Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 juin 2000 5 16 /06 /juin /2000 15:32

Impatience du Zaïre

Impatiens niamniamensis



L'impatience du Zaïre (angiosperme dicotylédone) est appelée aussi : Impatiens Perroquet, Niam-niam, Impatiens du Zaïre, Impatiens bicolore, Impatience de Zanzibar.

 

 

Cet article a été transféré sur le forum de Faaxaal

 

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
16 juin 2000 5 16 /06 /juin /2000 08:00

 

Platystémon de Californie - Platystemon californicus


Photo Platystémon de Californie (Platystemon californicus) Le Platystémon de Californie (Platystemon californicus Syn. Platystemon arizonicus Platystemon australis) est une plante angiosperme dicotylédone appartenant à l'ordre des Ranunculales, à la famille des Papaveraceae et au genre Platystemon dont il est le seul représentant.

Il existe plusieurs variétés de Platystemon californicus :
• Platystemon californicus var. ciliatus
• Platystemon californicus var. crinitus
• Platystemon californicus var. horridulus
• Platystemon californicus var. nutans
• Platystemon californicus var. ornithopus

Certains auteurs contestent cette division en variétés car elle ne repose sur aucune caractéristique constante et pour eux il s'agit simplement d'une extrême variabilité de l'espèce.

Le Platystémon de Californie est une plante qui croît en Amérique du nord et plus particulièrement sur la côte Pacifique. Cette plante croît de préférence sur les sols brûlés qu'elle recolonise, les sols perturbés et d'une manière générale les zones ouvertes.

Le Platystémon de Californie est une plante herbacée annuelle, velue, parfois glabrescente, à port dressé, mesurant jusqu'à 30 centimètres de hauteur.

Le Platystémon de Californie possède des feuilles basales et de feuilles caulinaires. Les feuilles caulinaires sont opposées, pédonculées, linéaires, presque lancéolées, avec une marge entière.

La floraison a lieu au printemps, du mois de mars au mois de mai. La fleur, solitaire, terminale, longuement pédonculée, est formée de 3 sépales velus et de 6 pétales libres, blancs à jaunâtres, parfois dorés. Le fruit du Platystémon de Californie est une capsule.


Kriss de Niort, le 07/04/2008


Crédit photo :
Source : National Park Service
Statut : Domaine public

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
15 juin 2000 4 15 /06 /juin /2000 18:42

 

Vidéo - Les baleines menacées



 


Extrait de l'émission "Vu du ciel : la mer" (Yann Arthus-Bertrand) : les baleines menacées de disparition en raison du réchauffement climatique ...
 
Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
15 juin 2000 4 15 /06 /juin /2000 08:25

Herbe de la pampa

Cortaderia selloana

Gynerium argenteum



L'herbe de la pampa (Cortaderia selloana ou Gynerium argenteum) est une plante vivace angiosperme monocotylédone appartenant à l'ordre des Cyperales, à la famille des poacées (graminées) à la sous famille des Arundinoideae et au genre Cortaderia.

 

 

Cet article a été transféré sur le forum de Faaxaal

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
14 juin 2000 3 14 /06 /juin /2000 08:24

La glycine

(Wisteria)



La glycine est une plante angiosperme (Magnoliophyta) dicotylédone (Magnoliopsida), ligneuse et grimpante (liane) qui appartient qui appartient à la sous classe des Rosidae, à l'ordre des Fabales et à la famille des fabacées (Fabaceae) ou papilionacées et au genre Wisteria.

Afin d'éviter toute confusion, je précise ici qu'il existe un genre nommé "glycine" auquel appartient le soja et qui fait également partie de la famille des fabacées. Mon article va traiter de la glycine qui appartient au genre Wisteria, c'est à dire cette magnifique plante qui décore nombre de nos jardins avec ses incomparables grappes de fleurs.

Tout d'abord sachez que les glycines ne sont pas originaires d'Europe. Elles ont été importées de Chine (Wisteria sinensis), du Japon (Wisteria floribunda ou Wisteria venusta) et des Etats-Unis (Wisteria frutescens ou Wisteria speciosa).

