Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
31 août 2000 4 31 /08 /août /2000 10:17

 

Le Buddleia de David - Buddleja davidii

Arbre aux papillons



Cet article a été transféré sur le forum de Faaxaal






Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
31 août 2000 4 31 /08 /août /2000 09:36


Potentille dressée - Potentille droite - Potentilla recta


Cet article a été transféré sur le forum de Faaxaal







Photo Potentille dressée - Potentille droite - Potentilla recta<br><br>
 
 
Crédit photo :
La gravure qui illustre l'article appartient au domaine public.
 
 

Voir aussi :  Oenothera rosea | Solanum atropurpureum | Gunnère du Brésil | Lysimaque ponctuée | Trolle de Chine | Pavot de Californie | Potentille sanguine | Potentille ligneuse | Fuchsia du cap | Sisyrinchium angustifolium | Sisyrinchium californicum | Plante corail | Céréopsis lancéolé | Arbre à faisans | Scabieuse jaune pâle | Clivia vermillon | Primevère du père Vial | Jasmin d'hiver | Heliotrope arborescent | Epiaire laineuse | Bruyère à 4 angles | Dicliptera suberecta | Lamier tacheté | Lampourde glouteron | Véronique pédonculée | Thunbergia | Brunelle à grandes fleurs | Rosier de Wichura | Medinilla magnifica | Petite pervenche |Grande pervenche |Anémone hépatique |Adenia pechuelii | Nivéole de printemps | Nivéole d'été |  Sarracénie pourpre | Platystémon de Californie | Erythronium propullans| Tulipe d'Agen | Tulipe précoce | Tulipe systole | Tulipe de l'écluse | Fritillaire pintade | Tulipe polychrome | Tulipe du Montandré | Potentille blanche | Bruyère cendrée | Anémone couronnée | Gesse des près | Adonis du printemps | Campanule à feuilles rondes | Edelweiss | Epilobe obscur |Cypripède acaule | Sabot de Vénus | Grand pétasite | Stramoine épineuse | Trille blanc | Ancolie du Canada | Maïanthème à grappe | Cornouiller du Canada | Anémone du Canada | Corydale toujours verteArisème petit prêcheur | Calla des marais |



Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
30 août 2000 3 30 /08 /août /2000 09:07

 

Faisan hoki bleu (crossoptilon auritum)



Le hokki bleu appelé aussi oreillard bleu ou faisan bleu (crossoptilon auritum) est un oiseau appartenant à l'ordre des galliformes, à la famille des phasianidés (Phasianidae), à la sous famille des Phasianinae et au genre Crossoptilon

 

 

Cet article a été transféré sur le forum de Faaxaal

 

 

 

 

 

 


 

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
29 août 2000 2 29 /08 /août /2000 07:36

 

Ancolie du Japon – Aquilegia flabellata




L'ancolie du Japon (Aquilegia flabellata Syn. Aquilegia akitensis, Aquilegia japonica), appelée parfois ancolie en éventail, est une plante angiosperme dicotylédone appartenant à l'ordre des Ranunculales, à la famille des renonculacées (Ranunculaceae), à la sous famille des Isopyroideae, à la tribu des Isopyreae, à la sous tribu des Isopyrineae et au genre Aquilegia.


Cet article a été transféré sur le forum de Faaxaal








Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
29 août 2000 2 29 /08 /août /2000 07:00

 

Dipladenia sanderi - Mandevilla sanderi

Jasmin du Brésil



Le Mandevilla sanderi nommé aussi Dipladenia sanderi est une plante vivace angiosperme dicotylédone appartenant à l'ordre des Gentianales et à la famille des Apocynacées (Apocynaceae) et au genre Mandevilla.

A la place de mandévilla (on dit aussi mandévilléa), vous entendrez souvent parler de dipladénia. Ces deux termes désignent le même genre de plante. En effet Dipladenia est l'ancien nom du genre Mandevilla. Il faut savoir que les changements de noms, de genre, d'espèces sont courants en botanique, entrainant souvent des confusions, surtout dans le public. Les termes Mandevilla et Dipladenia vont donc coexister un long moment encore.

