Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 décembre 2000 5 22 /12 /décembre /2000 15:57

 

Genre cacatoès - Cacatua

 

Le genre cacatoès (Cacatua) regroupe des oiseaux appartenant à l'ordre des Psittaciformes, à la famille des Cacatuidae ou Psittacidae, à la sous famille des Cacatuinae et à la tribu des Cacatuini.

Le genre cacatoès (Cacatua) est divisé en deux sous genres : le sous genre Cacatua qui regroupe les vrai cacatoès blancs et le genre Licmetis.

Voici la liste des espèces qui composent le genre Cacatua :
     A) Sous genre Cacatua :
           a) Cacatua leadbeateri : le cacatoès de Leadbeater nommé Major Mitchell's Cockatoo par les Anglophones ou Leadbeater's Cockatoo, et qui comprend deux sous espèces :
                  - Cacatua leadbeateri leadbeateri,
                  - Cacatua leadbeateri mollis,
           b) Cacatua galerita : le cacatoès à huppe jaune, nommé Sulphur-crested Cockatoo en anglais, et qui comprend les sous espèces suivantes :
                 -  Cacatua galerita eleonora,
                 -  Cacatua galerita fitzroyi,
                 -  Cacatua galerita galerita,
                 -  Cacatua galerita triton,
           c) Cacatua sulphurea : le cacatoès soufré, nommé Yellow-crested Cockatoo en anglais, et qui comprend 4 sous espèces :
                  - Cacatua sulphurea abbotti,
                  - Cacatua sulphurea citrinocristata,
                  - Cacatua sulphurea parvula,
                  - Cacatua sulphurea sulphurea,
           d) Cacatua ophthalmica : le cacatoès aux yeux bleus, Blue-eyed Cockatoo en anglais,
           e) Cacatua moluccensis : le cacatoès à huppe rouge, appelé Moluccan Cockatoo ou Salmon-crested Cockatoo par les anglais,
           f) Cacatua alba : le cacatoès blanc, appelé White Cockatoo par les anglais,
     B) Sous genre Licmetis :
           a) Cacatua tenuirostris : le cacatoès nasique appelé Long-billed Corella par les anglais,
           b) Cacatua pastinator : lecacatoès laboureurappelé Western Corella par les anglais et qui comprend deux sous espèces :
                   - Cacatua pastinator derbyi,
                  - Cacatua pastinator pastinator,
           c) Cacatua sanguinea : le cacatoès corella appelé Little Corella par les anglais et qui comprend 5 sous espèces :
                  - Cacatua sanguinea gymnopis,
                  - Cacatua sanguinea normantoni,
                  - Cacatua sanguinea sanguine,
                  - Cacatua sanguinea transfreta,
                  - Cacatua sanguinea westralensis,
           d) Cacatua haematuropygia : le cacatoès des Philippines appelé Philippine Cockatoo par les anglais,
           e) Cacatua goffiniana : le cacatoès de Goffin appelé Tanimbar Corella par les anglais,
           f) Cacatua ducorpsii : le cacatoès de Ducorps appelé Solomon Corella par les anglais.

Les cacatoès sont des perroquets mesurant de 30 à 68 cm caractérisés par une huppe érectile, de couleur variable suivant les espèces, placée sur le devant de la tête et utilisée  dans la communication corporelle (marquage des émotions).

Les Cacatoès sont originaires d'Australie et des iles environnantes ainsi que de certaines îles d'Indonésie. L'habitat des cacatoès est très varié : ripisylves, forêts, milieux ouverts, proximités urbaines…

Jusqu'à la fin du XIX siècle, le mot cacatoès s'écrivait "kakatoès".


Kriss de Niort, le 23/12/2007


Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
22 décembre 2000 5 22 /12 /décembre /2000 09:16

 

Epine du Christ -Paliurus spina-Christi



L'épine du Christ (Paliurus spina-Christi) appelée également "porte chapeau", est une plante angiosperme dicotylédone appartenant à l'ordre des Rhamnales, à
la famille des rhamnacées (Rhamnaceae) et au genre paliure (Paliurus).