Les glycines sont des lianes cultivées pour leur attrait ornemental, notamment leurs grappes de fleurs mais aussi pour leur feuillage (caduc). Les glycines, en fonction de leur variété nous offrent, du mois d'avril au mois de juin, des fleurs allant du bleu au violet et même au blanc (alba) en passant par toutes les nuances. Certaines grappes de fleurs peuvent atteindre jusqu'à 40 centimètres de long pour certaines variétés. Des obtentions horticoles produisent des grappes de plus d'un mètre de long ! Certaines glycines diffusent un subtil parfum, mais toutes les variétés ne sont pas parfumées. Certaines variétés de glycines sont remontantes, mais la seconde floraison n'égale jamais la première. Après floraison, il est préférable de supprimer les fleurs avant qu'elles ne forment des gousses. Les sujets adultes peuvent atteindre plus de 30 mètres de long. Les fleurs sont très visitées par les abeilles mais elles attirent également les papillons tandis que les sujets établis peuvent abriter des oiseaux.

Les feuilles sont composées, présentant de sept à dix-neuf folioles suivant les variétés.

Les glycines en général sont des plantes faciles à cultiver et leur croissance est très rapide (parfois près de 2 mètres par an, surtout chez les jeunes sujets, dans des conditions optimales). Les glycines en général sont assez résistantes au froid et peuvent supporter des températures négatives allant jusqu'à -15°. La glycine du Japon (Wisteria floribunda) arrive à survivre dans le sud de l'Ontario voire même à Ottawa et dans l'île de Vancouver.

Les glycines sont des plantes idéales pour les pergolas, les tonnelles, treillis, en isolé, pour décorer votre portail... Les glycines préfèrent les sols pauvres, un peu acides et les expositions ensoleillées. Evitez les sols trop azotés au risque de voir une prolifération de feuilles au dépend des fleurs. De même n'utilisez pas d'engrais azotés.

Compte tenu de la vigueur de la plante, il est préférable de la tailler en période de dormance. Une taille courte à 2 ou 3 yeux permet de contenir un peu sa croissance et favorise la floraison. Evitez autant que possible que votre glycine ne s'enroule autour de son support car avec sa vigueur elle aurait tôt fait de le tordre. Les glycines s'enroulent autour de leur support dans le sens des aiguilles d'une montre sauf glycine de Chine qui s'enroule dans le sens contraire. Dans la saison vous pouvez également tailler les branches qui poussent trop vite.

Attention, toutes les parties de la plante sont toxique mais il semble que les graines soient plus toxiques que les autres parties de la plante. La glycine contient de la wistarine, un glycoside mais aussi de la lectine. Les conséquences de l'ingestion sont l'apparition de nausée, de vomissements, de douleurs abdominales et de diarrhée entrainant la déshydratation du sujet.

Bien que les glycines ne soient pas considérées comme des plantes fragiles, elles peuvent être victimes des cochenilles, des araignées rouges, de l'oïdium, du virus de la mosaïque, de la chlorose (si vous les avez installées dans des sols calcaires) ou tout simplement d'une attaque de pucerons.

Pour multiplier votre glycine, vous pouvez marcotter les tiges proches du sol ou effectuer des boutures. Par contre si vous pratiquez par semis (attention, les graines, sont toxiques), sachez qu'il vous faudra attendre plusieurs années pour avoir des fleurs.

Kriss de Niort, le 14 juin 2007

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
14 juin 2000 3 14 /06 /juin /2000 08:00

 

Hamamélis hybride - hamamelis x intermedia


Les Hamamélis sont des arbustes à feuillage caduc cultivés pour leur magnifique floraison hivernale qui couvre les branches alors même que les feuilles ne sont pas encore apparues. Suivant les espèces, les fleurs sont généralement jaunes mais peuvent être aussi oranges ou rouges, notamment chez les sujets hybrides. A l'automne c'est son feuillage qui égaiera le jardin.

Les hamamelis x intermedia sont issus de croisements entre Hamamélis mollis et Hamamélis japonica.


Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
13 juin 2000 2 13 /06 /juin /2000 19:53

Vidéo - les acariens



 
Répugnants, les acariens sont partout autour de nous : dans notre lit, sur notre peau, sur le fromage... certains sont nuisibles, d'autres sont utiles. Découvrez-les au travers d'une vidéo très bien réalisée. Si vous êtes allergique aux acariens (en fait à leurs excréments), venez voir à quoi ressemblent ces bestioles, cause de votre allergie.
 
 
Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
13 juin 2000 2 13 /06 /juin /2000 11:38

Proposition de loi

Délégation à l'environnement et au développement durable

C'est avec plaisir que je viens de découvrir cette proposition de loi. Attendons maintenant la suite, mais en tout cas, c'est un bon début. Je vous livre ci-dessous le texte de la proposition de loi :

 


 

"L'objet de cette proposition de loi est d'instituer au Parlement une délégation dénommée : « Délégation à l'environnement et au développement durable ».

