il existe plusieurs noms vernaculaire pour désigner le cucubale à baie, et notamment : cucubale porte-baie, cucubale couchée, coulichon…

Il existe plusieurs synonymes latins pour désigner le cucubale à baie, et notamment :
• Cucubalus horizontalis,
• Cucubalus pyrenaicus,
• Lychnanthos scandens,
• Lychnanthos volubilis,
• Lychnis baccifera,
• Scribaea baccifera,
• Scribaea cucubalus,
• Scribaea divaricata,
• Silene baccifera,
• Silene fusca,
• Viscago baccifera.


En France, le cucubale à baie est protégé en région Limousine. Cette plante est également protégée dans d'autres pays.

Le cucubale à baie est une plante herbacée vivace, dont l'aire de répartition s'étend de l'Europe continentale à l'Asie, jusqu'au Japon. Le cucubale à baie s'est naturalisé en Angleterre. Suivant les auteurs il s'agit d'une plante commune à peu commune, voire rare. En France elle est rare ou absente au Nord et à l'Est.

Le cucubale à baie croît dans les haies, en lisière de forêts, sur les rives de cours d'eau et dans les forêts claires, généralement sur sols ombragés et humides, jusqu'à 500 mètres d'altitude.


Le cucubale à baie possède une tige grêle, cassante, ramifiée, à nœuds marqués, pubescente, vert blanchâtre, à souche rampante, qui prend souvent appui sur la végétation environnante pour se redresser. Il peut atteindre plus d'un mètre de hauteur.

Les feuilles du cucubale à baie sont courtement pétiolées, velues, simples, entières, ovales, pointues, opposées et mesurent de 1,5 à 6 centimètres.

La floraison intervient du mois de juillet jusqu'au mois d'octobre. Les fleurs, axillaires, en cyme bipare, hermaphrodites, plutôt pendantes, courtement pédicellées, sont sous tendues par des bractées foliacées. Le calice, gamosépale, en cloche, vert jaunâtre, s'ouvre en 5 lobes pointus, évasés, qui se rabattent progressivement sur le pédicelle tout au long de la floraison, laissant apparaître l'ovaire. La corolle, blanc verdâtre, se compose de 5 pétales bifides, écartés, profondément échancrés. Le pistil, à ovaire sphérique, surmonté de 3 styles, est entouré de 10 étamines.

La fécondation du cucubale à baie est entomogame. Le fruit, globuleux, d'abord vert, puis noir et luisant à maturité, ressemble à une baie. La dissémination des graines en endozoochore.

En allemand le cucubale à baie s'appelle beeren-taubenkropf, en anglais : berry catchfly, en espagnol : herba de mala llavor, en italien : erba-cucco et en néerlandais : besanjelier.


Kriss de Niort, le 02/09/2008


Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
2 septembre 2000 6 02 /09 /septembre /2000 06:15

 

Glossaire botanique et Glossaire entomologique
Glossaire de mycologie

 

A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z

 



Keiki

Définition (Botanique)

Un keiki est une plantule qui se développe directement sur la plante (sur les racines par exemple ou sur les hampes florales).







 

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
2 septembre 2000 6 02 /09 /septembre /2000 06:13

 

Glossaire botanique et Glossaire entomologique
Glossaire de mycologie

 

A B C D E F G H I J K L M
N O P Q R S T U V W X Y Z

 



Junciforme

Définition (Botanique)

Dont l'aspect rappelle celui du jonc.





 

 

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article