Compte tenu de son origine, l'Amérique tropicale et plus précisément la Bolivie et le Brésil, la culture du Mandevilla sanderi n'est pas des plus aisées. En effet, c'est une plante qui demande une bonne exposition à la lumière et à la chaleur, mais aussi une bonne humidité de l'air. En fonction de votre climat le Mandevilla sanderi sera donc cultivé en intérieur (appartement ou serre) ou en extérieur, et si vous avez des températures hivernales inférieures à 10°C privilégiez la culture en pot afin de mettre le Mandevilla sanderi à l'abri. Notez que si la température va en dessous de 10°C, c'est seulement la partie aérienne qui disparaît, mais son tubercule subsiste. Il donnera de nouvelles pousses au printemps (s'il n'a pas gelé). Pendant la floraison, et en fonction de l'orientation et de la nature du sol, arrosez 2 à 3 fois par semaine avec une eau non calcaire. En hiver il conviendra de réduire les arrosages et les apports d'engrais.

Le Mandevilla sanderi doit être cultivé dans un sol neutre (ni trop calcaire, ni trop acide), de préférence dans un bon terreau bien drainé. Cultivé dans des conditions optimales votre Mandevilla sanderi peut atteindre 4 mètres de hauteur (c'est une liane qui peut dépasser 6 mètres dans son milieu naturel, et qui peut grandir de 60 centimètre par an), il faut donc prévoir un palissage pour soutenir ses tiges frêles. La plantation ou le rempotage s'effectue généralement au printemps, de préférence avant la floraison.


La multiplication du Mandevilla sanderi n'est pas aisée pour un jardinier amateur. Elle peut s'effectuer par semis sous serre chaude ou par bouturage. Lors de cette opération, vous remarquerez qu'à l'endroit de la coupure un latex s'écoule de la plante. Prenez des précautions car ce liquide est toxique et évitez de porter vos mais à vos yeux.

Pour conserver une belle forme à votre Mandevilla sanderi, vous pouvez le rabattre à 3 ou 4 yeux, dès la floraison terminée. Inutile de laisser fructifier le Mandevilla sanderi, car les fruits ne présentent pas d'intérêt, sauf bien évidemment si vous voulez récolter des graines. Le fait de rabattre la plante va favoriser la pousse de nouvelles tiges, et comme les fleurs apparaissent sur les rameaux de l'année, votre floraison n'en sera que plus abondante.

Le Mandevilla sanderi peut être victime d'attaques de cochenilles, d'aleurodes et d'araignées rouges. Prenez donc toutes les précautions d'usage, et en cas d'infestation utilisez de préférence des produits naturels ou biologiques.






Kriss de Niort, le 28 août 2007 

 

 

 

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
28 août 2000 1 28 /08 /août /2000 08:06

 

Mandevilla – Dipladenia



Les mandevilla sont des plantes angiospermes dicotylédones appartenant à l'ordre des Gentianales et à la famille des Apocynacées (Apocynaceae).

En classification phylogénétique, le genre Mandevilla appartient également à l'ordre des Gentianales.

Il se peut que la famille des apocynacées (Apocynaceae) n'éveille aucun souvenir en vous. Cependant, sous nos latitudes, vous connaissez plusieurs de ses représentants. En effet, le laurier rose (Nerium oleander) et les pervenches, que ce soit la grande pervenche (Vinca major) ou la petite pervenche (Vinca minor) appartiennent également à la famille des apocynacées.

A la place de mandévilla (on dit aussi mandévilléa), vous entendrez souvent parler de dipladénia. Ces deux termes désignent le même genre de plante. En effet dipladénia est l'ancien nom du genre mandévilla. Il faut savoir que les changements de noms, de genre, d'espèces sont courants en botanique, entrainant souvent des confusions, surtout dans le public. Les termes mandévilla et dipladénia vont donc coexister un long moment encore.

Les mandévillas sont des plantes tropicales ou subtropicales vivaces, originaires d'Amérique du Sud (essentiellement de Bolivie et du Brésil) dont certaines espèces sont cultivées comme plantes ornementales pour leurs magnifiques fleurs.

Le genre mandevilla comprend une centaine d'espèces. Ce sont généralement de petites plantes grimpantes formant des lianes de 2 m. Les tiges des mandevillas, grêles et volubiles, portent des feuilles caduques, coriaces et souvent veinées, d'un joli vert brillant.

Les mandevillas fleurissent généralement de mars à novembre et produisent des fleurs aux teintes variées allant du rouge au rose, mais il en existe également des blanches et des jaunes.