 

Cet article a été transféré sur le forum de Faaxaal

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
21 décembre 2000 4 21 /12 /décembre /2000 20:24

 

Rhamnacées - Rhamnaceae

 

La famille des rhamnacées (Rhamnaceae) regroupe environ 50 genres et près de 900 espèces de plantes angiospermes dicotylédones appartenant à l'ordre des Rhamnales ou des Rosales suivant les classifications.

La famille des rhamnacées est parfois appelée frangulacées (Frangulaceae), phylicacées (Phylicaceae) ou ziziphacées (Ziziphaceae).

La famille des rhamnacées est divisée en plusieurs tribus. Voici les principales : Ampelozizipheae, Bathiorhamneae, Colletieae, Doerpfeldieae, Gouanieae, Maesopsideae, Paliureae, Phyliceae, Pomaderreae, Rhamneae, Ventilagineae.

Voici la liste des genres qui composent la famille : Adolphia, Alphitonia, Alvimiantha, Ampelozizyphus, Auerodendron, Bathiorhamnus, Berchemia (syn. Araliorhamnus, Phyllogeiton), Berchemiella, Blackallia, Ceanothus, Chaydaia, Colletia, Colubrina (syn. Barcena, Cormonema, Hybosperma, Macrorhamnus), Condalia (syn. Microrhamnus), Crumenaria, Cryptandra (syn. Stenanthemum), Discaria (Chacaya, Notophaena, Ochetophila), Doerpfeldia, Emmenosperma, Frangula, Gouania (syn. Pleuranthodes), Helinus (syn. Marlothia), Hovenia, Karwinskia, Kentrothamnus, Krugiodendron, Lasiodiscus, Maesopsis (syn. Karlea), Nesiota, Noltea, Paliurus (syn. Aubletia), Phylica, Pomaderris, Reissekia, Retanilla, Reynosia, Rhamnella (syn. Dallachya), Rhamnidium, Rhamnus (syn. Oreoherzogia, Oreorhamnus), Sageretia (syn. Lamellisepalum), Schistocarpaea, Scutia (syn. Adolia), Siegfriedia, Smythea, Spyridium, Talguenea, Trevoa (syn. Talguenea), Trymalium, Ventilago (syn. Apteron), Ziziphus (sy. Condaliopsis, Sarcomphalus).

Les rhamnacées sont des plantes herbacées, des arbustes, des arbres ou des lianes qui croissent des régions tempérées jusqu'aux régions tropicales, y compris pour quelques-unes dans les régions arides. Chez certaines rhamnacées les stipules sont modifiées en épines. Souvent la fonction de photosynthèse est transférée au niveau des tiges.

Les feuilles, petites à grandes, sessiles ou pétiolées, généralement simples sont alternes ou opposées. Le limbe est entier, avec généralement une nervation palmée. La pollinisation est entomophile. Les plantes sont soit hermaphrodites, soit monoïques et parfois androdioïques.

Les fleurs, terminales ou axillaires, sont solitaires ou regroupées en inflorescences de type cymes, corymbes ou panicules. Les fleurs sont petites parfois à 4 parties, mais plus généralement à 5 parties (5 sépales + 5 pétales). Le calice et la corolle sont bien distincts, mais chez certaines espèces la corolle n'existe pas.

Le fruit des rhamnacées est charnu (drupe) ou non charnu et indéhiscent (akène), entourés parfois d'une membrane ou munis d'ailettes (samare).

Kriss de Niort, le 22/12/2007



Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
21 décembre 2000 4 21 /12 /décembre /2000 16:03

 

Paliurus (genre)

 

Le genre Paliurus, nommé parfois à tort Aubletia, regroupe des plantes angiospermes dicotylédones appartenant à l'ordre des Rhamnales, à la famille des rhamnacées (Rhamnaceae) et à la tribu des Paliureae.

Les plantes appartenant au genre Paliurus sont originaires des climats chauds de l'Eurasie, y compris le Japon, et de l'Afrique du Nord.

