Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 septembre 2000 5 01 /09 /septembre /2000 16:29

 

Baobab africain - Adansonia-digitata




Le baobab africain (Adansonia-digitata) est une plante angiosperme dicotylédone appartenant à la sous classe des Rosidae (ou des Dilleniidae suivant les classifications), à l'ordre des Malvales, à la famille des malvacées (Malvaceae), à la sous famille des Bombacoideae et au genre Adansonia. Le baobab africain est parfois classé dans la famille des bombacacées (Bombacaceae).

Il existe plusieurs synonymes latins pour désigner le baobab africain :
• Adansonia bahobab,
• Adansonia baobab,
• Adansonia integrifolia,
• Adansonia scutula,
• Adansonia situla,
• Adansonia sphaerocarpa,
• Adansonia sulcata,
• Baobabus digitata,
• Ophelus sitularius.


En allemand le baobab africain s'appelle : afrikanischer affenbrotbaum, en anglais : african baobab, upside-down tree, dead-rat-tree ou monkey-bread tree et en portugais : baobá, molambeira ou imbondeiro.

En français, localement le baobab africain est appelé : pain de singe, arbre bouteille, calebassier du Sénégal ou arbre de mille ans.

Le baobab africain, comme son nom l'indique, est originaire d'Afrique et plus précisément d'Afrique subsaharienne (Afrique du Sud, Angola, Benin, Botswana, Burkina Faso, Cameroun, Cap vert, Côte d'Ivoire, Ethiopie, Ghana, Guinée, Kenya, Malawi, Mali, Mozambique, Namibie, Niger, Sénégal, Sierra Leone, Somalie, Soudan, Tanzanie, Tchad, Togo, Zaïre, Zambie, Zimbabwe) mais aussi de la péninsule arabique (Oman et Yémen). Le baobab africain est également présent à Madagascar où il se serait naturalisé.

Le baobab africain croît essentiellement dans les zones arides, les savanes, les régions côtières, à proximité des habitations, du niveau de la mer jusqu'à 1200 mètres d'altitude.

Le baobab africain mesure jusqu'à une vingtaine de mètres de hauteur, mais ce qui le caractérise le plus c'est son tronc qui peut atteindre 10 mètres de diamètre et qui semble disproportionné par rapport au houppier.



Le baobab africain possède une croissance lente et irrégulière à cause des périodes de sécheresse. Inutile donc de scier son tronc pour compter les cernes de croissance. Le bois du baobab africain est fibreux et non ligneux. Les fibres, molles et spongieuses, servent à stocker de l'eau d'où le nom vernaculaire de "arbre bouteille". Le baobab africain pourrait être classé dans les plantes succulentes.

Les feuilles du baobab africain, à stipules caducs, sont caduques et ne sont présentes que 3 mois par an. Chez les sujets jeunes cohabitent des feuilles simples et sessiles ainsi que des feuilles trilobées et pétiolées. Chez les sujets adultes les feuilles, longuement pétiolées, possèdent de 5 à 7 folioles digités (d'où l'épithète "digitata").

La floraison intervient du mois d'octobre au mois de décembre (du milieu à la fin du printemps). Les fleurs, blanchâtres, terminales, solitaires ou par deux, pendantes, hermaphrodites, éclosent en général à la tombée de la nuit. Elles possèdent de très nombreuses étamines. La pollinisation serait effectuée par des chauves-souris et de grands papillons.

Les fruits, pendants, ressemblent à des rats morts pendus par la queue (d'où le nom anglais "dead-rat-tree"). Les fruits, plus ou moins cylindriques, recouverts d'une texture brune tomenteuse, mesurent jusqu'à 35 centimètres de long pour 10 centimètres de diamètre. Les fruits contiennent plusieurs centaines de graines réniformes entourées d'une pulpe.

Dans le baobab tout est utile. En effet l'écorce, fibreuse, régénérée automatiquement par l'arbre, est utilisée pour réaliser des toiles et cordages. Les feuilles entrent dans l'alimentation des animaux et des humains et sont également utilisées dans la pharmacopée traditionnelle. La pulpe des fruits est comestible et fait le régal des populations locales et des singes (d'où le nom vernaculaire de "pain de singe). On extrait des graines une huile alimentaire. Grillées, les graines remplacent le café. Elles sont également utilisées dans la confection d'engrais et de savon. Les jeunes racines et les pousses récentes sont utilisées comme légume. En fin de compte, seul le bois n'est pas utilisé.

Tout récemment (en 2008) l'Union Européenne a approuvé l'adjonction de fruits du baobab africain dans les barres de céréales.

Le baobab africain, dont les plus vieux spécimens auraient plus de 2000 ans est un arbre sacré pour plusieurs peuples africains et c'est souvent lui qui est choisi comme "arbre à palabres".
 
 
Kriss de Niort, le 01/09/2008
 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Kriss de Niort - dans Autre
commenter cet article

commentaires