Vous trouverez ci dessous quelques espèces de mandevillas parmi les plus connues :
Mandevilla atroviolacea (Dipladenia atroviolacea),

Mandevilla benthamii (Syn Echites benthamii, Echites angustifolia),
Mandevilla boliviensis (Dipladenia boliviensis), produit de petites fleurs blanches à cœur jaune,
Mandevilla duidae (Dipladenia duidae),
Mandevilla emarginata (Dipladenia emarginata),
Mandevilla foliosa,
Mandevilla fragrans (Dipladenia fragrans),
Mandevilla funiformis (Dipladenia funiformis),
Mandevilla guanabarica (Dipladenia guanabarica) produit des fleurs jaunes,
Mandevilla hirsuta (Dipladenia hirsuta, Echites hirsuta) produit des fleurs jaunes au cœur rouge orange,
Mandevilla holstii (Dipladenia holstii),
Mandevilla illustris (Dipladenia illustris),
Mandevilla lasiocarpa,
Mandevilla laxa (Dipladenia laxa) : appelé jasmin du Chili,
Mandevilla leptophylla Echites leptophylla, Mitozus leptophyllus, Mandevilla linearis),
Mandevilla moricandiana (Dipladenia moricandiana),
Mandevilla pittieri,
Mandevilla pohliana (Dipladenia pohliana),
Mandevilla rugellosa (Dipladenia rugellosa Echites rugellosa),
Mandevilla rugosa,
Mandevilla sanderi (Dipladenia sanderi) : appelé jasmin brésilien,
Mandevilla scaberula (Dipladenia scaberula Mandevilla lutea),
Mandevilla scabra (Dipladenia scabra, Echites scabra) : produit des fleurs roses,
Mandevilla splendens (Dipladenia splendens),
Mandevilla spruceana (Amblyanthera spruceana),
Mandevilla steyermarkii (Dipladenia steyermarkii),
Mandevilla suaveolens (Dipladenia suaveolens),
Mandevilla subcarnosa (Mandevilla dielsiana, Echites subcarnosa),
Mandevilla subsagittata (Dipladenia subsagittata),
Mandevilla subspicata (Echites subspicata),
Mandevilla surinamensis (Dipladenia upatae, Dipladenia surinamensis),
Mandevilla symphitocarpa (Dipladenia symphitocarpa, Echites symphytocarpa),
Mandevilla tenuifolia (Dipladenia tenuifolia),
Mandevilla trianae (Dipladenia trianae),
Mandevilla vanheurckii (Mandevilla glabra),
Mandevilla venulosa (Dipladenia venulosa) calice vert, corolle blanche, tube jaune,
Mandevilla veraguasensis,
Mandevilla versicolor (Dipladenia versicolor) : produit des fleurs jaunes.
Mandevilla villosa



Kriss de Niort, le 28 août 2007 

 

 

 

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
28 août 2000 1 28 /08 /août /2000 07:43

 

Hermine - Cerura erminea



L'hermine (Cerura erminea Syn. Phalaena erminea) est un papillon appartenant à la super famille des Noctuoidea,à la famille des notodontidés (Notodontidae), à la sous famille des notodontinés (Notodontinae) et au genre Cerura.

L'hermine est un papillon nocturne, relativement rare, présent un peu partout en Europe. Il fréquente principalement les forêts humides de feuillus et les forêts mixtes.

L'imago est visible entre le mois d'avril et le mois de juillet (à moduler en fonction des régions), avec un pic au mois de juin. C'est un papillon univoltin, c'est à dire qu'il n'y a qu'une seule génération par an.

L'hermine est blanchâtre avec des dessins brunâtres, très discrets sur les ailes. Les antennes de la femelle sont fines tandis que les antennes du mâle, couvertes de poils, sont coniques. Le dessus de l'abdomen est partiellement noirâtre. L'envergure de l'hermine est d'environ 65 millimètres. La femelle est légèrement plus grande que le mâle.

Les œufs de l'hermine, en forme de lentille, sont rosâtres à rouge orangé en face supérieure et plutôt grisâtres en face inférieure. Ils sont pondus en isolé ou par petits paquets sur les feuilles de la plante nourricière. Les œufs éclosent au bout de 8 à 10 jours.

Au départ la chenille est plutôt noirâtre avec une tête qui tire sur le "lie de vin". Elle possède deux longs appendices à l'arrière qu'elle conserve tout au long de sa vie de chenille. Ce sont ces deux appendices qui ont donné le nom de "queues fourchues" à ce genre de chenilles.