Ce sont des arbustes ou de petits arbres qui mesurent de 2 à 15 mètres de hauteur, dont les tiges poussent en zigzag, avec deux stipules épineux à la base des feuilles. Suivant les espèces les feuilles sont persistantes ou caduques. Ces feuilles, vertes, brillantes, trinervurées, entières ou dentées, alternes, généralement ovales, mesurent de 3 à 10 centimètres de long pour 1 à 6 centimètres de large.

Les fleurs, bisexuées, pédonculées, en cyme, possèdent 5 sépales et 5 pétales. L'ovaire, semi infère possède de 2 à 3 loges avec 1 ovule par loge.

Le fruit des Paliurus est un fruit sec situé au centre d'une membrane mesurant de 1 à 3 centimètres de diamètre.

Vous trouverez ci-dessous la liste des espèces que j'ai identifiées :
• Paliurus asiaticus : = Paliurus orientalis ?
• Paliurus hemsleyanus au sud de la Chine,
• Paliurus hirsutus,
• Paliurus orientalis syn. Paliurus sinicus en Chine centrale,
• Paliurus ramosissimus en Asie de l'Est syn. Aubletia ramosissima, Paliurus aubletia,
Paliurus spina-christi syn. Paliurus aculeatus, Paliurus australis, Paliurus trinervatus, Rhamnus paliurus, Paliurus clypeiformis, Paliurus solitarius, Paliurus microcarpus, Paliurus virgatus, Ziziphus paliurus,
• Paliurus tonkinensis = Paliurus hirsutus var. trichocarpus.

Le genre paliurus est très ancien et on rencontre ses graines dans les couches datant de l'éocène, du miocène, de l'oligocène et du pléistocène. L'espèce baptisée Paliurus favonii était présente en Amérique du nord à l'éocène et au miocène, à l'oligocène et au miocène en Europe, et de l'éocène au pléistocène en Asie.

Diverses chenilles choisissent les représentants du genre Paliurus comme plante hôte. C'est le cas notamment de l'azuré du Jujubier (Tarucus theophrastus), de Bucculatrix albella, de Bucculatrix paliuricola (en Asie) ou Bucculatrix turatii.


Kriss de Niort, le 22/12/2007
Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
21 décembre 2000 4 21 /12 /décembre /2000 15:29

 

Dynaste Hercule - Dynastes hercules


Photo Dynaste Hercule - Dynastes hercules Le dynaste Hercule (Dynastes hercules) est un coléoptère appartenant au sous ordre des Polyphaga, à l'infra ordre des Scarabaeiformia, à la super famille des Scarabaeoidea, à la famille des Scarabéidés (Scarabaeidae), à la sous famille des Dynastinae, à la tribu des Dynastini et au genre Dynastes.

Certains spécialistes distinguent les sous espèces suivantes, mais ce découpage ne fait pas l'unanimité :
Dynastes hercules baudrii : en Martinique. La femelle mesure 45/55 mm et le mâle 50/100,
Dynastes hercules bleuzeni : au Venezuela. La femelle mesure 45/75 mm et le mâle 55/155,
Dynastes hercules ecuatorianus : au Brésil, en Colombie en Equateur et au Pérou. La femelle mesure 50/80 mm et le mâle 60/165,
Dynastes hercules hercules : la sous espèce nominale, à Basse-Terre. La femelle mesure 50/80 mm et le mâle 60/180,
Dynastes hercules lichyi : en Bolivie, au Brésil, en Colombie, en Equateur, au Pérou et au Venezuela. La femelle mesure 50/80 mm et le mâle 55/170,
Dynastes hercules morishimai : en Bolivie. La femelle mesure 50/70 mm et le mâle 55/120,
Dynastes hercules occidentalis : en Colombie, en Equateur et au Panama. La femelle mesure 50/80 mm et le mâle 55/145,
Dynastes hercules paschoali : au Brésil. La femelle mesure 50/70 mm et le mâle 55/145,
Dynastes hercules reidi : à Sainte Lucie. La femelle mesure 45/60 mm et le mâle 45/110,
Dynastes hercules septentrionalis : au Belize, Costa Rica, à El Salvador, au Guatemala, au Honduras, au Mexique, au Nicaragua et à Panama. La femelle mesure 50/75 mm et le mâle 55/145,
Dynastes hercules takakuwai : au Brésil. La femelle mesure 50/75 mm et le mâle 55/140,
• Dynastes hercules trinidadensis : à Trinidad et Tobago. La femelle mesure 50/75 mm et le mâle 55/140,
Dynastes hercules tuxtlaensis : au Mexique. La femelle mesure 50/65 mm et le mâle 55/110.