L'accroissement considérable des effets dévastateurs du réchauffement climatique prouve qu'il y a urgence à mettre en place une politique volontariste dans les domaines de la protection de l'environnement et du développement durable.

Ce n'est qu'au début des années 70 que citoyens et gouvernants ont commencé à se préoccuper de questions écologiques, la Conférence des Nations Unies sur l'environnement à Stockholm de 1972 étant la première manifestation internationale à ce sujet.

20 ans plus tard, la Conférence des Nations Unies sur l'environnement et le développement de Rio de Janeiro fixe les lignes d'action visant à assurer une meilleure gestion de la planète, et fait progresser le concept des droits et des responsabilités des pays dans le domaine de l'environnement.

Et, en 2002, le sommet mondial sur le développement durable de Johannesburg réunit plus de 100 chefs d'États sur ces questions de développement durable.

Le terme « développement durable » a été défini en 1987 par la Commission mondiale sur l'environnement et le développement comme étant « un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs ».

La France est le premier pays à avoir intégré, en 2005, dans sa Constitution la Charte de l'environnement. Notre Nation se doit maintenant de montrer sa volonté à aller de l'avant tant dans la lutte pour la préservation de l'environnement et du développement durable que dans l'information effective du Parlement, représentant les Françaises et les Français d'une part et les collectivités d'autre part. Pour reprendre une célèbre formule d'Antoine de Saint-Exupéry, « nous n'héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous ne faisons que l'emprunter à nos enfants »

Les enjeux d'environnement et de développement durable dépassent les clivages entre les partis politiques d'une part mais aussi les attributions traditionnelles des commissions permanentes du Parlement d'autre part dans la mesure où ils couvrent des domaines tant juridiques que sociaux et économiques de dimension nationale, européenne et internationale.

On ne peut en effet parler de développement durable sans une indispensable coopération internationale. Ainsi, il serait important d'étudier très régulièrement les avancées dans ce domaine.

C'est pourquoi la création d'une Délégation parlementaire à l'environnement et au développement durable semble indispensable.

Tel est le sens de cette proposition de loi.

PROPOSITION DE LOI

Article unique

Après l'article 6 octies de l'ordonnance n° 58-1100 du 17 novembre 1958 relative au fonctionnement des assemblées parlementaires, il est inséré un article 6 nonies ainsi rédigé :

« Art. 6 nonies. - I. - Il est constitué, dans chacune des deux assemblées du Parlement, une délégation parlementaire à l'environnement et au développement durable. Chacune de ces délégations compte trente-six membres.

« II. - Les membres des délégations sont désignés en leur sein par chacune des deux assemblées de manière à assurer une représentation proportionnelle des groupes politiques et une représentation équilibrée des commissions permanentes.

« La délégation de l'Assemblée nationale est désignée au début de la législature pour la durée de celle-ci.

« La délégation du Sénat est désignée après chaque renouvellement partiel de cette assemblée.

« Le mandat des délégués prend fin avec le mandat parlementaire.

« III. - Chaque délégation organise la publicité de ses travaux dans les conditions définies par le règlement de chaque assemblée.

« La délégation de l'Assemblée nationale et celle du Sénat peuvent décider de tenir des réunions conjointes.

« IV. - Les délégations parlementaires à l'environnement et au développement durable ont pour missions essentielles :

« D'informer leurs assemblées respectives des initiatives et évolutions en ce domaine.

« D'examiner en profondeur tout texte d'initiative nationale, européenne ou internationale.

« De proposer des mesures visant à protéger les ressources environnementales.

« À cet effet, le Gouvernement leur communique tout projet de directive, d'acte législatif, de règlement, ainsi que tout document établi par les différentes institutions européennes et internationales et relevant des domaines de l'environnement et du développement durable.

« Le Gouvernement les tient en outre informées des négociations en cours.

« Les délégations peuvent demander à entendre les ministres ainsi que des représentants des institutions internationales. Elles peuvent inviter à participer à leurs travaux, avec voix consultative, les membres français du Parlement européen.

« V. - Les informations et communications, mentionnées au IV, reçues par les délégations sont transmises par le Bureau de chaque assemblée aux commissions parlementaires compétentes dans les conditions définies par le règlement de chaque assemblée. Les délégations y joignent, le cas échéant, leurs analyses assorties ou non de conclusions.