La chenille passe par plusieurs stades au cours desquels sa forme et ses couleurs évoluent. Elle devient progressivement verte, avec sur le dos une grande tache marron clair, de forme irrégulière. Ses flancs sont marqués d'une petite tache blanche à partir du quatrième stade. Lorsqu'elle se sent menacée, la chenille de l'hermine adopte une posture curieuse censée intimider l'intrus. Si la menace perdure la chenille de l'hermine peut projeter un liquide acide sur cet intrus.

La nymphose s'effectue dans un cocon constitué de copeaux d'écorce. Ce cocon est dissimulé sur le tronc ou les branches de l'arbre hôte, généralement des saules, des peupliers, des bouleaux ou des trembles. C'est dans ce cocon que la nymphe passe l'hiver pour émerger au printemps suivant.


Kriss de Niort, le 28/08/2008
 
 

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
27 août 2000 7 27 /08 /août /2000 19:03

 

Union internationale pour la conservation de la nature (UICN)


L'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) est uns organisation non gouvernementale (ONG) dont l'objectif est la conservation de la Nature.

L'UICN a vu le jour à Fontainebleau (France) en octobre 1948.

La deuxième partie des statuts de l'UICN stipule que son rôle est :

"d'influer sur les sociétés du monde entier, de les encourager et de les aider pour qu'elles conservent l'intégrité de la diversité de la nature et veillent à ce que toute utilisation des ressources naturelles soit équitable et écologiquement durable."

L'UICN publie une liste, dite "liste rouge", qui est mise à jour périodiquement. Cette liste répertorie les espèces animales et végétales en danger dans le monde.

Chaque espèce fait également l'objet d'une évaluation et d'un suivi quand les données la concernant sont en quantité suffisante. A l'issue de l'évaluation l'espèce est classée dans une des catégories suivantes (liste classée par ordre de gravité) :
• Eteint (EX),
• Eteint à l’état sauvage (EW),
• En danger critique d’extinction (CR),
• En danger (EN),
• Vulnérable (VU),
• Quasi menacé (NT),
• Préoccupation mineure (LC),
• Données insuffisantes (DD),
• Non évalué (NE).

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
27 août 2000 7 27 /08 /août /2000 18:21

 

Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction CITES


La Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (en anglais : Convention on International Trade in Endangered Species of Wild Fauna and Flora = CITES) est un accord signé en mars 1973 à Washington. On appelle également cette convention "Convention de Washington".

L'objectif de la CITES est de garantir que le commerce international des espèces (fauniques et floristiques) inscrites dans ses annexes ne met pas en danger la conservation de la biodiversité.

La CITES fixe un cadre juridique et des procédures afin que les espèces sauvages faisant l'objet d'un commerce international ne soient pas surexploitées.

En France cette convention s'applique depuis le 11 mai 1978.

Plus de 30.000 espèces sont inscrites aux diverses annexes (I, II et III). En fonction du degré de menace qui pèse sur une espèce, elle est inscrite à l'une ou l'autre des annexes.

Voici comment l'article 2 ce la convention définit le contenu des 3 annexes :


1. L'Annexe I comprend toutes les espèces menacées d'extinction qui sont ou pourraient être affectées par le commerce. Le commerce des spécimens de ces espèces doit être soumis à une réglementation particulièrement stricte afin de ne pas mettre davantage leur survie en danger, et ne doit être autorisé que dans des conditions exceptionnelles.

2. L'Annexe II comprend :
       a) toutes les espèces qui, bien que n'étant pas nécessairement menacées actuellement d'extinction, pourraient le devenir si le commerce des spécimens de ces espèces n'était pas soumis à une réglementation stricte ayant pour but d'éviter une exploitation incompatible avec leur survie,
      b) certaines espèces qui doivent faire l'objet d'une réglementation, afin de rendre efficace le contrôle du commerce des spécimens d'espèces inscrites à l'Annexe II en application de l'alinéa a).

3. L'Annexe III comprend toutes les espèces qu'une Partie déclare soumises, dans les limites de sa compétence, à une réglementation ayant pour but d'empêcher ou de restreindre leur exploitation, et nécessitant la coopération des autres Parties pour le contrôle du commerce.

4. Les Parties ne permettent le commerce des spécimens des espèces inscrites aux Annexes I, II et III qu'en conformité avec les dispositions de la présente Convention


Pour approfondir le sujet, vous pouvez lire la convention CITES (en français) ici :
CITES

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
27 août 2000 7 27 /08 /août /2000 09:26

Calla des marais - Calla palustris

 

Cet article a été transféré sur le forum de 



Faaxaal



Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article