De nombreux synonymes latins ont été utilisés pour désigner le dynaste Hercule, et notamment :
• Dynastes hercules glaseri,
• Dynastes lagaii,
• Dynastes vulcan,
• Scarabaeus alcides
.

Le dynaste-hercule est originaire des forêts pluviales d'Amérique centrale, d'Amérique du sud et de la zone Caraïbe, jusqu'à 150m d'altitude. Il est considéré comme le plus grand scarabée rhinocéros du monde. Cet insecte est protégé en Guadeloupe où il est surnommé " scieur de long".

Le dynaste hercule fait partie de ce qu'on appelle communément les scarabées rhinocéros. Ces insectes sont considérés comme étant les animaux les plus forts sur terre. On estime qu'ils sont capables de soulever une charge représentant 850 fois leur poids.

Chez le dynaste hercule il y a un important dimorphisme sexuel. En effet le mâle possède deux cornes très développées en forme de pince tandis que les cornes de la femelle sont insignifiantes. Avec ses cornes le mâle paraît bien plus gros que la femelle alors que si on considère uniquement le corps à proprement parler, bon nombre de femelles sont plus grosses que les mâles.

Le dynaste hercule possède une tête, un thorax et les pattes noires. Outre ses deux grandes cornes, le mâle possède deux petites cornes situées sur le corselet. Chez le mâle la taille des cornes est variable. La corne du haut (corne pro-thoracique ou pronotale) est la plus longue. Elle est fixe et recourbée vers le bas. La corne inférieure (corne céphalique), mobile, plus courte, est recourbée vers le haut. La face interne de la corne supérieure présente une pilosité importante dont on ne connaît pas la fonction.

Les élytres du mâle sont de couleur variable suivant les sous espèces, mais également en fonction de l'hygrométrie. Cette faculté du dynaste hercule à modifier la couleur de ses ailes en fonction de l'hygrométrie intéresse fortement les chercheurs. Les élytres sont verdâtres à noirâtres, parfois jaune-brun. Certains spécimens présentent des élytres avec des taches tandis que d'autres ne possèdent pas de taches. Les couleurs des femelles sont moins brillantes et plus sombres.

L'envergure alaire du dynaste-hercule est plus que respectable puisqu'elle atteint 20 centimètres (regardez sur une règle pour vous faire une idée).

Lors de la période de reproduction les mâles peuvent se livrer à des combats pour féconder les femelles. Les œufs sont pondus dans le sol ou au milieu des détritus. La durée de l'incubation est variable suivant la température et l'humidité ambiante. L'incubation durerait en milieu naturel de 30 à 40 jours.

La larve passe par trois stades (L1, L2 et L3) successifs. La durée de l'état larvaire dure de 15 à 18 mois et peut-être deux ans. Pendant ce temps la taille de la larve passe de un gramme à environ 100 (voire 115) grammes pour 10 à 12 centimètres de long.

La larve se nourrit essentiellement de matières végétales en décomposition et notamment de bois mort. A l'issue de son développement les larves jaunissent. La nymphose est alors proche. Pour effectuer leur nymphose les larves construisent une loge nymphale en forme de coque. Le stade nymphal dure de 3 à 5 mois.

La larve est blanche, recourbée, molle, avec des pattes bien développées (larve de type mélolonthoïde, forme classique des Scarabéiformes).