« Elles peuvent être consultées par une commission spéciale ou permanente sur tout acte ou tout projet d'acte ou tout projet de texte législatif ayant trait aux domaines couverts par l'activité de la délégation.

« VI. - Les délégations transmettent des rapports, assortis ou non de conclusions, aux commissions parlementaires compétentes. Ces rapports sont publiés sous une forme définie par le Bureau de chaque assemblée.

« VII. - Les délégations définissent leur règlement intérieur. » "

 

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
12 juin 2000 1 12 /06 /juin /2000 08:00

 

Poisson vache cornu (Lactoria cornuta)


Photo Poisson vache cornu (Lactoria cornuta) Le poisson vache cornu (Lactoria cornuta), appelé également "poisson vache à longues cornes", appartient au règne animal, au phylum des chordés, à la classe des actinoptérygiens, à l’ordre des tetraodontiformes, à la famille des ostraciidés, au genre Lactoria.

Il existe 4 espèces dans ce genre :
• Lactoria cornuta
• Lactoria diaphana
• Lactoria fornasini
• Lactoria paschae


Cet article concerne uniquement le poisson vache cornu


Description

L’aspect du poisson vache cornu est pour le moins étrange. Sa tête est imposante et son corps s’affine rapidement, ce qui lui donne un aspect triangulaire. Sa bouche ressemble à un bec. Sur le sommet du crâne, juste en avant des yeux, se situent deux fines excroissances rappelant des cornes. L’arrière du corps du poisson vache cornu comporte une petite nageoire dorsale en forme d’éventail. Le corps est prolongé par une fine nageoire caudale sous laquelle se situent deux fines excroissances parallèles. La coloration du poisson vache cornu est jaune vif avec des tâches brunes sur les flancs. Les écailles sont hexagonales et de type "placoïdes" faisant penser à une armure.

La taille maximale du poisson vache cornu est de 40 à 50 cm pour les deux sexes (aucun dimorphisme sexuel n’est observé) pour une masse de 800 grammes. L'espérance de vie du poisson vache cornu est de 15 à 20 ans.


Habitat

Vivant dans l’Océan Indien, le centre-ouest de l’Océan Pacifique et la mer rouge, le poisson vache cornu adore les zones récifales tropicales. Il peuple les secteurs couverts d’algues près de lagunes sablonneuses et vaseuses et éventuellement les secteurs rocheux. On trouve le poisson vache cornu dans les eaux sableuses et les estuaires. La profondeur de vie est de 1 à 45 mètres environ. Son mode de déplacement est relativement lent.

Lors de la reproduction, les poissons vaches cornus abandonnent leurs œufs en pleine eau.


Nutrition

Le poisson vache cornu se nourrit d’animaux benthiques : crustacés, mollusques, concombres de mer, crabes. Sa nourriture est donc carnée mais il lui arrive de consommer des algues. Pour déloger certaines proies du sable, le poisson vache cornu éparpille ce dernier en soufflant dessus.

En captivité (aquarium), il est possible de le nourrir avec des artémias ou des morceaux de moules. Il leur arrive de prendre la nourriture dans la main du propriétaire.


Aquariophilie

Le poisson vache cornu survit bien en captivité et est prisé des aquariophiles. Il n’atteint pas sa taille maximale. Son achat n’est pas à prendre à la légère car il devient grand et mange beaucoup. Il faut en outre le maintenir dans un volume minimal de 1000 litres. Jusqu’à présent, la reproduction du poisson vache cornu est inconnue en aquarium.


Aimable contribution de Jojo (texte et photo)


Voir aussi :
 Rémora | Rascasse volante | Requins généralités | Morphologie des requins | Requin pointes noires |

 

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
11 juin 2000 7 11 /06 /juin /2000 19:24

La Cucullie de la Camomille

(Cucullia chamomillae)



La Cucullie de la Camomille (Cucullia chamomillae - Denis & Schiffermüller, 1775) est un lépidoptère qui appartient au sous ordre des Ditrysia. Les femelles appartenant à ce sous ordre possèdent deux ouvertures sexuelles distinctes destinées respectivement à l'accouplement et à la ponte. Les Dytrisia représentent la grande majorité (99 %) des papillons (lépidoptères). La Cucullie de la Camomille appartient en outre à la super famille des Noctuoidea, à la famille des noctuidés (Noctuidae) et au genre Cucullia.

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article