L'imago est solitaire, crépusculaire et nocturne. Le jour il se cache au sol dans des abris, souvent sous les racines, ou des creux dans les arbres. L'imago se nourrit au sol (certains disent dans la canopée) notamment de fruits mûrs voire très avancés et de matières en décomposition (détritivore).

En allemand le dynaste hercule s'appelle : Herkuleskäfer, en anglais : Hercules beetle, en espagnol : escarabajo hércules, en finlandais : Herkuleskuoriainen, en néerlandais : Herculeskever et en tchèque : herkules antilský.

Si vous trouvez des erreurs dans cet article ou si vous souhaitez le compléter, n'hésitez pas à laisser un message.
 
 
Kriss de Niort.
 
 
Crédit photo :
La photo a été mise dans le domaine public par son auteur : Adrian Pingstone
Pour info l'insecte vert à côté est "Eudicella smithii".
 
 
Voir aussi :
 L'agapanthie des chardons | la cicindèle champêtre | Phytoecia coerulea | le cercope rouge sang | Cercopis intermedia | cétoine hérissée | clyte arqué | syrphe pyrastre | Mylabre à 4 points | Le purpuricène du chêne vert | Mante décolorée | Punaise à damier | Mantispe commune | Oedipode souffrée | Clairon des fourmis | Coccinelle asiatique | Limentis arthemis astyanax Hibernie défoliante | Cidarie de la balsamine |  Demi deuil Halias du hêtre Rosalie des Alpes | Cryptolaemus montrouzieri | Doryphore | Petit capricorne |  Coccinelle ocellée | Agapanthia annularis | Lagria atripes | Vespère stridulant | Coccinelle zébrée | Coccinelle à 16 points | Méloé violet | Méconème fragile | Eudicella gralli | Leptogaster cylindrique | Bibion précoce | Coccinelle à trois bandes | Bupreste du genévrier | Carabe à reflets dorés | Dynaste Neptune |
 
 

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
21 décembre 2000 4 21 /12 /décembre /2000 10:15

 

Le pavot de Californie - Eschscholzie

Eschscholzia californica



Le pavot de Californie (Eschscholzia californica), appelé parfois eschscholzie, est une plante angiosperme dicotylédone appartenant à la sous classe des Magnoliidae, à l'ordre des papavérales (Papaverales), à la
famille des papavéracées (Papaveraceae), à la sous famille des Eschscholzioideae et au genre Eschscholzia. Dans la classification phylogénétique le genre Eschscholzia dépend de l'ordre des Ranunculales.

 

 

Cet article a été transféré sur le forum de Faaxaal

 

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
20 décembre 2000 3 20 /12 /décembre /2000 16:11

 

Dynaste Neptune - Dynastes Neptunus



Le dynaste Neptune (Dynastes Neptunus Syn. Dynastes jupiter) est un coléoptère appartenant au sous ordre des Polyphaga, à l'infra ordre des Scarabaeiformia, à la super famille des Scarabaeoidea, à la famille des Scarabéidés (Scarabaeidae), à la sous famille des Dynastinae, à la tribu des Dynastini et au genre Dynastes.

 

 

Cet article est transféré sur le forum de Faaxaal

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
20 décembre 2000 3 20 /12 /décembre /2000 12:36

 

Eschscholzia (genre)


Le genre Eschscholtzia, regroupe des plantes angiospermes dicotylédones appartenant à la sous classe des Magnoliidae, à l'ordre des papavérales (Papaverales), à la famille des papavéracées (Papaveraceae) et à la sous famille des Eschscholzioideae. Dans la classification phylogénétique le genre Eschscholtzia dépend de l'ordre des Ranunculales.

L'orthographe du genre Eschscholtzia étant plutôt complexe, il n'est pas rare de trouver les orthographes suivantes qui sont admises : Eschholtzia, Escholtzia, Eschscholtzia. Le genre Eschscholtzia est parfois appelé Petromecon.

Le genre a été nommé ainsi par Adelbert von Chamisso (1781-1838), botaniste et poète allemand, en souvenir de Johann Friedrich von Eschscholtz (1793-1831), botaniste qui a exploré la Californie.

Voici une liste non exhaustive des espèces qui composent le genre :

Eschscholzia absinthiifolia,
Eschscholzia arizonica,
Eschscholzia bernardina,
Eschscholzia caespitosa,
Eschscholzia californica syn : Eschscholzia douglasii, Eschscholzia mexicana,
Eschscholzia calosperma,
Eschscholzia ciliata,
Eschscholzia covillei,
Eschscholzia columbiana,
Eschscholzia cyathifera,
Eschscholzia dolichocarpa,
Eschscholzia eastwoodiae,
Eschscholzia floribunda,
Eschscholzia foeniculacea,
Eschscholzia glyptosperma,
Eschscholzia hypecoides,
Eschscholzia incisa,
Eschscholzia jonesii,
Eschscholzia lemmonii,
Eschscholzia lobbii syn. : Eschscholzia pulchella,
Eschscholzia minutiflora,
Eschscholzia nevadensis,
Eschscholzia oregana,
Eschscholzia palmeri syn. : Eschscholzia frutescens,
Eschscholzia parishii,
Eschscholzia ramosa,
Eschscholzia revoluta,
Eschscholzia rhombipetala,
Eschscholzia scapifera,
Eschscholzia straminea,
Eschscholzia tenuifolia,
Eschscholzia unguiculata,
Eschscholzia vaccarum,
Eschscholzia wrigleyana,
Eschscholzia xylorrhiza,
Eschscholzia yainacensis.

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
20 décembre 2000 3 20 /12 /décembre /2000 09:57

 

L'oedipode soufrée Oedaleus decorus



L'oedipode soufrée (Oedaleus decorus) appelée parfois criquet décoré, est un insecte qui appartient à la sous classe des ptérygotes (Pterygota), à l'infra classe des Orthopteroidea, à l'ordre des orthoptères (Orthoptera), au sous ordre des caelifères (Caelifera), à l'infra ordre des Acridomorpha, à la super famille des acridoides (Acridoidea), à la
famille des acrididés (Acrididae), à la sous famille des Oedipodinae et au genre Oedaleus.

 

 

Cet article a été transféré sur le forum de Faaxaal

 

 

 

 

 

 


Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article
19 décembre 2000 2 19 /12 /décembre /2000 14:53

 

Oedipodinae (sous famille)


Les Oedipodinae sont des insectes qui appartiennent à la sous classe des ptérygotes (Pterygota), à l'infra classe des Orthopteroidea, à l'ordre des orthoptères (Orthoptera), au sous ordre des caelifères (Caelifera), à l'infra ordre des Acridomorpha, à la super famille des acridoides (Acridoidea) et à la famille des acrididés (Acrididae).

La plupart des espèces de cette sous-famille de criquet possèdent des ailes postérieures vivement colorées, visibles uniquement pendant le vol. Lorsqu'ils sont à terre, les au Oedipodinae se confondent avec leur environnement. En effet l'alternance de bandes et de taches sur leur corps rend difficile la distinction de leurs véritables contours et les rend difficiles à observer. On appelle ce type de camouflage, un camouflage disruptif.

Plusieurs espèces sympatriques sont très proches. C'est le cas notamment de Oedipoda germanica et Oedipoda caerulescens qui ne se différencient aisément que par la couleur des ailes inférieures. Le criquet Oedipoda germanica possède des ailes inférieures rouges et Oedipoda caerulescens possède des ailes inférieures bleues.

Principaux genres qui composent la sous famille des Oedipodinae :
Acrotylus
Aerochoreutes
Aiolopus
Angaracris
Arphia
Bryodema
Bryodemella
Camnula
Celes
Chortophaga
Compsorhipis
Dissosteira
Duroniella
Encoptolophus
Epacromius
Gastrimargus
Helioscirtus
Heteropternis
Jamesonia
Leptopternis
Locusta
Metator
Morphacris
Oedaleus
Oedipoda
Pternoscirta
Spharagemon
Sphingonotus
Trachyrhachys
Trilophidia
Trimerotropis
Wernerella


Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article